Ecclesia Gnostica Catholica — Église Gnostique Catholique — Évêques Errants — Episcopi Vagantes

ECCLESIA GNOSTICA CATHOLICA
Église Gnostique Catholique
Évêques Errants
Ordo Templi Orientis

Peter-R. Koenig


Bien que le système initiatique de l’O.T.O. est une sorte de jeu de club bureaucratique Kafkaïen, il y a une association religieuse sous son obéissance : l’Église Catholique Gnostique.

Cette idée (d’intégrer une église en tant que sous-groupe qui devrait montrer un visage au public) a été initialement créé par Theodor Reuss et Aleister Crowley en tant qu’organe habilité à effectuer la messe gnostique de Crowley, un rituel théâtral qu’il a conçu comme une version plus publique des rites privés de l’O.T.O. Cette messe gnostique est une interprétation propre à Crowley de l’eucharistie chrétienne. Il va sans dire que son ton est parfaitement païen et qu’il inclut le symbolisme de « Parsifal » de Richard Wagner. [1] Un sujet qui a également suscité un vif intérêt chez Theodor Reuss. [2]

La groupe O.T.O. de Crowley a l’Intention « de restaurer le christianisme à sa vrai position de religion phallique solaire » [Aleister Crowley]. [3] En plus des avantages fiscaux, cette religion fournit une marchandise qui est toujours en demande : la rédemption. Et il semblerait que certains variations-O.T.O. veulent tout simplement se rendre pare-balles dans le contexte de la loi dans certains pays.

Le terme technique de l’évêché dans le contexte du phénomène O.T.O. est Évêque Errant / Wandering Bishop ou Episcopi Vagantes. Cette position n'est pas définie par aucun des qualités de caractère, pas par l’éducation théologique ou la position théologique. Ces évêques ne sont pas élus par une église canonique, ni proposé comme un ordonné par un suffragant et non lié à un trône d’évêque historique ou consacré par un évêque officiel selon la procédure canonique.

Jusqu'au Concile Vatican II, la seule validité des sacrements dépend de l’intention correcte et de l’observance essentielle du rite extérieur. Depuis 1962/65, cependant, un évêque n'est plus le successeur d'un seul apostat, mais le collège épiscopal dans son ensemble est le successeur du collège apostolique. Ainsi, les Évêques Gnostiques sont définitivement exclus.

Un vrai évêque n'est pas le successeur d'un seul Apôtre comme seulement le Synode / Collège des Évêques à toto sont héritiers du Collège des Apôtres.

Par conséquent : aucun Évêque Errant a une vraie succession apostolique. Il n’y a pas de Saint-Esprit dans les consécrations-Évêque Errant.

L’Instrumentum Consecrationis n'a pas de valeur apostolique. Néanmoins les Évêques Errants sont des collectionneurs de papiers et de diplômes. Mais « Dans la conception ‘sacramentelle’ de la consécration d'ordre apostolique, l’imposition des mains (dans le contexte d'un service, etc.) joue un rôle déterminant, le document documentant cet acte (instrumentum consecrationis) ne joue qu'un rôle mineur, alors que dans la (Pseudo-)franc-maçonnerie, le papier (la ‘Charte’) a une valeur déterminante (ou beaucoup plus élevée) et l’acte d'inauguration lui-même varie et est donc subordonné. » [4] 

Dans tous les versions Ordo Templi Orientis, la lignée de succession est d'une importance vitale, car on croit que le leader est le dépôt de la puissance magique de l’Ordre, et a également une revendication sur divers droits d'auteur et redevances, en particulier de l’œuvre d’Aleister Crowley.


Le texte suivant doit être lu en relation avec Le Gnosticisme Correct où plusieurs des protagonistes mentionnés ici se produisent également.
Theodor Reuss Aleister Crowley Gnostische Messe Oriflamme





Séquences Significatives E.G.C.

L’Église Gnostique




1890 L’Église Gnostique est fondé par Jules–Stanislas Doinel du Val Michel sans succession apostolique, Doinel se nomme ‘Patriarche Valentin II’.
1892 Doinel consacra Gérard Encausse / 'Papus'.
1894 Doinel passa sa position à Fabre des Essarts / ‘Synesius’.
1899 Louis–Sophrone Fugairon / ‘Sophronius’ publia un « Catéchisme Expliqué de L’Église Gnostique ».
1902 Jean Bricaud / ‘Jean II’ est devenu membre.
1904 E.C.H. Peithmann / ‘Basilides’ publia son « Gnostischer Katechismus ».
1906 Le nom de l’ « Église Gnostique » a été élargi à l’ « Église Gnostique Catholique » (Gnostic Catholic Church, E.G.C., Ecclesia Gnostica Catholica).
1907 Bricaud est devenu le chef de l’Église, et a écrit une « Doctrine de la Gnose ».
1908 Schisme.
1911 L’Église s'est alliée avec le Martinisme.
1912 Theodor Reuss devint « Légat Gnostique » via Bricaud.
1913 Bricaud a reçu une succession apostolique.
1917 Reuss traduit la « Messe Gnostique » de Aleister Crowley en Allemand.
1919 Reuss devient « Légat Gnostique » pour la Suisse, tandis que Bricaud est devenu un représentant de 'O.T.O. de Reuss
1920 Bricaud voulait introduire la « Messe » de Crowley comme religion pour les Francs-maçons.
1921 L’entête de lettre de Bricaud rappelle à celui de Reuss : l’O.T.O. comme Néo-Chrétien O.T.O.
1924 E.T. Kurtzahn s'appela « Ecclesiarch ».
1925 Kurtzahn écrit sur « Die Gnostiker und die unsichtbare Kirche » (Sur les Gnostiques et l’Église Invisible).
1930 Arnoldo Krumm-Heller a rencontré Charles W. Leadbeater.
1934 Constant Chevillon est devenu Chef Général de l’Église.
1936 Chevillon reçois une succession apostolique.
1938 Chevillon consacra Reuben Swinburne Clymer.
1939 Chevillon consacra Krumm-Heller.
1944 Crowley nomma William Bernard Crow comme Chef de l’Église.
1972 Crow consacra Kermit William Poling / ‘Mar Titus’.

Martinisme


1891 Re-fondé par 'Papus'.
1901 Reuss est devenu « Inspecteur Special ».
1916 Charles Détré est devenu Chef.
1918 Bricaud est devenu Chef.

O.T.O.


1912 Crowley devint leader O.T.O. pour l’Angleterre et l’Irlande, et publia ses « Statuts ».
1914 Les « Statuts » de Crowley publiés par Reuss.
1915 Crowley décrivait Reuss comme « le Père le Plus Révérend ».
1917 Reuss se nomma Chef de l’O.T.O. Néo-Chrétien Gnostique et publia de nouveaux « Statuts » avec une applicabilité mondiale.
1918 La scission présumée de l’O.T.O. français (Jean-Maine).
1919 Bricaud est devenu « délégué général pour la France de l’O.T.O. ».
1919 Crowley, dans difficultés financières, a de nouveau publié ses anciens « Statuts » qui étaient subordonnés à Reuss.
1920 Franc-Maçonnerie rompu de l’O.T.O.
1920 Kurtzahn participation aux réunions du chapitre O.T.O. de Reuss.
1921 Crowley s'est déclaré OHO.
1933 Peithmann émigre aux États-Unis.
1948 Crow s'est nommé OHO de l’O.T.O.

Memphis-Misraim


1908 Reuss a donné des titres Memphis-Misraim (M.M.) à 'Papus', Bricaud et Détré.
1912 Crowley a reçu des titres M.M.
1916 Détré est devenu Chef de M.M. et Martinisme.
1918 Bricaud est devenu Chef de M.M. et Martinisme.



Succession Apostolique Eglise Gnostique
Eglises Patriarches Gnostiques



Professions de foi des Églises Gnostiques associées à l’O.T.O.

CATHÉCHISME GNOSTIQUE
À L'USAGE DES FIDÈLES
DE
L'ÉGLISE CATHOLIQUE GNOSTIQUE
DONNÉ PAR
S.G. + JOHANNÈS BRICAUD
EVÊQUE-PRIMAT.

1907.

Le sermon de S. G. + Johannes Bricaud (Jean II) à l’occasion de sa nomination en tant que Patriarche de l’Église Gnostique Universelle de Lyon, 1908.



  1. « — Nous croyons au divin Proarché et propator éternel, être infini et tout puissant, passé de la puissance à l’acte en un être partait, Dieu un et triple.
  2. — En un premier tridyname le père, suscitateur et attracteur de tous les êtres visibles et invisibles.
  3. — En un second tridyname le fils, logos divin manifeste par Christos lumière intellectuelle et physique, vrai Dieu comme le père et consubstantiel à lui, sans qui aucune chose n'a été faite.
  4. — Qui s'est concentré sur la terre dans la personne de Jésus, esprit supérieur descendu ici-bas pour nous, où il s'est uni à une âme et à un corps semblable aux nôtres dans le sein de Miriam.
  5. — Qui s'est manifesté en Jésus depuis le moment (le son baptême jusqu'au moment de sa passion.
  6. — Qui nous a parlé par sa bouche et nous a enseigné la gnose et la vie sainte, afin de nous délivrer de l’esclavage du Démiurge et de son archon Terrestre, et ainsi de permettre notre retour au monde pneumatique notre patrie, comme lui-même y est retourné après sa mort.
  7. — Nous croyons en un troisième tridyname, l’amour qui procède du père parallèlement au fils et se manifeste par pneuma-agion (l’esprit-saint).
  8. — Qui donne l’amour avec la vie, qui nous met sur la voie de la vérité et de la sainteté, qui unifie tous les êtres, et qui est adoré et glorifié avec le père et le fils.
  9. — Nous croyons en un univers pneumatique, église immense des esprits, aussi ancienne que Dieu lui-même et antérieure à l’univers hylique, mais dont une colonie est venue habiter la périsphère de notre globe et d'où sont descendus les hommes en tant qu'esprits.
  10. — Nous confessons les deux baptêmes et les trois autres mystères pour la purification et la transmutation de l’homme.
  11. — Nous attendons sur terre l’établissement du royaume du ciel et le rétablissement de l’homme dans son état primitif.
  12. — Et à la fin, la réapparition des morts avec Jésus chef de l’Église terrestre; l’ascension et la réintégration de cette assemblée dans le ciel; la dissolution des esprits réfractaires à toute conversion, en même temps que la dissolution de l’univers hylique, œuvre du Démiurge. Amen.»


Lyons, 1908.

Credo de l’Église Gnostique de France, Paris 1913

Marie Chauvel de Chauvigny Esclarmonde (Sophia), de : « Bref Exposé de la Doctrine Gnostique », Paris 1913. [Prétendument Aleister Crowley a écrit sa Messe Gnostique dans la même année]

  1. « Je crois que tout procède d'un Principe Universel, ineffable, sans limite et sans forme, Un dans son essence, et triple dans ses manifestations : Père, Fils, Esprit.
  2. Je crois que ce Principe est le suprême Propâtor, et que la Pensée, indissolublement unie a lui-même, a engendré la hiérarchie des Saints Eons qui sont ses attributs, par lesquels II se manifeste, et qui, émanés de Lui, lui sont consubstantiels.
  3. Je crois que le Démiurge est le principe de la division et de l’égoïsme, qu'il a produit toutes les relativités, et qu'ainsi il est le créateur de toute forme et de toute existence individuelle ; mais que le principe supérieur qui est en lui et par lequel il se rattache à l’esprit Universel, procède directement du Propâtor.
  4. [manque]
  5. Je crois que l’Éon Christos, uni à l’Esprit-Saint, se manifeste à nous par les ‘Sauveurs’, et que le Sauveur de notre âge terrestre est Jésus à qui ils ont inspiré l’Évangile Éternel.
  6. Je crois que la mission de ces Sauveurs a pour but de préparer en nous l’avènement du Paraclet qui est le Saint-Esprit et qui se manifeste à nous comme la Vierge de Lumière.
  7. Je crois que tous les êtres rentreront finalement dans le sein du Plérôme, où règnent l’Harmonie, la Justice et la Grâce dans tous les Eons
Aôm! — »

T. Esclarmonde S., le 26 février 1913.

Original : S.-J. Esclarmonde : « Bref Exposé de la Doctrine Gnostique », Credo Gnostique, 1913.


Theodor Reuss : Nos Principes Fondamentaux, 1913

« Dieu et le monde (visible et invisible) forment un royaume incommensurable (l’univers) englobant tout entier, constitué de l’énergie primordiale consciente (ou pouvoir créateur), du trait de caractère positif de l’univers et de la substance primordiale inconsciente (ou Oeuf Mondial), le caractère négatif du caractère de l’univers qui, par contact (Création, Coïton), a créé de nouveaux mondes et, par essence, des êtres similaires, et continue de les créer, car, à notre avis, l’univers est double, positif et négatif (c.-à-d. double), et ce n’est que par leur union que naît la 'vie' de notre intuition en tant que vision du monde dualiste.
L’identité essentielle des créatures auprès du Créateur est que le pouvoir créateur primordial (pouvoir de génération) est également inhérent aux créatures. La capacité des créatures à produire (créer ou créer) des créatures de leur espèce et de leur genre par l’acte de procréation est la preuve inhérente aux créatures de leur descendance (divine) depuis le créateur primordial. En ce sens, les paroles de la Bible doivent être comprises : 'Et Dieu créa l’homme à sa propre image, à l’image de Dieu, il le créa.' »


« Oriflamme » du juillet 1913.


Credo de Theodor Reuss et de l’Église Gnostique Catholique d’Aleister Crowley

« Je crois en un Dieu secret, indescriptible, le Seigneur, en une étoile dans le troupeau d'étoiles, du feu duquel nous créons et retournons. Pour un père de vie. O mystère de tous les mystères. Il s'appelle Chaos. Le seul représentant du ballon solaire sur cette terre. Et à un air, le fournisseur de tous les êtres, qui respirent. Et je crois en une terre, notre mère, du sein duquel tout ce qui est né est né.
O mystère de tous les mystères. Elle s'appelle Babalon. Et je crois au serpent et au lion.
O Mystère de tous les mystères, appelé Baphomet. Et je crois en une Église Gnostique et Catholique dont la loi est la lumière, l’amour, la vie et la liberté. Elle s'appelle Thelima
[sic]. »

Traduit de Theodor Reuss : « Die Gnostische Messe, Aus dem Original-Text des Baphomet, übertragen in die deutsche Sprache von Merlin Peregrinus », 1917. Facsimile dans « Der Grosse Theodor Reuss Reader ».


Babalon est la prostituée Babylone de l’Apocalypse biblique (Le Livre de la Révélation) de Jean : 17; 1-18 (« Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre »). Crowley alterne le y et le a afin que le terme s’insère dans sa nouveau-religion Thelema.
Baphomet, dans la langue de l’O.T.O. de Crowley, est le serpent du lion, ce qui signifie le sperme. Le sang du phallus. Le Saint-Esprit. Une partie du sacrement, l’hôte.
Et depuis que Crowley, à la tête de sa branche O.T.O., a lui-même adopté le nom de Baphomet, on peut également dire : Dans son O.T.O. vous adorez Crowley.

À propos de la Spermatophagie Sacré. Reuss a déclaré que le livre de Chevalier Le Clément de St.-Marcq : « L'Eucharistie » de 1906 contenait le secret ultime de l'O.T.O. : l'union de l'homme et de Dieu, telle qu'enseignée par Jésus-Christ, par assimilation, i. la consommation du sperme parce que seulement le sperm contient le logos. Plus vous mangez de sperme, plus la manifestation du Christ a lieu en vous : et aucune femme n'est nécessaire pour cela.


Credo de la Messe Gnostique de Arnoldo Krumm-Heller

Portugais : « Je crois en Marie, Maia, Isis ou sous tout autre nom, je crois en l’Unité de Dieu, en le Père en tant qu'entité impersonnelle, ineffable et non révélée, que personne n'a vue, mais dont le pouvoir créateur était et est incarné dans le rythme perpétuel de la Création. Nom, dans la force physique symbolisant la Nature, dont la conception et l’illumination révèlent la fertilité de la Nature.
Je crois au mystère du Baphomet et du Demiurge.
Je crois en une Église transcendante, supérieure, maintenue dans les âmes pures, dans la Hiérarchie Blanche, représentée par la Fraternité Rosicrucienne et qui a son représentant dans la Sainte Église Gnostique, dirigée par le Patriarche, ses archevêques, ses évêques et ses prêtres.
(Un acolyte :) Notre loi est lumière, amour, vie, liberté et triomphe.
(Le prêtre :) Notre devise est Thelema. »


Espagnol : « Je crois en Marie, Maya, Isis ou quel que soit son nom, à la force physique qui symbolise la nature, dont la conception et la naissance révèlent la fertilité de la nature.
Je crois au mystère de Baphomet et du Demiurge.
Je crois en une Église transcendante, supérieure, maintenue dans des âmes pures, dans la Hiérarchie Blanche, représentée par la Fraternité Blanche, et qui a son représentant dans la Sainte Église Gnostique, dirigée par des Patriarches, des Apôtres, des Évêques et des Prêtres. Notre loi est l’amour, la vie, la liberté et le triomphe. Notre slogan est Thelema. »


Arnoldo Krumm-Heller : « Misa Gnostica », aucune date. Facsimile dans les livres de P.R. Koenig.


Fraternitas Saturni : Juste Cruci Suffixus Est

« La lumière lutte avec l’obscurité. Le logos solaire se battent avec le démiurge pâle, avec Saturne, le fils prodigue, pour le règne de son royaume. — Deux planètes tournent d'abord autour notre étoile mère dans un chemin étroit, Mercure et Vénus. Selon la doctrine ésotérique, ils sont considérés comme des sauvés, échappant à la domination de Saturne. — Sur la planète suivante, sur notre terre, la bataille fait rage depuis des millions d'années ; Elle se situe à une intersection très significative au sein de la chaîne planétaire, car l’Esprit de la Terre n'est pas encore racheté. Les planètes extérieures sont encore des serviteurs de Saturne, l’Ange Noir. — Le résultat de cette bataille est décidé en nous, dans le cœur des hommes. — Chaque ego, qui retourne au père, le logos, est perdu pour l’empire de Saturne, affaiblit les rangs de l’armée noire. Selon la doctrine gnostique, il s'agit-il d'un formidable principe spirituel, théonique, constamment à la recherche de l’Esprit de la Terre et, avec lui, de l’humanité à libérer des griffes du Vieux Dragon. Dans le vrai sens du mot, il y a une force d'amour spirituelle libérant le monde à l’œuvre, à partir du Père, le Logos de notre Soleil. Le principe de Chrestos est son esprit universel fonctionnel. [...]
À ne pas ignorer : le règne de Saturne n'est pas du tout brisé ; encore les démons martiaux de violence brutale, le démon d'abondance matérielle de Jupiter, et le pouvoir terrestre sont déployés pour sa commande ; encore il règne sur terre par son serviteur, la lune, et les démons lunaires.
Aussi, les démiurges transatlantiques de Neptune, Uranus, Pluton et peut-être d’autres étoiles l’assistent également. Le principe négatif continue d'envoyer les mahatmas sombres, les puissants de cette terre.
Vu de de cette façon, la lutte impitoyable qui fait rage parmi ceux qui réclament leurs sacrifices même dans les royaumes les plus reculés de la nature devient compréhensible. Ce n'est pas l’humeur folle du Dieu ‘Tout-Puissant’ qui produit ces contrastes macabres : deux dieux et deux cosmocrates se battent pour la domination. Le sens ultime de cette lutte, la grande raison qui l’a précédée, reste un mystère. »


Karl Spiesberger, « Blätter für angewandte okkulte Lebenskunst », Heft 45, Berlin 1953.


« Mais le service conscient du principe de Saturne supérieur apporte une connaissance profonde. ‘Lucifer‘ comme l’Étoile du Matin [...] est non seulement le grand ange déchu Lucifer, mais aussi le frère du Christ. Saturne dans ses octaves supérieures est l’incarnation des leçons les plus profondes de la maturité apprise par la souffrance.
Derrière ses portes sombres se trouve la rédemption. Saturnus — le Gardien du Seuil — brille alors comme dans la lumière douce — pardonnant – bonté de Jupiter, parce que son icône a ensuite tourné dans le miroir -. Jusque-là éons passera.
Dans l’union astro-physique, Saturne envahira Jupiter lors d’un formidable mariage cosmo-chymique. Il formera le noyau du nouveau système planétaire ainsi créé en fonction de la structure atomique des deux planètes. La bonté tempère alors la dureté et amène un âge d'or au rythme puissant du devenir cosmique.
Dans un nouveau Manvantara, l’humanité sera libérée de la souffrance de la croix. »


Eugen Grosche, « Blätter für angewandte okkulte Lebenskunst » 48, Berlin 1954.


« Dans un avenir encore lointain, après avoir reçu Helios, Volcan, Vénus et Mercure, le Logos Solaire intégrera également la Terre, qui à son tour a absorbé Luna, Mars et les Astéroïdes.
Jupiter et Saturne deviendront alors une grande étoile double dans le ciel. Une fois ces deux fusionnés, seuls Saturne et le soleil seront laissés pour durer et s'unir. Alors Saturne, le frère noir du soleil, le principe luciférien, a rejoint le principe Chrestos du soleil. Le fils prodigue est retourné chez le père. Caïn et Abel sont réconciliés. Le grand processus d'inhalation est terminé. Une grande pause suivra et, après ce début, un nouveau développement mondial. »


Grosche, « Blätter für angewandte okkulte Lebenskunst », Berlin Juin 1960, autrefois dans « Magischer Brief. Magia Cosmosophia » 9, Berlin 1930.


Johannes Maikowski (un des Grands-Maîtres de la Fraternitas Saturni) à propos de ces citations :
« La réalité des FS était très différente : lorsque je suis arrivé en 1955, Gregorius [Eugen Grosche] m'a présenté Saturne comme étant le Dieu chrétien, Père Dieu, alors pourquoi le FS célébrait samedi, le jour de Saturne, Dieu, parce que le FS était le Fraternité de Dieu.
Eh bien, ma femme et moi savons maintenant que Gregorius a secrètement dit à chacun ce qu’il comptait entendre.

[…]
Et en outre, personne dans le FS n'a tiré de ces essais une conséquence à ce jour. Et de toute façon, le nom de Spiesberger, en tant que l’un des plus grands copistes et putschistes, ne sonne pas bien à côté de Gregorius.
Et si on savait tout ce qui était écrit dans les essais, pourquoi ont-ils continué à mettre Saturnus au-dessus de tout, et des autres démons planétaires ? »
[5]


Comme pour quelques Thelémites, le but n'est pas seulement la rédemption de l’individu par Thelema, mais également l’évolution de toute l’humanité, dans la mesure où les Saturniens participent à la rédemption du Demiurge Terrestre.
Cependant, Grosche ne pense pas beaucoup d'une église catholique gnostique dans le style de Reuss et Crowley. À l'avis de Reuss et Hermann Joseph Metzger, l'O.T.O. être une communauté de « néo-chrétiens gnostiques », dit Grosche : Mais « la vraie Gnose n'a rien à voir avec la doctrine chrétienne [...] un gnosticisme chrétien est tout aussi répréhensible aujourd'hui qu'un spiritisme religieux. » [6] « Vous ne pouvez pas être un chrétien templier ou un gnostique catholique ! Les deux sont un mysticisme pervers. » [7] Grosche se démarque ainsi de la déclaration de E.P.H. Barth / ‘Amenophis’ selon laquelle la Gnostica Ecclesia Catholica est une ecclesiola in ecclesia, une petite église située dans l’église. [8] Une opinion piétiste exprimé déjà de E.T. Kurtzahn en 1925 [9] et ensuite de H.J. Metzger en 1963. [10]

Dieter Heikaus, un évêque de Mariavite de l’Église Gnostique Catholique en Allemagne (qui n'existait probablement que dans la circulaire de l'Ordo Saturni) et grand maître de l’Ordo Saturni, fondait (au moins dans une circulaire) [11] à la Réunion de La Loge du Printemps 1990, le Verein Weltliches Saturn-Kloster (l'Association Monastère Séculaire de Saturne). Eugen Grosche a déjà parlé dans ses « Blätter für angewandte okkulte Lebenskunst » dans le numéro 44 du novembre 1953 de ce monastère « construit selon les lois du bâtiment saturnien », pour lequel des frères F.S. prétendument en Autriche (Brüx) et sur le Obersalzberg (où, plus tard, Hitler a eu une de ses retraites) avaient mis à disposition gratuitement des chantiers de construction avant la Seconde Guerre Mondiale.




J.S. Doinel: La gnose de Valentin, avril 1890
Jules Stany Doinel: Première homélie, septembre 1890
J. Doinel: Restauration de la Gnose, septembre 1893
J.S. Doinel: La fraction du pain, mai 1894
    English translation: Ritual of the Breaking of the Bread
J. Doinel: Mandement de sa Grâce, avril 1894
J.S. Doinel: L'appareillamentum, juin 1894
J.S. Doinel: Restauration de la Gnose , 1894, english PDF
Fabre des Essarts: Conciliation gnostique, mai 1895

The Ordo Templi Orientis Phenomenon Basilides


The Ordo Templi Orientis Phenomenon Valentinus
Joannès Bricaud: Doctrine de la Gnose 1907, english PDF
Joannès Bricaud: Homélie, février 1908
J. Bricaud: Profession de foi, 1908
J. Bricaud: Église Gnostique Universelle

Les statuts publiés dans La Gnose, revue officiel de l'Église Gnostique Universelle, fondé et dirigé par René Guénon (1909-1912): l'église de Fabre des Essarts / Synésius. Après une rupture cette Église devint l'Église officielle des Martinistes.

S.-J. Esclarmonde: Bref Exposé De La Doctrine Gnostique, Credo gnostique, 1913


Czesław Czyński — Punar Bhava, Martinism, Gérard Encausse — Papus, Mysteria, Oriflamme, Theodor Reuss, VII° Ordo Templi Orientis, Order of the Illuminati, Eglise Gnostique Universelle, Baphomet en Pologne, Jan Korwin-Czarnomski, Mikołaj Mikołajewicz Czaplin, Stanisław Sławomir Jastrzębiec-Kozłowski.
Rafal T. Prinke: Polish Satanism & Sexmagic Czesław Czyński: Triomphe de l'occultisme. Avant-propos par Gérard Encause / Papus. Un compte rendu détaillé de l'affaire André Gilevitsch — Gilewicz
Zbigniew Lagosz: NA OBRZEZACH RELIGII I FILOZOFII CZESLAW CZYNSKI
Mysteria, Revue mensuelle illustre d'etudes initiatiques, Revue Mensuelle d'etudes Initiatiques, Ordre Martiniste, Eglise Gnostique Universelle, Gérard Encausse, Papus, F. Ch. Barlet, Albert Faucheux, Charles Detre, Teder, Copin-Albancelli, A. Porte du Trait des Ages, Paul Sedir, Yvon Le Loup, Henri Antoine Jules-Bois, Jean Bricaud



"Mysteria", 1;2, Paris février 1913




Ecclesia Gnostica Catholica GNOSTIC CATHOLIC CHURCH Eglise Gnostiqe Catholique Eglise Gnostique Universelle Wandering Bishop Episcopi Vagantes

Ecclesia Gnostica Catholica GNOSTIC CATHOLIC CHURCH Eglise Gnostiqe Catholique Eglise Gnostique Universelle Wandering Bishop Episcopi Vagantes

GNOSTIC CATHOLIC CHURCHES Ecclesia Gnostica Catholica Wandering Bishops Episcopi Vagantes Eglise Gnostiqe Catholique Eglise Gnostique Universelle Jules Stany Doinel Fabre des Essarts Joannès Joanny Bricaud S.-J. Esclarmonde

Grand Temple Gnostique GNOSTIC CATHOLIC CHURCHES Ecclesia Gnostica Catholica Wandering Bishops Episcopi Vagantes Eglise Gnostiqe Catholique Eglise Gnostique Universelle Jules Stany Doinel Fabre des Essarts Joannès Joanny Bricaud S.-J. Esclarmonde Temple Sanituaire Vestibule GNOSTIC CATHOLIC CHURCHES Ecclesia Gnostica Catholica Wandering Bishops Episcopi Vagantes Eglise Gnostiqe Catholique Eglise Gnostique Universelle Jules Stany Doinel Fabre des Essarts Joannès Joanny Bricaud S.-J. Esclarmonde






O.T.O. et E.G.C. : Pour l’apparence, ils font de longues prières [12]

Tandis que Theodor Reuss et Aleister Crowley ont construit un background français pour leur messe gnostique au sein de l’O.T.O., il est fort probable que Hermann Joseph Metzger est responsable de relier le phénomène O.T.O. en 1955 au concept de la « succession apostolique » [13] ou, comme il l’appelait, la « Succession Antiochite-Jacobinic, Syro-Malabarite lignée de Mar Athanasius depuis 1877. » [14] Aujourd'hui, beaucoup de nouveaux groupes-O.T.O. (par ex. le Califat) essayent de copier ce schéma.
Pour comprendre cette revendication, il convient de garder à l’esprit les trois lignes de succession (très simplifiées) suivantes : [15]

  1. Le lignage de René Vilatte
  2. Jules Doinel et son Église Gnostique
  3. Le schisme sous Joanny (Jean) Bricaud.


(a) Paulose Kadavil Kooran / ‘Mar Athanasius’, 1833-1907, légat d'Ignatus Pierre III de Antiocha, était Évêque Syrio-Jacobin de Kottayam à Malabar. Le 29 juillet 1889, il consacra Joseph René Vilatte, qui a pris le nom de ‘Mar Thimoteus I’. Il est né en 1854 et a été ordonné le 7 juin 1885 en tant que prêtre de la Christkatholische Kirche suisse, une branche du Altkatholische Utrechter Union. Puis Vilatte se mit à consacrer un grand nombre d'évêques, mais ces consécrations et les Ordres qu'il a fondés n'ont pas été reconnus par l’Église Jacobite, l’Église Syrian-Antiochan ou l’Église Catholique Romaine.
En omettant les dates et les détails complets, la ligne de succession suivante mène à l’O.T.O. de Reuss : Alvarez, Vilatte, Gulotte, Hussay, Giraud et Joanny Bricaud (après le 21 juillet 1913). Villatte meurt en 1929. Il convient de noter que Vilatte n'a jamais été membre d'aucune « Église Gnostique ».

(b) Le 21 septembre 1890 (?) une nouvelle Église apparaissant du jour au lendemain en France : Jules-Stanislas Doinel (8.12.1842 — 16.3.1902) a fondé L’Église Gnostique sur la base de sa rencontre avec la Sainte Marie — comme médium ; Il se nomma ‘Patriarche Valentin II’. Doinel avait des amis proches dans la Théosophie, par exemple Lady Caithness. [16] En 1892 Gérard Encausse / ‘Papus’, qui était aussi un Théosophe, adhéra à l’Église de Doinel.
En 1894 Doinel transmis sa position au Martiniste Leonce-Etienne (Eugène) Joseph Fabre des Essarts / ‘Synesius’ (1848-1917). En 1901 Bricaud s’a connecté ; Le 24 juin de cette année Theodor Reuss devint 'Inspecteur Spécial’ Martiniste pour Berlin du Martinisme refondée de ‘Papus’ en 1891. En 1906, le nom de l’Église a été changé en l’ « Église Gnostique de France ». L’Église a adopté une forme de messe qui a été décrite comme étant semblable à l’ancienne tradition Catholique.
En 1907 patriarche de Essarts mourrait et Joanny Bricaud (maintenant ‘Jean II’) a pris sa place. Mais en 1908 un schisme gnostique s'est produit : la branche à Lyon sous Bricaud a pris encore un nouveau nom ; « Église Gnostique Catholique » ( E.G.C.). Puis il l’a changé à nouveau pour devenir l’Église Gnostique Universelle (E.G.U.). Pendant ce temps, le Gnosticisme original de Paris avait été repris par Léon Champrenaud / ‘Théophane II’ qui est ensuite désintégré sous Paul Genty / ‘Basilide’ en 1926. Il n'est toujours pas certain si Genty était le ‘Basilide’ qui a été dit d'avoir consacrée Arnoldo Krumm-Heller, ou si signifiait E.C.H. Peithmann, qui avait la même devise Gnostique.

(c) ‘Papus’ demeura fidèle à son Patriarche Bricaud. En 1911, l’Église Gnostique Universelle devint l’Église Officielle du Mouvement Martiniste de ‘Papus’. En 1912 Bricaud fait de Reuss un « Légat Gnostique » bien que Bricaud n’ait pas reçu de titre apostolique valide de la Succession (Vilatte) jusqu'en 1913.
Après la mort de ‘Papus’ en 1916, Charles Détré repris charge des deux Ordres Memphis Misraim et Martinisme ; qui tous deux sont ensuite repris par Bricaud quand Détré meure en 1918. Avec une répétition de la rupture de l’Église Gnostique de 1908, l’O.T.O. Français est tombé en morceaux en 1918.


O.T.O. Gnostiques et Templiers


Le 15 mars 1908 [17] Reuss envoya à 'Papus' une Charte Memphis-Misraim, mais il ne mentionnait ni l’O.T.O. ni l’E.G.C. Le 24 juin 1908, Reuss a accordé des Chartes à ‘Papus’, Détré et Bricaud qui n'ont encore mentionné que des titres de M.M. [18] 

Le 21 avril 1912, Aleister Crowley a reçu une Charte de Reuss qui n'a néanmoins fait aucune mention de l’E.G.C. [Ceci est important car certains présumés successeur de Crowley encore prétendent que Crowley était à la tête d'une Église Gnostique traditionnelle liée à l’O.T.O. qu’alors il était seulement à la tête de sa propre Église auto-créée]. Comme Bricaud a obtenu sa première succession « apostolique traditionnelle » de Giraud en 1913, toutes les consécrations possibles dans la période précédente n'auraient qu’été que d'une nature spirituelle. ‘Papus’ meurt en 1916.

À une certaine étape en 1917 Reuss traduit la « Messe Gnostique » de Crowley en Allemand pour « les Néo-Chrétien Gnostique O.T.O. ». Dans son introduction, Reuss parle de « les nobles enseignements de la sainteté de l’organe divin, » et de « la piété de l’acte terrestre de génération, comme un parallèle de l’acte divin originel de génération. » « Par conséquent, un acte d'amour consommé sous le contrôle de la volonté en Dieu, est un acte sacramentel, ‘un mariage mystique avec Dieu’, une communication, une auto-union avec Dieu. La sainte Messe est un cérémonial, manifestation symbolique d'une union mystique de l’homme avec Dieu. » [19] 

Reuss se décrit lui-même dans le postscript de cette traduction comme « le Chef actuel des Néo-Chrétiens Gnostiques [...] Patriarche Souverain et Primate de l’Église Gnostique », et en même temps comme seulement le « Légat Gnostique de l’Église Gnostique Universelle de France pour la Suisse » [20] sous le Leadership du Patriarche de Joanny Bricaud. Pourtant, dans le même souffle, il a parlé de ce dernier comme identique à ce précédent ; Tout à fait pourquoi ceci demeure incertain. Est-ce que Reuss avait prévu de fonder une E.G.C. indépendante ?

[Dans l’édition de H.J. Metzger de cette « Messe Gnostique » en 1955 [21] les références à Reuss, Bricaud, Baptiste, Clément ont disparu.]

Reuss fait Bricaud (33°, 96°) un « délégué général pour la France de l’O.T.O. » le 10 septembre 1919 ; Reuss a également accordé à Bricaud le pouvoir de fonder un Sanctuaire Souverain M.M. du 95° en France pour la première fois, depuis la Charte qu'il avait donné à Encausse et Détré en 1908 n'était pas adéquat pour cela. [22] En contrepartie, Reuss a été fait « légat gnostique pour la Suisse » par Bricaud le 18 septembre 1919.


Bricaud et Reuss ont ensuite révélé leur idée d'introduire la « Messe Gnostique » de Crowley comme une religion gnostique pour le 18° du Rite Écossais, au Congrès Maçonnique de Zurich en 1920. [23] Cela a conduit à la rupture finale entre l’O.T.O. et la Franc-maçonnerie.

En 1921 l’en-tête de Bricaud portait la légende « Église Chrétienne moderne Néognostique » qui était très réminiscent à « Das Aufbauprogramm und Leitsätze der Gnostischen Neo–Christen O.T.O. » de Reuss. [24]


Une messe ne fait pas encore une église


Stephan Hoeller, auteur et érudit en gnosticisme et psychologie jungienne, aussi évêque régional de Ecclesia Gnostica : « Même si ce rituel [de la « Messe Gnostique » de Crowley ou « Liber XV »] était beaucoup plus satisfaisant tout deux d'un point de vue Catholique et Gnostique, on serait forcé d’en dire : ‘Une messe ne fait pas encore une église’ ... Bien qu'il puisse y avoir des degrés honorifiques d'ordres Maçonniques conférés à distance ou ‘à vue’, cela ne peut se faire dans une succession ecclésiastique. » [25] 

Jusqu'à présent, aucune preuve n'a pu indiquer que Reuss ou Crowley n’aient jamais été personnellement consacrés. Des allégations correspondantes n'ont pas encore été vérifiées. Cependant, un certain William Bernard Crow a été nommé Patriarche par Crowley en 1944 par courrier (voir ci-dessous).

Parce que de nombreux groupes O.T.O. ont prétendu que Reuss et Crowley avaient été des « Évêques » et des « Patriarches » de l’Église Gnostique Catholique, et qu'ils considéraient la position de l’O.H.O. (Outer Head of the Order = tête extérieure de l'ordre) demande aussi la position du « Patriarche », la question sur l’authenticité se pose d’une telle affirmation.

Robert Amadou, capacité dans le domaine des sociétés secrètes françaises, écrit en 1990 : « 1. En matière d'O.T.O., je suis incompétent or le sujet m'est étrange. 2. J'ignore donc si Reuss et/ou Crow­ley ont jamais reçu une consécration épiscopale dans la lignée apostolique. 3. En tant qu'histoire de l’E.G. en France, je puis toutefois as­surer qu'à ma connaissance, il n'existe aucune preuve ni même aucun indice: a) que Papus ait jamais reçu une autre consécration que celle que lui conféra Jules Doinel en 1892; b) que Jean Bricaud ait jamais consacré Crowley évêque. » [26]


L’expert sur Crowley Gerald Yorke a dit : « Membres de l’OTO sous Reuss ou Crowley n'étaient pas des membres ‘ex officio’ de l’Église Gnostique où ni eux ni [Karl] Germer étaient des évêques. » [27] 


Sur Reuss ne vient jusqu’en 1912 seulement une succession épiscopale de nature spirituel de ‘Papus’. Si la charte O.T.O./M.M. de Reuss à Crowley de 1912 (où le terme ’O.T.O.’ a été ajouté PLUS-TARD !) soit considérée comme une consécration episcopale ou non, c’est Bricaud qui ne reçoit une succession apostolique via Giraud que le 21.7.1913 pour l’insérer dans l’Église Gnostique Universelle. [28]
Parce que Bricaud a reçu la consécration valide via Giraud pour l’E.G.U. après le juillet 1913, sa nomination de Reuss comme Légat Gnostique en 1912 n'était pas apostolique.
Est-ce que Bricaud ordonnait Reuss après 1913 ? Si oui, est-ce que Reuss a consacré Crowley entre 1913 et 1914 alors qu'ils étaient à Londres ? Se sont-ils jamais rencontrés par la suite (par exemple après 1918) ? Si Reuss a ordonné Crowley comme évêque apostolique, il ne peut s’y avoir été après le 21 juillet 1913, que cette succession pourrait avoir été transmis. Après Crowley s’en va en Amérique en 1914, Reuss publia une traduction de l’essai de Crowley « Honesty is the best Policy » en mai 1915 ; dans l’avant-propos, Crowley est seulement mentionné comme Grand Maître de l’O.T.O. pour l’Angleterre. [29] 
Au cours de la même année, Crowley dédia son « The Giant’s Thumb » (New York, 1915) à « le Roi le plus Saint de toute la Terre, le plus révérend Père en le Seigneur de l’Église Gnostique Catholique, Frater Superior O.H.O. de l’ordre religieux et militaire du Temple Oriental et Occidental » — c'est-à-dire, à Reuss. Jusqu'à présent, rien n'indique que Reuss et Crowley se rencontreraient encore une fois après 1914. [30]
Ce n'est qu'en 1919 que Bricaud a reconduit le mandat de Reuss en tant que légat gnostique. Si cela était synonyme de consécration épiscopale, la question de savoir si Reuss aurait consacré Crowley après Reuss à partir de 1917 ; surtout, après que Reuss n'avait jamais utilisé les rituels d'initiation thelemiques. Les journaux de Crowley entre 1914 et 1920 ne mentionnent rien des consécrations épiscopales ni des réunions avec Reuss. Lorsque Crowley dans son journal le 27.11.1921 se nomme comme O.H.O., [31] comme dans tous les journaux, il ne mentionne aucune consécration épiscopale.
Les statuts de l’O.T.O. de Reuss de 1917 (dont la version 1919 de Crowley, Liber LII, abréviations seulement les versions déjà publiées en 1912 et 1914) n'assimilent pas O.T.O. à l’Église Gnostique. La version de Crowley dit seulement que le La sagesse et la connaissance de plusieurs organisations, y compris l’Église Gnostique, devraient être incorporées dans l’O.T.O., mais pas les organisations elles-mêmes.
Crowley a voulu annexer la position de Reuss de l’O.H.O. et a commencé à se quereller avec lui. Quelques jours après que Reuss lui interdisait a mélangé Thelema avec l’O.T.O., Crowley a noté dans. son journal le 27 novembre 1921 : « Je me suis nommé comme O.H.O. Frater Superior de l’Ordre des Templiers d'Orient. » [Un mois plus tard, Reuss s'annonçait publiquement ainsi que Arnoldo Krumm-Heller comme les héritiers de Carl Kellner, cela veut-dire O.H.O. de l’O.T.O.]. Reuss a également noué lien avec l'A.M.O.R.C. de Spencer Lewis et lui a dit que Crowley a été expulsé de l’O.T.O.
En novembre 1921, Reuss s'est définitivement débarrassé de Crowley et a séparé Thelema de l’O.T.O. Chaque O.T.O Thelemite à partir de maintenant est seulement un groupe dissident de l’O.T.O. original (de Reuss). La plupart des Thelemites sont farouchement anti-chrétiens, alors pourquoi devraient-ils se soucier, même s’ils revendiquent la succession de ‘Papus’, Bricaud & Co. qui étaient certainement des Chrétiens Gnostiques plutôt que des Thelemites ?
Le Valentinianisme et le Catharisme enseignés par ces églises gnostiques françaises de Doinel & Co. ne représentent pas les spéculations de Logos-Spermatikos. Celles-ci sont d'abord interprétées par Reuss et plus tard par Crowley.

Karl Germer, l’héritier de Crowley (dans sa version O.T.O.), a allégué que Reuss aurait prétendument rencontré Crowley en 1922 à Palerme, en Italie (sur la péninsule de Cefalù), [32] mais cela n'a pas pu être confirmé par des documents.

Voir aussi Stephan Hoeller : « Position Paper Concerning the Thelemite or Crowleyan Gnostic Churches ». Sur l’importance de la succession magique sans schismes ; Sur l’intention valable et correcte des consécrations, et sur le fait qu’une messe ne fait pas encore une église.

Crowley rendit visite à Bricaud à Lyons en 1924, et le décrivit « comme une sorte de Jésus-Christ » , [33] ce qui rend peu probable une consécration face à l’aversion de Crowley pour le Christianisme (par exemple, dans son « The Gospel According to George Bernard Shaw ») [34] bien que Bricaud voulût introduire la Messe Gnostique de Crowley comme religion gnostique chez les francs-maçons en 1920. [35]

[Plus d'informations sur Crowley plus tard.]


E.C.H. Peithmann et l’O.T.O.
Ernst Tristan Kurtzahn


Pasteur Dr. Ernst Christian Heinrich Peithmann / ‘Basilide’ (3.5.1865-4.7.1943, mort à Südhemmern) [36] était membre de l’Ordre du Graal (fondé en 1893) dans lequel il introduisit des pratiques sexuelles magiques. [37] Après son départ de l’Ordre du Graal, il devint le fondateur de l’Altgnostische Kirche von Eleusis (Ancienne Église Gnostique d’Éleusis) dédiée à la « transformation de l’énergie sexuelle » et à la « libération de la semence de la servitude. »
En 1904 Peithmann publiait un « Gnostische Katechismus » qui avait une similitude au « Catéchisme Expliqué de L’Église Gnostique » de 1899 de Louis-Sophrone Fugairon / Sophronius’, et au « Catéchisme Gnostique » de 1907 de Bricaud. 'Sophronius’, qui avait déjà été consacré par des Essarts en 1903, et a été plus tard évêque de Prague sous Bricaud.

Plus sur Peithmann dans Le Gnosticisme Correct

En 1923 l’écrivain autrichien Gustav Meyrink (martiniste, une connaissance d’Aleister Crowley et fameux auteur de la littérature fantastique) s'intéressait à Peithmann. [38] Ensemble, ils recherchent les traces du Golden Dawn à Nuremberg.

Dans ses documents le péruvien Ruben Pilares Villa découvre que Peithmann avait passé la succession épiscopale à Arnoldo Krumm-Heller. [39] 

Dans un magazine de Arnoldo Krumm-Heller : « Il a été consacré [en 1930] évêque de l’Église gnostique au style ordinal et lors d’un congrès célébré par les grands dignitaires de la Vieille église gnostique de Londres il y a quelques semaines, il a été décidé de relever de son rêve cette Église sainte. J'ai visité le patriarche Basilides et il a confirmé mes pouvoirs pour créer des congrégations et des paroisses » en Espagne et en Amérique. [40]

Peithmann a fait un point de se distancier complètement de Crowley en 1929, mais selon son article « Gnosis », publié à titre posthume dans l’ « Oriflamme » de Metzger Nº 141 pour janvier 1974, son église était bien au courant avec des cérémonies de consécration et des degrés d'inauguration de l’O.T.O. et du Golden Dawn.


« Le moment le plus important de la gnose est la magie sexuelle. [...] la prolifération des glandes pubertaires ou du tissu intercellulaire au lieu et au détriment des gonades. En conséquence, à la suite de l'activation des glandes sécrétoires internes, le rajeunissement du corps est considéré comme un succès visible [...] ce sera enseigné à la ‘Maison de Rajeunissement Gnostique’ à Südhemmern sous la direction de Dr. E.C.H. Peithmann. » [41]
« Je jure devant le Dieu Omniscient et Omniprésent, que je garderai secret tous les livres, lectures, écritures et communications reçues de l’École Gnostique de Südhemmern ; Et que je vais m'abstenir de convoitises charnelles, et chercher et mener une vie sexuelle pure ; Que mon seul but sera ma propre amélioration, le bien-être de mes compagnons, et l’honneur de Dieu. » [42] 

En mars 1933 Peithmann a été expulsé de l’Allemagne par les autorités, et il émigrait par les États-Unis. [43] De là, il n'a plus jamais contacté ses disciples même pas par lettre.
« Vers la fin de l’année dernière [1986] le dernier membre vivant (85 ans) est mort. Malheureusement Peithmann n'a jamais repris contact avec les membres de son école, même après la guerre. » [44]
Ernst Christian Heinrich Peithmann — Basilides — Gnostische Mysterienschule — Altgnostische Kirche von Eleusis
Ce dernier élève a été visité par Dieter Heikaus et Ewald Dorpheide de l’Ordo Saturni, en 1986.

En 1974, H.J. Metzger (qui prétendait être patriarche de l’église gnostique, voir ci-dessous) de l’O.T.O. suisse a lancé un appel aux lecteurs de son magazine « Oriflamme » « à nous raconter leurs connaissances biographiques de Peithmann et Kurtzahn. » [45] 


Ernst Tristan Kurtzahn, (né 29.11.1879 à Königsberg) était un enthousiaste de l’Ariosophie [46] et auteur de livres tels que « Die Rosenkreuzer », et « Der Tarot » (tous deux publiés en 1920). Au départ ingénieur professionnel en construction navale, à partir de 1932 il travaillait comme enseignants commerciaux.

Après 1920 Kurtzahn a utilisé le motto ésotérique ‘Daiytanus’ [47] et participait aux chapitres de l’O.T.O. de Theodor Reuss. Dans la publication nationale « Der Weltloge » (Nº 1 de 1924) Kurtzahn a été annoncé comme Ecclesiarch de la Gnostica Ecclesia Catholica. [48]

Horst E. Miers, éditeur d'un « Lexikon des Geheimwissens » en 1970, pense que Kurtzahn n'était pas seulement un membre de la Fraternitas Saturni (ce qui semble tout à fait possible étant donné les 40 membres de la Pansophie / O.T.O. de l'époque des années 1920), mais aussi un collaborateur aux « Magische Briefe » de Eugen Grosche et même aurait été impliqué dans le magazine « Saturn-Gnosis » des années 1920 et dans la conception des rituels F.S. [49]

En 1925 Kurtzahn publiait « Die Gnostiker und die unsichtbare Kirche » ; [50] dans la table des matières se trouvent des chapitres tels que « Les mystères de la magie sexuel », « Mystères de la mort », et « Les pôles opposés des Gnostiques : la Femme et le Diable ».
    Traduction en Anglais : The Gnostics. — À propos de l’Église Gnostique Catholique, Androgyn + Gynandria, E.C.H. Peithmann, Peryt Shou, et le Immissio membri virilis in vaginam en évitant l’ejaculatio seminis.


Kurtzahn introduit l’utilisation d'une croix [+] dans les mottos-devises des noms de l’ordre, qui signifiait que la personne concernée « a révélé la présence de l’âme hermaphrodite en eux-mêmes. » [51] Ainsi Metzger a changé son motto en « + H. Josephus M. », pour ressembler à la version de Kurtzahn « + E. Tristan K. ». Dans le livre Kurtzahn fait de nombreuses mentions à la magie sexuel, et décrit la Gnostica Ecclesia Catholica comme « Eclisia [sic] Mystica et occulta » . [52] Il ni a aucune trace de Reuss ou de l’O.T.O. dans le texte lui-même, mais dans les annonces de l’éditeur à l’avant du livre, la « Messe Gnostique » et le « Programme de Construction de l’O.T.O. » ont été publié sous la rubrique « Livres à propos de la Gnose ».




« Les dix offices de l’EGC sont appelés : 1. Catholique , 2. Apôtre , 3. Hiérophante , 4. Patriarche , 5. Epibomo , 6. Primate , 7. Métropolitain, 8. Archevêque , 9. Évêque , 10. Prêtre. » [53]
Ernst Tristan Kurtzahn — Daiytanus — Gnostische Kirche in Deutschland




Herbert Fritsche et H.J. Metzger de l’Ordo Templi Orientis


Après la mort de Bricaud en 1939, Constant Chevillon est devenu l’héritier de l’Église Gnostique Catholique, respectivement de l’Église Gnostique Universel. Ordonné le 5 janvier 1936 par Giraud, Chevillon est venu de la ligné de succession de Villatte. Ce qui Reuss ainsi que le plus probable héritier Hans Rudolf Hilfiker avait pensé de l’O.T.O. peut être lu dans le Chapitre à leur sujet. En 1938 Chevillon a consacré Reuben S. Clymer, et Krumm-Heller en 1939. Clymer acceptait la position de Krumm-Heller en 1949 :

« Dr Krumm-Heller était Évêque de l’Église Gnostique, utilisant le Rituel Anglais, et par la mort de Peithmann a été désigné comme le Patriarche de l’Église Gnostique pour l’Allemagne-Autriche. » [54]


Après que Chevillon a été assassiné par la Gestapo en Mars (?) le 23, 1944, ses archives ont été envoyées par un M. de Saint-Vincent à Swinburne Clymer aux États-Unis. [55] 

Peu avant sa mort, Krumm-Heller prétendument aurait ordonné Herbert Fritsche, qui à son tour a ordonné H.J. Metzger (seule cette dernière consécration a été documentée) qui dans ce cas est allé main dans la main (dans cas : main sur les épaules) avec la direction de la F.R.A. – prétendument.

Markus Kumer, un ancien loyaliste de Metzger, avait sans aucun doute vu des certificats d'ordination de Fritsche pour Metzger, mais aucun provenant de Krumm-Heller pour Fritsche. [56] 
Herbert Fritsche Basilius Patriarch EGC Ecclesia Gnostica Catholica Fraternitas Rosicruciana Antiqua F.R.A.


Alors que le gnosticisme de Reuss serait classé dans le manichéisme, Krumm-Heller se penche plus près des Gnostiques de Barbelos. Dans les séminaires de Hermann Joseph Metzger à Stein, on attache également une grande importance à la « Pistis Sophia » [57] et à l'évangile de Thomas trouvé à Nag Hammadi. [58]

Le « programme de travail » répertorie toutes les religions possibles et adresse également à ses étudiants un cours de « Théologie Thelemite ». Le questionnaire joint au programme de travail demande non seulement les couleurs préférées, mais aussi « L'objectif de la vie ».




Lignee malabare Vilatte Jules Doinel Theodor Reuss E.C.H. Peithmann Arnoldo Krumm-Heller Herbert Fritsche Hermann Joseph Metzger



Hermann Joseph Metzger Patriarch of the Swiss Gnostic Church — Gnostische Kirche in der Schweiz À divers moments, les médias ont publié des photographies de l’autel de l’Église Catholique Gnostique suisse de Hermann Joseph Metzger. [59] 

Plus de Photographies ainsi que des Autels et Temples.
Hermann Joseph Metzer — Ordo Templi Orientis — Gnostic Catholic Church altar


Ecclesia Gnostica Catholica — Ordo Templi Orientis — Canon Missae — Switzerland — Liber XV — Aleister Crowley


En octobre 1957, Metzger fut ordonné évêque par Fritsche, avec Anita Borgert comme témoin.

Sept semaines avant sa mort à l’Équinoxe du Printemps de 1960, Fritsche passe sa position de « Patriarche » de l’E.G.C. à Metzger. Fritsche décède le 20 juin 1960 à l’Hôpital pour les Maladies Nerveuses à Haar à Munich — par coïncidence, c'était le même jour que l’anniversaire de Metzger. À partir de maintenant, il a été dit que le « Patriarcat de l’EGC — cette dignité, elle [Metzger] dérive de Chevillon, assassiné par la Gestapo en 1944, qui était lui-même le successeur de Joanny Bricaud. » [60] 

Le commissaire à l'observation des sectes en Allemagne, Friedrich-Wilhelm Haack, dit de Metzger sur la question de la succession : « [Fritsche] Son précurseur dans la position de l’église finissait sa vie dans un hôpital psychiatrique bavarois. Ce n'était guère le moment ou l’endroit pour ordonner un évêque. Bien que le maître actuel de cet ordre ait souvent écrit et parlé de ses titres — et lui-même fait des consécrations — cependant, il n'a jamais (au mieux de ma connaissance) produit de documents d'ordination. » [61]

Le projet de Metzger : « L’E.G.C. démontre l’unité de tous les rituels [...] Il est appelé Catholique [...] parce qu'il englobe tout », [62] « c'est une Ecclésia Sancta Catholique, » [63] et « c'est l’Église Minerval origine de l’Ordo Illuminatorum , » [64] parce que « les derniers positions [de la Psychosophische Gesellschaft] correspondent au clergé sacerdoce de l’E.G.C. Ce sont les Illuminati. » [65]
Maintenant, l’en-tête de lettre de Metzger est le symbole vert de l’Équinoxe, comprenant en dessous l’expression « Priorat Helvetia », et à côté de celle-ci « Gnostisch Katholische Kirche », sous-jacent « Église Catholique Gnostique Univer­selle ».


Metzger n'est pas le premier à voir les différents ordres et églises connectés. L’ancien membre de l’O.T.O. sous l’égide de Theodor Reuss, P. Ch. Martens [66] a déclaré : « La devise est : par l’entremise de la Croix vers la Couronne. Le symbole est le serpent élevé dans le désert. » [67] La première assignation des prêtres E.G.C. a eu lieu en 1902, la hiérarchie ressemblait à ceci : « Candidat, Minerval, Mage, Grand Mage, Prêtre, Souverain (Reuss), Gardien (Engel), Aréopage. » [68] Évidemment, Martens a confondu l’Ordre des Illuminati avec tout le reste sous Reuss. P.Ch. Martens, Geheime Gesellschaften, 1924


Et Metzger ?
« Rassembler les pouvoirs de procréation volés et maltraités et les ramener à leur propre place est l’œuvre de la grande âme de la Mère de la planète. » [69] 
« N’embrasser pas une Marianne nue ou Mélusine ; Elle est elle-même Nuit. » [70]
« La solution existe en supprimant sa semence de sa destinée terrestre, et en la renvoyant à sa source originelle. » [71] 
« Les extrémités de tous les nerfs sont dans les organes reproductifs, fournis par la nature pour une plus grande sensibilité, généré par l’achèvement du processus sanctifié de l’union — l’orgasme. » [72] 

Quand même, Metzger laissa Eugen Grosche dans l’obscurité sur sa conception du « plus grand secret » de l’O.T.O., dans une lettre du 23 Octobre 1950 : « Je ne vais ni confirmer ni nier quoi que ce soit. » Karl Germer lui-même ne connaissait pas les détails sur la position de Metzger sur les degrés O.T.O. impliquant la Magie-Sexuel : « ce que je voudrais savoir, c'est dans quelle mesure il possède la littérature secrète des VII°, VIII°, & IX°, et la connaissance. Jusqu'à présent, il a précautionné et été prudent de ne pas en dire trop. » [73] 

Adolf Hemberger expliquait après les scandales rapportés par Horst Knaut : « Fr. Paragranus [= Metzger] catégoriquement sépare lui-même et son O.T.O. de toute pratique exotérique de la magie sexuel. » [74] La « Messe Gnostique » allemand de Walter Englert, apostat de O.T.O.-IO suisse « était orienté vers le Culte d'Isis. » [75] 

Le 2 juillet 1977 un Italien de Florence appelé Loris Carlesi / ‘Tau Johannes’ de la Chiesa Gnostica Italiana a été inscrit « dans la liste des Frères » de l’Ordo Illuminatorum de H.J. Metzger ; La lignée de succession de Carlesi a été énuméré ainsi — Bricaud, Blanchard, Ménard, Ambelain, Brunelli. [76] Metzger n'a jamais retourné les rituels italiens que le « Caro Fratello Johannes » lui avait prêté, même si une « collaboration » aurait été « propice ». [77] Entre temps, Ian Semmel, originaire d'Allemagne, vivant à Madrid, est membre de la collection des ordres et églises de Metzger.

Étant donné que Metzger se démarque également avec véhémence de la magie sexuelle, on se demande comment il est d’accord avec l’héritier simultanément annexé des gnostiques libertins Reuss et Crowley. L'ambivalence du système barbeliotique de la « Pistis Sophia » — parfois ascétique, parfois transmise au libertinage – rend certainement un service remarquable. De plus, le fait que les « discussions habituelles à Stein [...] sont celles d'un jour de Stammtisch [table des habitués] moyen ». [78] À propos du gnosticisme de Reuss on est silencieux en Stein, la messe gnostique de Crowley est célébrée jusqu'à la mort de Metzger en 1990, davantage par nécessité religieuse que par interprétation de la magie sexuelle. Les discussions sont évitées, le libertinage est présenté comme un malentendu. L'attitude libertineuse de Metzger s'explique peut-être uniquement par le fait qu'il s'est clairement adressé à toutes les femmes d'Appenzell et de ses environs à Zurich. Cependant, le rôle de la femme est au moins émancipé intellectuellement, ce qui se reflète dans le rôle du chef intérimaire après la mort de Metzger : [79] la Sophia et la Sephira Hokhma sont associés cabbalistique-gnostiquamment, ce que nous atterrit à la devise magique de mademoiselle Annemarie Aeschbach.


O.T.O. de H.J. Metzger et Chrétienté

« L’Église Romaine n'est qu'un Ordre parmi tant d'autres. » [80] « Le plus grand trésor que l’humanité ait jamais gagné est l’enseignement du Christ. » [81] « La veille de Noël apporte la lumière [...] à travers la nuit à la lumière ! » [82]

L’un des innombrables titres de Metzger était : « + H. Josephus M., Patriarche de la Saint Église Gnostique-Catholique ‘Ecclesiola in Ecclesia’. » Dans son « Oriflamme » Nº 28 de Juin 1963, après la mort du Pape Jean XXIII, Metzger s’exprimait : « nous sommes touchés. » Quand le Pape Paul VI fut intronisé, Metzger envoya un télégramme de félicitations au Vatican et les ambassadeurs de l’Église luthérienne deviennent attentifs. [83] Ceux comprennent que « Metzger a souhaité que son EGC soit connu comme un mouvement œcuménique. » [84] Mais Metzger ne parvient pas à pénétrer dans les églises établies. Comme lui écrit l’évêque évangélique luthérienne de Bavière : « La tradition séculaire de votre communauté que vous prétendez ne correspond pas aux faits. Votre communauté n'a donc rien à voir avec d'autres communautés similaires. Votre activité n'est pas interconfessionnelle. On ne sait rien de la prétendue ‘collaboration œcuménique’ avec les églises. Aucune église œcuménique n’a aucun contact avec vous. » [85]

Le bureau épiscopal de Saint-Gall (c’est le canton suisse où Metzger dirige sa collection de loges et d’églises) a ajouté « que de notre part, nous n'avons jamais exprimé aucun avis concernant la P[sychosophische] G[esellschaft]. » [86] 

Ce que Metzger comprenait par œcuménique était probablement son association avec un Erich-Viktor Beyer « le père Adalbert Maria », qui était né le 4 septembre 1911 à Danzig. Les autorités ont enregistré qu'il vivait en Allemagne, à Böhringen près Radolfzell, et qu'il avait passé de nombreuses années comme un « moine Orthodoxe Russe errant », en remportant l’admission aux monastères Catholiques, couvents, et autres institutions, où il célébra la Grandes Messes en Latin et avait accepté des redevances pour ces Messes. [87] 

Le témoin Paul Rüdiger Audehm se souvient : « Metzger l’a appelé un ‘monastère d’un seul homme’ » . [88]

Beyer mourrait des conséquences d'une crise cardiaque, et a été enterré à la Cimetière à l'Est à Saint-Gall le 19 décembre 1967. Une grande délégation de l’Abbaye Thelema de Stein a participé à l’événement, splendidement vêtus de leurs robes de l’Ordre, dirigée par « Episcopus Metzger ». [89] 

Dans Erich-Viktor Beyer, Metzger voyait un « œcuménique sans compromis [...] ce charismatique errant a porté son fardeau avec une sérénité stoïque de la Mer du Nord à la Méditerranée, et d'Est en Ouest. » [90] 

Le témoin Audehm :
« Une fois qu’il était avec nous [Paul R. Audehm et Walter Englert] à Francfort, il a dit avec sévérité très au sérieux de M[etzger] — qui était assis à la même table — ‘C'est un diable’. Ils étaient tous deux [Metzger et Beyer] en transit vers Wiesbaden, et chacun avait une épée dans leurs bagages [...] Il devait y avoir un Couvent Secret des Templiers à Wiesbaden, mais pas l’OM[C]T [Ordo Militiae Crucis Templi] comme nous l'avons appris de l'ancien Général de l’Ordre [Hans Heuer] [...] À [la maison d’] Englert, plusieurs religieuses catholiques (de Francfort) ont appelé, qui sont également allées le chercher dans la soirée (dans la voiture) (1968). Ce ‘Père étrange’ a été enterré selon le ‘Rite catholique gnostique’, en présence de tous les peuples de Stein, ai-je entendu. » [91] 

Le militant catholique Heinich Metzler, mis au courant par le télégramme de Metzger au pape, « a commencé en 1963 en collaboration avec le professeur P. Gebhard Frei [92] avec des enquêtes et la collection d'informations. »

Les hôtes pour leurs messes, « 1963-1967 = un total de 3,000 hôtes, » [93] « des Thelemites sont issus d’un vrai couvent catholique. Les grains d'encens ont parfois obtenu par le Chef Sacristine de la Cathédrale de Saint-Gall. Aussi le vin pour la Messe, dit Hermann Josef Metzger, est provenu directement de l’Évêque. » [94] 


Metzger fait même maintenant des cérémonies de mariage.
« ÉGLISE GNOSTIQUE-CATHOLIQUE, Zurich, Nº 64610. Mariage à l’Église : le mariage à l’Église des époux [Walter et Uta Englert] [...] a été réalisé le 31 mai 1964 dans l’Église Rose+Croix de Zurich par son Éminence l’Évêque Josephus. » [95] 

Le Chef de la Police du Canton de Zurich estime que ce mariage était sans valeur en termes civils ; malgré que Metzger n’ait actuellement pas violé de loi suisse. [96]
Hermann Joseph Metzger Walter Englert Gnostisch Katholische Kirche Rose und Kreuz Bishop Josephus M+


Quand le livre de Fritz Blanke « Kirchen und Sekten » (Églises et Sectes) apparaissant en 1963, avec la remarque que « le ‘PG’ [= Psychosophische Gesellschaft = Terme générique pour le smorgasbord des Ordres de Metzger] a imprimé le rituel d'une Messe blasphématoire » (p. 91) ont s’embrase en Stein sur cette « Ukase d'un pasteur professeur. » [97] Blanke décède en 1966, et en 1973 la Psychosophische Gesellschaft déclare que le « Professeur Blanke [...] nous avait donné des conseils amicaux jusqu'à sa mort. » [98]
Mais son fils, cependant, n'en sait rien : « des autres déclarations de mon père me sont inconnues. » [99]

Oswald Eggenberger a ensuite été prié de ne pas mentionner l’O.T.O. et l’E.G.C. dans la prochaine édition de son guide « Kirchen, Sondergruppen und religiöse Vereinigungen » (Églises, Groupes Indépendants et Sociétés Religieuses) [100] parce que « ce n'est qu'un très petit cercle de membres. » [101]

Depuis des annonces sur le E.G.C. apparaissent dans le « Kirchenbote der Stadt Zürich » (Courier des Églises de la Ville de Zurich), un lecteur s'interrogeait à ce sujet. La réponse du journal décrivait l’O.T.O., comme « une confusion remarquable » et un « supermarché des religions », et ses références au christianisme original étaient « absurdité pure ». [102]

Depuis que le journaliste tabloïd Horst Knaut s’appuie sur Friedrich-Wilhelm Haack, l’ « Oriflamme » (Nº 132 de 1973) « se sent obligé de porter plainte auprès de l’évêque de la province de l’Église régionale protestante. » Haack déclare : « L'église régionale n'a pas du tout répondu à cette affaire, car de telles initiatives ne sont pas prises très au sérieux. » [103]

La position officielle des églises est exposée dans un manuel. Sur le traitement de la sortie de l'église de la part des églises chrétiennes : « La sortie de l'église n'est en aucun cas nécessaire, cependant, elle résulte avec certains groupes (ici, la Psychosophische Gesellschaft, qui se considère comme le successeur des Rosicruciens , doit être nommée). » [104]

« Si les membres de l'Abbaye de Thelema [105] [...] n'avaient pas prétendu que leur église était une communauté chrétienne primitive qui échangeait des ‘biens religieux anciens’, on pourrait ignorer le club. » [106]



Caprices des Dieux :
D’Autres À l’Extérieur

Consultez le chapitre en-ligne sur la Fraternitas Rosicruciana Antiqua sur les autres lignes de succession gnostique de Arnoldo Krumm-Heller. Cependant Roberto de la Caridad Toca Y Medina devrait être mentionné, en référence à sa succession via Johannes Müller Rider. Gabriel Sanchez Gavíria parle de plus d'un certain Señor Carlos V. Gonzales de l’Argentine à cet égard, en dehors de quelqu'un d’autre nommé ‘Isidoro’. [107] 



Ordo Templi Orientis Antiqua (O.T.O.A.)

Certaines des informations suivantes sont extrêmement douteuses et se nourrissent de l'autoportrait de Michael Paul Bertiaux.
Le lecteur doit garder à l’esprit qu’il n’existe pratiquement aucune preuve documentaire de l’histoire de l’Ordo Templi Orientis Antiqua (O.T.O.A.) et des églises associées. Il n'y a absolument aucune trace de L.-F. Jean-Maine ou son église gnostique, son Memphis Misraïm ou sa version O.T.O. (O.T.O.A.) dans l'un des anciens magazines gnostiques français. Évidemment l'histoire de l'O.T.O.A. est inventée par Marc Lully, Michael P. Bertiaux et Manuel C. Lamparter, et éventuellement Kenneth Grant, à la fin des années 1960. Bertiaux a admis que son histoire avait été écrit à partir de notes de Marc Lully ; et ces notes avaient été perdues entre-temps.

L'article ci-dessous est une reconstruction de la trame historique dite de O.T.O.A. (dans des articles de Bertiaux et Lamparter, par exemple dans « The Occult Digest » Vol. 3 n° 1, Chicago 1973, dans une correspondance sans fin avec les deux, ainsi que plusieurs audiocassettes de Bertiaux, par exemple « The Gnostic Church and the Rites of Memphis-and-Misraim », « Sexual Magic and the Rite of Memphis-Mizraim », « History of our work in the Gnosis », 1-3.) et mes propres recherches. Toutes les entrées concernant O.T.O.A. datée avant 1966 à peu près sont de nature douteuse : « Que la lignée Jean-Maine soit ou non liée à l'O.T.O. de Reuss ne pourra probablement jamais être prouvé ». [108] Néanmoins, il y un parallèle évident entre l’O.T.O.A. et O.T.O. de Reuss : un brouillard nébuleux d'organisations imbriquées.


Lucien-François Jean-Maine


Prétendument né à Haïti le 11 janvier 1869, un Lucien-François Jean-Maine a été ordonné à Paris le 15 Août 1899 par Paul-Pierre de Marraga (de l’Ecclesia Cabalistica-gnostica de Memphis-Misraim) et Manuel Lopez de Brion. [109] Il a ensuite été ordonné par Joanny Bricaud (ou possiblement 'Papus' ?) en 1907 ou 1908, et réordonné par Bricaud le 1er Novembre 1918 (ou 1919). Soi-disant. [110] 

Toutefois, dans aucun de l’ancien magazines O.T.O. / E.G.C. / E.G.U. français – son nom est mentionné. [Quelques facsimilés de ces magazines dans « Ecclesia Gnostica Catholica »]

Les successions précédentes de Marraga et Brion ne peuvent être élaborées pour des raisons d'espace, mais retournent, entre autres, à un certain ‘Tau Thesée’ d’une Église Hiéroglyphique des Imagiers de 1710. [111] 


Hector-François Jean-Maine


Prétendument Hector-François est né en Haïti le 18 novembre 1924, et a été ordonné le 27 janvier 1949 par Robert Ambelain. Il a été ordonné à nouveau le 25 janvier 1953, cette fois par son père Lucien-François, Henri Dupont, et Ambelain. Ambelain l’ordonna encore une fois le 11 novembre 1959. Si ce n'était pas assez, il a été ordonné dans l’Église Gnostique Universelle par Miguel Sanchez-Marraga, José Marraga y Adhemar et Carlos Adhemar, le 2 novembre 1963 — le même jour que Jose Ortier Sanchez y Marr a été ordonné dans l’Église Gnostique Néo-Pythagore. Hector-François Jean-Maine a reçu des ordinations de Michael Paul Bertiaux le 2 novembre 1968, et de Marc-Antoine Lully (bien que cette fois il a ordonné Lully en retour).



Michael Paul Bertiaux


Bertiaux est né le 18 janvier 1931 (à trois minutes de neuf heures du soir) à Seattle dans une famille de Théosophes. Tandis que son père (décrit comme étant de souche anglo-normand et française) s'intéressait au Bouddhisme Zen, sa mère (canadienne de naissance) était une Spiritualiste. Bertiaux étudia la Philosophie et l’Histoire à l’Université Jésuite de Seattle, reçut des cours de philosophie à l’Université de Tula, à la Nouvelle-Orléans, et se renseigna sur la Théologie au Centre Théologique Anglican de Vancouver. [112] 
Michael


Bertiaux a été baptisé et confirmé en tant que catholique romain, mais a été ordonné dans le sacerdoce de l’église épiscopale protestante le 24 juin 1963. Le 15 août de cette année-là, Hector-François Jean-Maine l’a désigné comme évêque à la loge « Arc-en-Ciel », à Petionville, en Haïti. [113] En août de cette année, Bertiaux travaillait à Port-au-Prince en tant que professeur de philosophie pour l’Église Anglicane. [114] À Seattle (Washington), il y devint conservateur, même s'il entretenait des contacts avec des prêtres vaudous en Haïti. Sans surprise, il a quitté le pli Anglican en 1964, et s'est déplacé à Wheaton, Illinois, pour travailler pour la Société Théosophique. Le Président du TS en Amérique en ce moment était le Dr Henry Smith ; lui et sa femme Joanna s'intéressaient à la magie et à la spiritualité — Joanna était médium. [115] Les immigrants haïtiens ont commencé à se rassembler autour de Bertiaux, et il a rapidement voté la plupart de son attention à eux. Au cours de 1980 il est resté au Japon, et se dévoue à la religion Shintoïste.

Les différentes lignes de succession que Bertiaux a reçu sont :

Ligne Marcion : Bertiaux reçoit la ligne Marcion le 15.8.1963 de H.-F. Jean-Maine et Carlos Adhémar (consacré le 24 juin 1959 par H.-F. Jean-Maine, le 2 novembre 1950 par Robert Ambelain et le 15 août 1960 par l'évêque Mariavite Robert Bonnet, également frère de la Hermetic Brotherhood of Light française). La famille Jean-Maine serait issue des lignées d'Eugène Vintras (1807-1875) et de Joseph-Antoine Boullan (1824-1893). Le 28.10.1976, Bertiaux prend contact astral avec Boullan. [116]

Lignée de Basilide : consacré le 25.1.1966 de H. F. Jean-Maine et Jose Marraga y Adhemar ; 10.8.1967 de Roland Merritt Shreves ; 25.12.1967 de Marc-Antoine Lully ; 31.8.1968 de Pierre Antoine Saint-Charles.

Lignée Valentinus : 29.6.1973 de Jean-Maine et Jose Sanchez Marraga y Adhemar. 16.6.1979 de Forest Ernest Barber (Église Catholique Libérale et Ordre Mariavite).

14.11.1985 de Jorge Rodriguez (en plus de Bricaud, Blanchard, Ménard, Ambelain, Mauer Pommery, Vital-Herne, Roger Victor-Herard (selon la nécrologie de 16.8.89 Primate de l’Église Gnostique Catholique), ainsi que la succession descendant de Krumm-Heller, Rider, et Toca). Bertiaux a également mentionné un « Orthodoxe Russe du Patriarcat de Moscou (Patriarche Tikhon à Évêque Ofiosh en 1917) ». [117] 

Des ramifications gnostiques de Bertiaux apparaissent en Espagne : l’Ecclesia Gnostica Latina de Manuel Lamparter avec une succession de la lignée de S.A. Höller, Barber, et Rosa Miller. La version Lamparter de la « Messe Gnostique » a eu lieu sur chaque « troisième jour de la menstruation féminine », où le vin (le sang) et le pain (sperme) est devenu magiquement transsubstantié. [118]


En Italie, les activités ont été élargies sous la direction de Nevio Viola (en coopération avec Roberto Negrini dans l’Ecclesia Gnostica Catholica Latina), ou encore sous Paolo Fogagnolo, qui s'était séparé de ses frères d'Ordre pour tenter de construire sa propre organisation internationale en collaboration avec d’autre gnostiques français et les enthousiasmes de l’O.T.O. (détails sur la scène Italienne peuvent être trouvées ici).

Sur le territoire de l'ex-Yougoslavie, l’Ecclesia Gnostica Alba a été dirigée par Zivorad Mihajlovic Slavinski / ‘Tau Orfeo Aivaz I’ qui a été ordonné par Bertiaux en 1977, et a été pointé comme X° pour la Yougoslavie le 22 juin 1990, par l’O.T.O. Typhonian de Kenneth Grant et Michael Staley.

Grâce à ces consécrations et nominations d'évêques mutuelles, un réseau gnostique complet est créé, qui est diffusé dans l'esprit de Bertiaux comme une sorte de machine gnostique ou d'ordinateur.


Retour à Aleister Crowley :
William Bernard Crow


En 1944, Crowley a correspondu avec quelques évêques d'église libres. Le Métropolite de Glastonbury, Hugh George de Willmott Newman, personnage clé du développement du mouvement catholique indépendant, lui propose a contacté le professeur de biologie William Bernard Crow (né le 11.9.1895), [119] jusqu’à 1935 évêque de l’Église Théosophique Libérale Catholique et maintenant évêque de l’Église Catholique Orthodoxe et de l’Église Copte Orthodoxe, afin de fournir une « autorité documentaire » pour relier la messe catholique gnostique de Crowley au rite de Memphis-Misraïm et « pour impressionner convenablement les personnes », qui soutiennent intéressé à l’Église Gnostique Catholique. [120]

Crowley considérait Crow comme « très charmant et intelligent » [121] et partageaient l’opinion de Newman selon lequel « Certaines personnes ne convenant pas pour le O.T.O. pourraient être disposés à prendre de tels [M.M.] diplômes et à apporter un soutien financier. » [122] Logiquement, Crowley nommait Crow comme Patriarche Grand Administrateur Général du Rite Memphis-Misraim, bien qu'il admette que le titre « ne veut rien. » [123]

Et puis, en août 1944 Crow a été nommé dans une lettre de Aleister Crowley comme « Patriarche souverain de l’Église Catholique Gnostique et Vicaire de Salomon, avec pleins pouvoirs, » etc., etc. Ce devrait conclure la question qui est le chef de l’église qui célèbre la messe de Crowley. Crow prend le titre de ‘Sa Sainteté Mohoran Mar Basilius Abdullah III, Prince Souverain, Patriarche d'Antioche’.
William Bernard Crow Mahoran Mar Basilius Abdullah III. Sovereign Patriarch of the Gnostic Catholic Church and Vicar of Salomon Ecclesia Gnostica Catholica Liberal Catholic Church


Les critiques se moquent : « Le psychopathe [Crow], qui s'est également appelé évêque de Sainte-Sophie et grand maître de l’Ordre de la Sainte Sagesse, a appelé tous les évêques du siège d'Antioche à se soumettre à lui dans un délai de six mois. » [124] 

L’enthousiasme de Crowley pour Crow ne dure pas longtemps. « Diplômes de Crow (m'a terriblement déprimé. ‘J'ai affrété plusieurs universités’ : assez sérieux ! Comme les fous qui écrivent des chèques pour des millions de fois tout au long de la journée. Il a admis que les D.D. & D.C.L. [125] de Newman étaient des faux.). » [126] 

Crow a consacré seulement deux fois après août 1944 : le 3 septembre 1944, un Henry George Brook, qui, le 20 mai 1945, échangeait toutes ses consécrations avec H.C. Bartlett, F.E. Langhelt. H.G. de Wilmott Newmann et John Syer. [127] Le 16.8.1948 Crow est nommé par ses partisans au Grand-Hyrophant du M.M. Son Ancient and Universal Rite of Cosmic Architecture [Rite Ancien et Universel de l’Architecture Cosmique] comprend maintenant les degrés 33°, 90°, 97° et XII° O.T.O. Crow fait évidemment référence au système de l’O.T.O. à 12 degrés de Crowley. Le XII° est ici identique à la position de l’O.H.O. [William Breeze du Caliphate (Califat) introduit également dans son ordre ce système à 12 degrés, dessiné en 1914 de Crowley et jamais accepté par Reuss.] Aussi en 1948, Crow s'est nommé O.H.O. de l’O.T.O.

Le 11 avril 1972, Crow consacra un Kermit William Poling / ‘Mar Titus’, patriarche de l’Église Catholique Orthodoxe d'Amérique.

Il convient de noter que dans aucun O.T.O.-variation la seule ligne de succession épiscopale/gnostique de Crowley existe dans le monde entier. Crow a rendu l’âme le 28 juin 1976. Peu de temps après, un dauphin de Crow se bouge : Gregory Tillett, auteur d'ouvrages de référence ésotériques, résonne en Australie : « Je suis devenu grand maître adjoint de l’ordre [Holy Wisdom] en 1979. » [128] 


Chakras coagulés :
Les Évêques Errants d’un O.T.O. en Amérique


Dans le journal de l’église Califat [ou Caliphate] « Gnostic Gnews » Vol. 1 Nº 3, les lecteurs voient en 1989 les deux lignes supposé de succession apostolique revendiquées par le Califat : [129]

  1. 'Papus', Theodor Reuss, Aleister Crowley, Grady Louis McMurtry, William Breeze.
  2. Vilatte, Lines, Boyle, Wadle [de plus de la succession Mathew], William W. Webb [plus à ce sujet dans un moment] Marc Lully, Michael Bertiaux, Jack B. Hogg Jr., Breeze.


En ce qui concerne le point (a) :
Aleister Crowley en 1944 dans une lettre à Hugh George de Willmott Newman : « Je n'ai jamais écrit aucun rituel d'ordination et de telles choses, et je ne vais certainement pas commencer à mon époque. » [130]
Martin Starr (auteur, et exposant de l’Argenteum Astrum et de l’O.T.O. de Marcelo Ramos Motta) [131] considère cette ‘succession apostolique’ argument d'être « tout à fait absurde, et n'a rien à voir avec l’O.T.O. de Crowley, qui est fondée sur Thelema et pas sur l’Église Catholique Romaine. » Crowley « n'était pas un Évêque de l’Église Gnostique Catholique [... est ] n'a jamais ‘consacré’ personne! » [132] Et : « Toutes les Ordres Maçonniques pré-existantes ont été considérées comme étant comprises dans l’O.T.O., et donc il n'avait pas de besoin d’eux [...] Pour Crowley, Gnostique = Thelemique. » [133]

Il n’y a aussi pas de mention de quoi que ce soit sur les Églises ou l’ordination dans la Charte en 1912 de Reuss pour Crowley. Il n’y a toujours aucune preuve que ‘Papus’ ordonna Crowley, au-delà d'une référence solitaire à l’O.T.O. à Berlin et à Londres dans le magazine « Mysteria » de ‘Papus’ en 1913; [134] Bien que Reuss vivait à Londres à ce temps. De plus, le nom de Jean-Maine ne figure dans aucune des publications gnostiques ou O.T.O. Françaises.

Bien que la consécration de McMurtry soit supposée être arrivée à la poste avec les ‘Lettres Califat’ de Crowley, il n'est fait aucune mention de ceci dans aucune de ces lettres.

En ce qui concerne le point (b) :
William Wallace Webb / ‘Damon’ consacrait Marc Lully par lettre en 1967 ; Lully introduisit alors Bertiaux dans cette succession. Les liens très complexes entre Ronald Powell (qui s'est également appelé ‘Richard le Duc du Palatin’), Herman Adrian Spruit, Paul Wadle, Stephan A. Höller et Forest Ernest Barber doivent être omis ici pour des raisons d'espace.

Jack B. Hogg Jr. a été ordonné le 2 juin 1968 par Bertiaux, assisté de Lully. Hogg a été consacré à nouveau le 24 juillet 1970 par Bertiaux, Frank Lopez O'Brien et Antonio Paez. Le 15 août 1973 l’O.T.O.A. de Bertiaux officiellement a accepté la Loi de Thelema. Le 12 août 1974 Hogg a ordonné William Breeze, aujourd'hui le Calife (tête du Califat). Encore une fois, le 27 juillet 1980, Hogg fut ordonné par Bertiaux et Jean-Maine. Breeze lui-même ne fait aucune apparition dans les revues O.T.O.A. produit à cette époque (« The Mirror of Misraim », après 1974 « Labyrinthos », et puis « Instrumentum »).

William W. Webb révèle le caractère discutable de ces allégations : « J'ai donné à Bertiaux et Lully confirmation comme Évêque, par lettre, de sorte qu'ils seraient légaux dans l’état de l’Illinois, pour les satisfaire à ce moment [...] 1966 ou 67. » [135] « Wadle n’a jamais fait un Évêque de moi », [136] seulement un diacre de l’American Catholic Church le 14.11.1964. [137]

Webb devient plus précis : « Après avoir traversé tous les ordres mineurs, [je] fut ordonné diacre le 15 novembre 1964. Wadle avait eu des problèmes avec ses prêtres particulièrement S . Hoeller et ne voulait pas qu'ils prennent le contrôle de l'église. Il avait l’intention de faire de moi un évêque, mais mourut subitement. Tout le clergé a commencé à se battre entre eux, je suis parti et je ne suis jamais retourné. » [138]


L’Église Gnostique Catholique Vantardise ou comment William Breeze a perdu sa Succession Apostolique

En janvier 1990, je publie une lettre à l'éditeur dans les « Bahlasti Papers », [139] dans laquelle je présente les faits. [140] Allen Greenfield, un membre senior et un initié à cette époque se souvient :

« Koneig [sic] les a probablement paniqués [freaked them out] en soulignant quelques failles dans la transmission de Crowley à Alpha [Grady Louis McMurtry]. Et quand ils ont été incapables de lui prouver le contraire pour le manque de preuves, ils ont décidé que la succession apostolique n'était plus importante. »
« Autant que je sache, l'OTO a changé sa ‘politique du parti’ sur la succession apostolique en se basant presque uniquement sur la critique de M. Peter Koenig, qui, en correspondance avec mon ami fané Bill Webb, chef titulaire du QBLH depuis le début des années 1960, concluait que la ‘lignée’ de l'EGC [Ecclesia Gnostica Catholica] au sein d'OTO était fausse, car elle reposait sur une transmission par Webb, qui, à ce moment-là, avait nié avoir été consacré. »
« Je ne sais pas * exactement * ce qui s'est passé, mais Bill [Breeze] semble avoir paniqué au Webb-n'est pas-un - évêque-truc de Herr Koenig, et David [Scriven] m'a approché à propos de rendre visite à Bill ensemble et sa co-consécration, ce qui me convenait parfaitement. Lorsqu’il a rendu visite à Bill en Caroline du Nord, c’était pour discuter de la création d’une US Grand Lodge. La prochaine chose que je savais, ce sont Bill et David qui se présentent à ma retraite au QBLH House à Doraville, où Bill parle, David est étrangement silencieux, nous dînons dans un restaurant indien avec Jeff Clark (à cette époque, le maître du lodge local), et après le dîner, Bill me ramène chez moi à la maison. Dave emmène Clark à la loge, et Bill profite de l'occasion, assis sur le parking de ma maison, pour me dire que l'on m'avait refusé pour 'une grande position dans la loge' (l'ombudsman serait ma supposition) parce que j'avais écrit un livre sur les OVNIS. Je ne plaisante pas. Je ne suis même pas en train d'inventer ça. ‘Tu devrais être l'historien du mouvement, Allen,’ me dit Bill. 'Tu ne dois pas écrire des choses qui nuisent à votre réputation. [‘] Les visions du Liber Oz s'envolant dansaient dans ma tête. ‘Avouons-le’, proféra Bill, après un silence embarrassé, ‘l'avenir de Thelema appartient aux universitaires. Nous sommes le passé'. »
« La succession apostolique est probablement au moins deux mille ans de pouvoir magique transféré sous le couvert de la religion. Il est probablement beaucoup plus ancien. En tant qu'égrégore, il est formidable, et si la haute direction de l’OTO la rejette parce que M. Koenig s’est plaint d’un ‘maillon faible’, c’est un hommage au pouvoir de Koenig et à la lâcheté intellectuelle et morale de Breeze et Scriven. » [141]

Les faits font mal.
Commentaire de Breeze : P.-R. Koenig est « un idiot. » [142] Muselière et menaces suivent quand il dit quel'implication de P.-R. Koenig en Suisse dans une affaire qui ne le concerne pas directement sera considérée comme « une action hostile. » [143]

« L’embrasement de Koenig » est « le baiser de la mort », le 30 avril 2000, à l’adresse www.hollyfeld.org/heaven/Email/thelema93-l/0004/msg00793.phtml. Le texte sera supprimé après que je l'ai cité publiquement dans ma sélection minuscule de critiques et commentaires.

Dans son bulletin d'église, Breeze prétend d’être indifférent. Son commentaire : « Je ne m’en inquiète pas particulièrement » . [144] Cependant, il a annulé ses publications d'église et les consécrations épiscopales dans les années 1990 pendant un moment pour considérer ses prochaines approches.

En attendant, on se console : « Élévation au Sanctuaire Souverain de la Gnose [IX° O.T.O.] ipso facto fait un Évêque, et le Leadership d'un tel corps ipso facto fait d’un Patriarche. » [145]


Des évêques de salon et des prêtres de table de cuisine


1979 : « L’EGC est [...] l’aspect religieux de l’OTO. » [146] 
1987 : « La Messe Gnostique Catholique (Liber XV) est le rituel central, public et privé, de l’OTO (9.05.A). » [147]
La vision du Califat de la relation entre l’O.T.O. et son Église Gnostique Catholique (E.G.C.) en 1986 était la suivante : « Tandis que l’OHO est certainement aussi le Patriarche des EGC, on ne doit pas être un membre de l’O.T.O. pour devenir Prêtre ou Évêque dans l’EGC. D'autre part, un membre du III° est simultanément un prêtre entièrement ordonné dans l’EGC. » [148] 
Breeze en 1987 : « Notez que les autres groupes qui apparaissent dans l’Oriflamme FRA et EGC, sont également des groupes de composants de l’O.T.O. » [149] 
En 1986 : « En ce qui concerne l’EGC, chaque église nationale est indépendante ; S'il le souhaite, le Chef peut se qualifier de Patriarche, mais le OHO est le ‘Pape’ ». [150] 
1986 : « La Constitution de l’E.G.C. fait du Calife le patriarche de l’E.G.C., qui est techniquement illégal aux États-Unis. » [151] Si l'enregistrement officiel de l'Église Catholique Gnostique à Berkeley le 12 octobre 1979 est la raison pour laquelle le siège de Califat à New York n'est pas enregistré sous le nom de O.T.O. alors que Breeze y vivait en tant que Calife ?
1996 : « Le Père (ou la Mère) de l’Église a le pouvoir de modifier la Messe Gnostique Catholique pour répondre à des fonctions spéciales et des occasions, de fixer des directives recommandées pour sa bonne exécution, et émettre des recommandations pour la préparation des sacrements (9,05. B). » [152]
« Les évêques de branches affiliées ou éloignées de l'Église Catholique Gnostique ayant ou non un lien historique avec l'O.T.O. peuvent s'affilier à l'O.T.O. après reconnaissance mutuelle (9.04.B). » [153] Ceci est fait par exemple avec Manuel Lamparter, anciennement O.H.O. de O.T.O.A. : « Nous voulons enregistrer votre ordination [...]. Cela confère une adhésion ecclésiastique à l’O.T.O. » [154] Depuis lors, le Califat fourmille de prêtres et d'évêques.


Messe Noire ?


Une messe gnostique n'est pas une messe noire. Pour ce dernier, il faudrait un prêtre catholique capable de transsubstantiation. En l’O.T.O. cependant, il n'y a pas de prêtres catholiques. Seul un tel homme peut effectuer la transformation, la transsubstantiation du pain et du vin en corps physique et en sang corporel de Jésus. Une messe noire se réfère toujours à une hôte transformée par un prêtre catholique en tant que présence réelle du Fils de Dieu. (À moins que des adolescents fassent quelque chose ensemble, qu'ils appellent Messe Noire.) Ce n'est que dans ce contexte que l'on peut également parler d'une souillure hostile.
L'hôte des Thélémites est fabriquée selon une recette particulière et ne se transforme pas en corps de Christ. Les composants de l'hôte lumineux ou « gâteaux de lumière » (le terme de Crowley pour les hôtes utilisés dans sa « Messe Gnostique ») se trouvent dans le ‘Livre de la loi’ de Crowley, Liber AL III; 23 :

    23. Pour parfum mélange farine , miel ainsi que restes épais de vin rouge : puis huile d'Abramelin et huile d'olive, et après adoucis et rendre lisse avec un généreux sang frais.
    24. Le meilleur sang est celui de la lune, mensuel : puis le sang frais d'un enfant [= sperme], ou gouttant de l'armée du ciel [les sécrétions vaginales] : puis des ennemis ; puis également du prêtre ou des adorateurs : enfin de quelque bête, n'importe quoi.
    25. Brûle cela : fais-en des gâteaux & mange pour moi. [155]


Crowley, explicitement anti-chrétien : « La ‘messe noire’ est une affaire totalement différente. Je ne pourrais pas la célébrer si je le voulais, car je ne suis pas un prêtre consacré de l'Église Chrétienne. » Et au sujet des messes noires : « Chaque fois que des questions se posent concernant la magie noire ou les masses noires, les invocations du diable, etc., etc., il faut comprendre que ces pratiques sont strictement des fonctions du christianisme. Mais dans les grands systèmes des parties civilisées du monde, il n’y a aucune trace d’une telle perversion dans le sentiment religieux. Ce n’est que Jéhovah, assoiffé de sang et futile, qui a réalisé de telles naissances monstrueuses. De tels upas — les arbres ne peuvent pousser que dans le bourbier empoisonné de la peur et de la honte où la pensée s'est putréfiée au christianisme. » [156]
Dans l’O.T.O. on utilise un hôte, même si aucune transsubstantiation n'a lieu. L'hôte à la façon Crowley peut également être fabriqué en dehors d'une messe gnostique et utilisé à diverses fins. L'hôte thélémitique (l'élixir de vie enrichi d'un peu de farine, d'huile et de miel) contient aussi des sécrétions sexuelles et du sang magiquement chargé ; donc un moyen de transport magique sexuel de la volonté magique. Épicé avec des phrases gnostiques et égyptiennes. Au lieu de la transsubstantiation de la présence réelle du Christ, il existe dans l'hôte thélémitique une divinité thélémite: Horus, l'enfant du Nouvel Éon, emprunté à la mythologie égyptienne. Certainement pas le Christ. Cependant, dans la mesure où les différentes interprétations des Thélémites sont interprétables, l'hôte peut également être autre chose que Horus. Le mélange de sécrétions sexuelles et de sang avec l'hôte est considéré par certains des chrétiens comme la génération d'un désir, et non comme une transsubstantiation. Que ce soit à des fins magiques ou dans l'Eucharistie à la Crowley : l'hôte doit être consommé. Ainsi, les Thélémites mangent un de leurs dieux, Horus ou eux-mêmes. Ceci même dans un rituel d'initiation d'O.T.O., au VIII° :

« ET, QUAND QUE LA VIANDE ET LA BOISSON SOIENT TRANSFORMÉES QUOTIDIENNEMENT EN SUBSTANCES SPIRITUELLES, JE CROIS AU MIRACLE DE LA MESSE [...] C’EST LE SANG ET LE CORPS DU LOGOS. »

« Le miracle de la messe » ne serait pas le moment de la transsubstantiation pour les Thélémites. Pour eux, le moment de la transformation n’est que le moment où l’hôte consomme, c’est mangé. Par contact corporel. L'hôte ne transforme pas, mais il change le consommateur par contact avec la salive, par mastication, acide gastrique. C'est la transformation, la naissance de l'hôte avec le consommateur. Cela ne doit pas nécessairement se faire pendant une messe, mais peut être fait lors d'un rituel d'initiation ou d'un autre rituel.

Cela n'a rien à voir avec la transsubstantiation, dans laquelle l'hôte devient la vraie présence du Christ lorsque le prêtre prononce les paroles de changement du nom du Seigneur. L'hôte thélémitique transforme le consommateur. L'hôte catholique n'est pas. C'est donc le sang et le corps du logo consommés. Le sang serait le sang menstruel, ou le sien. Le logos, bien sûr, est le logos gnostique contenu dans le sperme, la parole, le divin. Pour être franc : les catholiques mangent le Christ, les Thélémites eux-mêmes.

Au début des années 1990, le Califat a donné à ses membres des instructions sur la préparation des « gâteaux de lumière ». Si les ingrédients incluent du sperme, des sécrétions vaginales et / ou du sang, ils devaient être cuits à une température d'au moins 160° Fahrenheit (= 71,1111 degrés Celsius), pour éliminer toute trace de VIH. [157] 

Le Califat s'adhère strictement à la recette de l'hôte de Crowley. Quand une sœur a goûté ces hôtes trop ennuyeux et a donc ajouté des noix et des raisins secs, elle a été vivement réprimandée. Par conséquent, on réagit dans le Califat sur la version suisse également extrêmement indigné et parle même de blasphème — non seulement contre le christianisme mais également contre Thelema.

Mais bien que le Califat eût accepté Metzger comme X° (comme dans le bulletin O.T.O. Nº 3 de Décembre 1977), et bien que seulement quelques membres du Califat n'ont vu une interprétation de la « Messe Gnostique » suisse de Metzger, l’opinion officiel déclare que : « L’adaptation de la Messe Gnostique de la Loge Suisse est généralement jugée trop chrétienne et trop apprivoisée par les membres les plus pro-O.T.O. » [158]
L'un des rares témoins qui connaisse les deux performances : « C'était très beau et authentiquement fait — des ornements complets avec orgue comme musique, pas de comparaison avec ce à quoi j'ai assisté chez Grady's ou Lon Druquette [sic]. » [159]

En comparaison : Le fondateur du Modern Gay Movement [mouvement homosexuel moderne], Harry Hay, a joué la chanson à succès « Yes, we have no bananas » pendant les messes gnostiques en Californie à la fin des années 1930 et se souvient que les non-membres de l'O.T.O. avaient du mal à rire face à la drôle de messe. Hay est remplacé par Louis Culling, qui jouera de l'orgue pendant la messe. [160]


Un Autre Scandale dans l’Église Catholique Gnostique du Califat


Bien qu’Aleister Crowley considérait sa position « aussi absolue que celle du pape et de l'église de Rome », faisant allusion à son statut d'infaillibilité, son église est restée un produit imaginaire tout au long de sa vie et il n'assiste jamais à l'une de ses propres messes gnostiques. En général, Thelema est considérée comme l'Église de Crowley et sa loi de Thelema comme « église de lumière, de vie, d'amour et de liberté » avec son Liber AL vel Legis comme Bible.

L’Église Catholique Gnostique du Califat a été inventée en 1981 comme une stratégie infaillible au cas où Marcelo Ramos Motta gagnait les procès. [161] Si on avait perdu dans les tribunaux, on aurait simplement continué comme une église.

On a gagné. Et après la mort de Grady Louis McMurtry en 1985, un changement d’image de Califat et de sa nouvelle église gnostique devrait découler de l’isolement et de la misère des fluctuations des membres. Le changement de cap conduit maintenant au domaine des valeurs nobles de la famille, de la parentalité et de la religion, de la propreté, de l'ordre et de l'exonération fiscale. L'ancien élan anarchiste et anti-culturel est parti.

Devenir soudainement religieux signifie aussi acquérir une rhétorique religieuse. D'où la prendre? Comment et où s'adapter? Le concept d'église n'est-il pas un concept chrétien? Thelema n'est-il pas complètement antichrétien (par example : « Que Marie inviolée soit déchirée sur des roues : à cause d'elle, que toutes les femmes chastes soient totalement méprisées parmi vous ! » Liber AL 3 ;55) ? Et comment c'est avec la Messe du Phénix , Liber Nu, Liber Had, Liber Astarte, Liber Thisharb, Liber VII, X, LVX, XC, CCXXXI ?

En l’absence d’une propre tradition, [162] la grande surface gnostique du Califat, qui propose même des dévotions animales, des guérisons et des exorcismes, [163] singe de nombreux rituels et liturgies français des gnostiques du tournant du XXe siècle.

Le rituel du V° est accompagné de prières chrétiennes de l'Église Catholique Romaine : « Les litanies des saints noms de Jésus », « Les litanies de Saint-Joseph » et les « Litanies de la Bienheureuse Vierge Marie ». [164] Cela doit être pris comme une référence au grand magicien (c'est-à-dire Jésus) de l’Éon passé, pour rappeler que les Grands Cycles se construisent l'un sur l'autre et que le Vrai Maître Jésus n'était nullement le disciplinaire politique, comme le Paulisme (le Pape) l’appelle. Ces prières et rituels O.T.O. sont accompagnés de musique de Mozart, Holst, Strauss et Mahler. [165]

Selon le modèle chrétien, des évêques, des prêtres et des diacres officient également dans le Califat. [166] Il y a même des pastorales des prisons O.T.O. vise à aider les personnes à se réconcilier avec leur situation, en les aidant à modifier, de corriger leurs erreurs et de découvrir Thelema, réconfortant et instruire ceux qui peut être condamné à tort et généralement aide l'institution dans la réhabilitation. [167]

Puis le mécontentement est devenu audible dans le Califat : « Idéalement, il ne devrait y avoir aucun besoin dans cet Éon pour un artisanat de prêtre qui administre à certains gens superstitieux et les enferme dans une certaine tradition dogmatique d'autorité [...] concernant le rôle des Évêques et de l’E.G.C. — toutes ces règles et réglementations pour ce que fait et ne fait pas un Évêque [...] Je me demande si tous les officiers de la messe sont vraiment capables de gérer la messe. » [168] 

La question oisive de savoir si « certains sont plus saints que d'autres en vertu d'être touché par les bonnes mains » ne laisse « aucun intérêt pour le genre de politique du Vaticane [... et] les attitudes pompeuses, pieuses et répressives ‘pouvoir-envers-toi’ que je rencontre des officiers de la E.G.C. » [169] 

L’utilisation de termes purement Chrétiens comme Évêque, Catholique, Saint-Père, et l’obsession apparente de la succession apostolique traditionnelle ont apparemment laissé de nombreux membres du Califat méfiants. Certains ont commencé à poser des questions ; Qu'est-ce que Crowley aurait pu penser de ça ? Les nouveaux règlements du Califat n'adhéraient ni à l’esprit de Reuss ni à celui de Crowley, et offraient une pâle imitation de la présentation de l’O.T.O. par Reuss comme une « Société Néo-Chrétienne ».

Ces gifles gnostiques brûlaient pendant au moins un an, jusqu'au 1er octobre 1991, il a été annoncé que le Saint-Esprit a joué malgré tout un rôle dans l’ordination des évêques, et que, par conséquent, il est maintenant réglementé dans le Califat que le Saint-Esprit est introduit dans le cadre du VII°. Que cette nouvelle perception résolve la question urgente de l’ « ordination authentique » au sein du Califat.

À la suite de tous ces grondements mécontents, Breeze a brusquement réalisé qu'il y avait « aucune preuve dans les papiers de Crowley ou de Reuss » à « soutenir l’utilisation de ‘Évêque' dans l’OTO. » [170] 

Depuis 1993, Breeze a introduit de manière rétrospective en 1991 que les degrés O.T.O. et les évêchés doivent être interdépendants, que les évêques doivent avoir au moins le VII° et vice versa. Cela facilite le contrôle et élimine les échanges commerciaux susceptibles de nuire à l'image de l'Ordre. [171] Breeze incorpore une version courte d'une messe gnostique dans son rituel du VIII°.

En 1999, la liste officielle des membres d'Église du Califat mentionnait 208 détenteurs de rôles actifs, 44 non actifs et 103 non-membres du clergé; dont 13 évêques auxiliaires, 2 évêques à amitié, 18 évêques, 1 archevêque, 1 primat et bien sûr le Père de l'Église, Monsieur Breeze lui-même. [172]


Notes de Fin


[1] La messe écrite par Crowley prétendument en 1913, cependant, est simplement une variation d’une messe médiévale du Rite Tridentin / latin romain, gonflée de phrases thémitiques.

[2] Voir Theodor Reuss: « Parsifal et le secret du graal dévoilé ».

[3] « to restore Christianity to its real status as a solar–phallic religion, » Aleister Crowley à William B. Crow, 11.11.1944.

[4] Reinhard Schubert, auteur de « Quis et unde ? », Brême, 1983 ; lettre du 22.2.93.

[5] Email du 15.10.2010.

[6] « Blätter für ange­wandte okkulte Lebenskunst » 57, Berlin 1954, 15.

[7] « Blätter für ange­wandte okkulte Lebenskunst » 96, Berlin 1958, 17.

[8] « Blätter für ange­wandte okkulte Lebenskunst » 57, Berlin 1954, 11.

[9] E.T. Kurtzahn : « Die Gnostiker und die unsichtbare Kirche », Schmiedeberg, 1925, 110.

[10] H.J. Metzger : « Oriflamme » 28, Zürich 1963, 335.

[11] Cette circulaire fait référence à la nouvelle maison de Dieter Heikaus.

[12] L'Évangile selon Marc, chapitre 12, verse 40.

[13] H.J. Metzger : « Erleuchtete ? », Zurich, 1964, p. 190.

[14] Metzger, Introduction dans « Ecclesiae Gnosticae Catholicae Canon Missae », Zurich 1955, p. 4.

[15] En raison des interconnexions les plus complexes des dates et des événements, je dois renvoyer le lecteur aux sources suivantes. Les données sans références proviennent de : Alan Bain : « Bishops Irregular », Bristol, 1985 ; G.I. Ward, Bertil Persson, Alan Bain : « Independent Bishops », Michigan 1990 ; Gordon J. Melton : « Encyclopedia of American Religions », Detroit 1987 ; Henry R.T. Brandreth : « Episcopi Vagantes », London 1947 ; P. Anson : « Bishops at Large », London 1964 ; R.S. Clymer : « The Book of Rosicruciae », I Quakertown 1946. II 1947, III 1949 (à ne pas confondre avec Clymer : « Rosicrucian Fraternity in America ») ; Serge Caillet : « Franc–Maçonnerie », Paris 1986; Gérard Galtier: « Maçon­nerie Egyptienne », 1989; René Le Forestier : « L'Occultisme en France [...] L'Église Gnostique », Milano 1990 ; Préface de Ro­bert Amadous dans Jean Kostka : « Lucifer Démasqué », Genf 1983 (1895) ; Ivan de la Thibauderie : « Églises et Evèques Catholiques non Romains », Paris ; Jan Steperov (Prévost) : « La Succession Apostolique », Paris 1992 ; Edmund Platzinski : « Mit Krummschwert und Mitra », Augustin–Buisdorf 1970 ; F.–W. Haack : « Gottes 5. Ko­lonne », München 1977 ; Haack : « Freibischöfliche Kirchen », München 1980 ; Haack : « Religion und Dekoration », München 1990 ; Karl Frick : « Licht und Finsternis II », Graz 1978 ; Ellic Howe/Helmut Möller : « Merlin Pere­grinus », Würzburg 1986 ; tables de successions dans : « AHA » 11, Bergen 1991, 6ff. ; P.R. König : « Materialien zum OTO » München 1994 et « Ecclesia Gnostica Ca­tholica » München 1998.

[16] René Le Forestier : « L'Occultisme en France [...] L'Église Gnostique », Milano 1990, aux pp. 63 ; Joscelyn Godwin : « Theosophy in France », Londres, 1986.

[17] Serge Caillet : « Franc–Maçonnerie », Paris 1986, p. 46 ; 33°. Aussi Reuben Swinburne Clymer : « The Book of Rosicruciae », II Quakertown 1947, p. 254.

[18] Renouvelé verbalement le 9.6.1908, confirmé par écrit ; Encausse / ‘Papus’ devenait 33°, 90°, 96°, alors que Détré était un 33°, 90°, 95°. Caillet, op. cit. p. xx.

[19] La traduction de Reuss de la « Messe Gnostique » de Crowley, « Die Gnostische Messe », Schmiedeberg, 1918, p. 8. La préface a été réimprimée dans le « EOL–Mitteilungsblatt » Nº 40 de H.J. Metzger, Stein 1957, p. 2. Fac–similé dans König : « Der Grosse Theodor Reuss Reader », München 1997.

[20] ibid., p. 43.

[21] Metzger : « Ecclesiae Gnosticae Catholicae », Zurich 1955.

[22] Bricaud à un correspondant inconnu, 19.5.1921 ; Caillet op. cit., p. XXXIII.

[23] « should be defined as the official religion of all followers of the Universal Freemasonic World Federation, including the 18th degree of the Scottish Rite, » Invitation de Janvier 1920, p. 2.

[24] Schmiedeberg 1920 et dans König, Der Kleine Theodor Reuss Reader. En ligne en anglais : https://www.parareligion.ch/dplanet/html/inri.htm.

[25] Stephen A. Höller : « Position Paper concerning the Thelemite or Crowleyan Gnostic Churches », aucun lieu ou date, pp. 5 & 7 ; Également dans « Arohn » Vol. 4 N° 3.

[26] Robert Amadou, lettre du 31.3.90.

[27] Gerald Yorke à Walter Englert, lettre du 31.5.69.

[28] Forestier, op. cit., p. 167.

[29] « Das Gesicht Englands beleuchtet von einem Engländer. Die Hand Russlands. Ins Deutsche übertragen und herausgegeben von Th. R. ». Fac–similé dans König, Der Grosse Theodor Reuss Reader, 210–220.

[30] Karl Germer informa Carl Heinz Petersen (1912–1957) le 6.1.1954 que Crowley et Reuss s'étaient rencontrés en 1921 ou 1922 à Palerme pour clarifier la question de l’O.H.O. Une affirmation qui n'a pas encore été prouvée. Fac–similé dans König, Materialien zum O.T.O., 41ff.

[31] « I have proclaimed myself O.H.O. Frater Superior of the Order of Oriental Templars. »

[32] Karl Germer à Carl Heinz Petersen le 6.1.1954.

[33] Henri Birven présentant une déclaration dans l’ « Oriflamme » de H.J. Metzger, Nº 120 du 1972 avril.

[34] Hampton NJ 1953.

[35] « should be defined as the official religion of all followers of the Universal Freemasonic World Federation, including the 18th degree of the Scottish Rite, » Invitation de Janvier 1920, p. 2.

[36] Wilhelm Meier–Peithmann : « Aus der Chronik der Familien Peit(h)mann » numéro 1, Stadthagen 1982, 36.

[37] Horst Miers : « Lexikon des Geheimwissens », München 1986(6), 174, aussi 1993/1995, 261.

[38] Frans Smit : « Gustav Meyrink », München 88, 155.

[39] Rubén Pilares Villa, lettre du 12.3.90. Mais dans les magazines religieux de Krumm–Heller, il n'y a pas d'entrée correspondante.

[40] « Fue consagrado [1930] Obispo de la Iglesia Gnostica contodo el ordinal de estilo y en un congreso que celebraron los grandes dignatarios de la Antigua Iglesia Gnostica en Londres hace algunas se­manas se resolvió levantar de su sueno a esa Iglesia santa. Visité al Patriarca Basili­des yéste con­firmó mis poderes para crear congreacions y paroquias », Arnoldo Krumm–Heller dans « Revista Rosa–Cruz » Vol. IV Nº 3, Berlin, 1930, pp. 229 & 232. Ici Krumm–Heller appelle l’Église Théosophique de Charles Leadbeater une « invention frauduleuse » qui imite l'Église Catholique Romaine. À propos de Leadbeater voir Gregory Tillett : « The Elder Brother », Londres, 1982.

[41] E.C.H. Peithmann (alias 'Gnosticos') dans « Zentralblatt für Okkultismus », Leipzig, 1929, pp. 326. Il a également écrit sous cet alias à propos de « Tibetanische und gnostische Magie », Leipzig, 1931/32, pp. 566.

[42] Hermann Rehwaldt : « Das Schleichende Gift », Munich, 1935, pp. 53.

[43] « Il y a cette histoire de famille au sujet de la visite du Dr. Peithmann et de Luise Pagmann en 1920. Lorsque les aînés de ma famille ont découvert que les deux voyageaient ensemble et n'étaient pas mariés, les deux ont convenu, peut–être sous la contrainte, de se marier. Si je me souviens bien, Luise Pagmann avait le titre de docteur, peut–être un peu comme un docteur en chiropratique aux États–Unis. Je me souviens que mon père s’était plaint de problèmes de dos, elle l’a donc traitée sans sa chemise sous les yeux de tous les membres de sa famille. Ce n’était pas considéré comme approprié dans le Midwest de 1920. Ma mère était très contrariée. Bien sûr, je n’avais que sept ans et j’en ai donc pleinement profité, » R.E.P., Email du 29.8.1998.

[44] Ewald Dorpheide, alias 'Heliodor', le Secrétaire de l’Ordo Saturni, lettre du 16.2.87.

[45] « Oriflamme » de Metzger Nº 142, Zurich 1974, p. 1624. Certains se trouvent dans Howe & Möller op. cit., aux pp. 181 et dans Wilhelm Meier–Peithmann : « Aus der Chronik der Familien Peit(h)mann » numéro 1, Stadthagen 1982.

[46] « Die Runen als Heilszeichen und Schicksalslose », Bad Oldesloe, 1924, et Ammerland, pas de date.

[47] Ainsi dans « Der Tarot », Hambourg 1920, p. 5 (réimprimé Berlin 1985). Heinrich C. Birven soutien que ce livre « semblait être une traduction d'extraits du ‘Tarot’ de Papus fait par le Dr. Hummel », Birven dans son « Der Tarot », Gelnhausen, 1960, 14. Kurtzahn lui–même fait référence à Hummel, op. cit., p. 3.

[48] Horst Miers, auteur du « Lexikon des Geheimwissens », Freiburg 1970, dans une lettre du 1.5.89.

[49] Miers, Lexikon, 6ème édition 243.

[50] Ernst Tristan Kurtzahn : « Die Gnostiker und die unsichtbare Kirche », Schmiedeberg 1925, 72, « attribué à Frère Basilides », référence aux pages 81 et 110 à Peithmann.

[51] Peithmann, Die Gnostiker, pp. 72 et 113.

[52] op. cit., p. 107.

[53] Kurtzahn, Gnostiker, p. 113. Réapparu via E.P.H. Barth / 'Amenophis' dans les « Blätter für angewandte okkulte Lebenskunst » Nº 57, Berlin 1954, p. 12.

[54] Reuben Swinburne Clymer : « Book of Rosicrucians », Pennsylvania 1949, 268. Herbert Fritsche : « Merlin » 3, 1949, 56.

[55] Clymer, Book 1, Quakertown 1946, aucun numéro de page.

[56] Conversation du 8.9.91.

[57] Conversation avec Markus Kumer (de l'O.T.O. de Metzger) en 16.9.91. La « Pistis Sophia » se trouve dans Carl Schmidt : « Koptisch–Gnostische Schriften », Volume 1, Leipzig, 1905 (4e Édition Berlin, 1981).

[58] Entretien avec Markus Kumer les 16.9.1991 et 4.10.1994. Hans Leisegang trouve des éléments comparatifs dans les lois de Pistis Sophia et de Thomas (Leisegang, Gnosis, 365).

[59] « Quick » Nº 29, Hambourg, 1972, p. 30 ; Il n’y avait pas de Stèle de Révélation sur l’autel suisse, mais une sorte d'icône trinitaire. Mais dans Haack « Von Gott und der Welt Verlassen », Düsseldorf, 1974, l’autel apparaît avec une Stèle.

[60] Francis King : « Sexuality, Magic and Perversion », Londre, 1971, pp. 194. Metzger dans « Erleuchtete? », Zurich, 1964, p. 193.

[61] Friedrich–Wilhelm Haack : « Gottes 5. Kolonne », Augsbourg, 1976, 214. « Von Gott und der Welt Verlassen », Düsseldorf, 1974, 124.

[62] « Oriflamme » de Metzger Nº 52, Zurich, 1965, p. 524.

[63] ibid., N° 28, Zurich, 1963, p. 326.

[64] ibid., Nº 98, Zurich, 1970, p. 1096.

[65] ibid., N° 26, Zurich, 1963, p. 302 et « Erleuchtete? », Zurich, 1964, p. 46.

[66] Martens a établi un Lilienorden [Ordre Fleur–de–Lys] en 1906.

[67] Martens : « Geheime Gesellschaften », 1924, p. 61 (Lilienorden, p. 214). Également cité dans Glowka : « Deutsche Okkultgruppen », p. 54.

[68] Martens, « Geheime Gesellschaften », 1918, p. 169. Cette addition était manquante dans l'édition de 1924.

[69] « Oriflamme » de Metzger Nº 103, Zurich, 1970, p. 1156.

[70] « EOL–Mitteilungsblatt » Nº 47, Stein, 1958, p. 7.

[71] « Oriflamme » de Metzger Nº 143, Zurich, 1974, p. 1638.

[72] « EOL–Mitteilungsblatt » Nº 50, Stein, 1958, p. 4.

[73] Karl Germer à Friedrich Mellinger, lettre du 8.7.1951.

[74] Adolf Hemberger : « Pansophie und Rosenkreuz », Vol. II Nº 1, Giessen 1974, pp. 44 & 54. « Ses rituels doivent être compris uniquement de manière philosophique et ésotérique, et les échos du tantrisme doivent être compris symboliquement ! », p. 54.

[75] ibid., p. 96.

[76] Massimo Introvigne, novembre 1989.

[77] Metzger à Loris Carlesi, lettre du 22.1.78.

[78] Günther Naber à Gabriel MontenegroMontenegro, lettre du 29.10.1968 ; Fac–similé dans P.R. Koenig : « Materialien zum O.T.O. », 159.

[79] Markus KumerKumer, ancient membre de l’O.T.O. suisse, entretien du 4.10.1994.

[80] « Oriflamme » de Metzger Nº 20, Zurich, 1962, p. 230.

[81] « Ketzerbrevier » de Metzger Nº 5, Zurich, 1958, p. 8.

[82] Carte de Noël pour 1965, signée par Metzger et Annemarie Aeschbach. De même dans « Ketzerbrevier » Nº 5, Zurich 1958, p. 8. Une carte de Noël écrite à la main datée de 25.12.61, à Karl et Sascha Germer signée par Metzger et Anita Borgert.

[83] Le commissaire à l'observation des sectes en Allemagne, Friedrich–Wilhelm Haack, a obtenu un avis d'expert (coûtant 373 Marks et 60 pfennigs) d'un Klaus Bähring (un détective privé ?). Oscar Schlag qui doit également être impliqué dans l'affaire, snobe Haack le 19.10.72.

[84] « Oriflamme » de Metzger Nº 92, Zurich, 1968, p. 967.

[85] L’Évêque (évangélique luthérienne) Hermann Dietzfelbinger à Metzger, lettre du 21.5.73, cité par Horst Knaut : « Das Testament des Bösens », Stuttgart 1979, p. 164. Le rapport était fondé sur les commentaires formulés par Haack le 14.5.73.

[86] Bureau épiscopal de Saint–Gall, lettre du 9.10.86.

[87] Heinrich Metzler : « Vertrauliche Mitteilungen », pamphlet, pas de place ou de date, mais circa 1968.

[88] Paul Rüdiger Audehm, lettre datée du 8 juillet 1988.

[89] Friedrich–Wilhelm Haack : « Gottes 5. Kolonne », Augsburg 1976, p. 241.

[90] « Oriflamme » de Metzger Nº 128, Zurich 1972, p. 1455.

[91] Audehm, lettre du 8.7.88.

[92] Gebhard Frei : « Das Wirken der Finsternis heute », Rüschlikon 1957, 5.

[93] Heinrich Metzler : « Vertrauliche Mitteilungen ».

[94] Horst Knaut dans « Quick » Nº 29, Munich, 12.7.72, p. 30.

[95] Friedrich–Wilhelm Haack : « Gottes 5. Kolonne », Augsburg, 1976, p. 214.

[96] Lettre à Haack du 22.1.74.

[97] « Erleuchtete ? », Zurich, 1964, p. 135.

[98] « Oriflamme » de Metzger Nº 132, Zurich, 1973, p. 1506.

[99] Lettre du 18.11.1986. De même, E.B. Pflüger à Hans Heuer, 18.12.1962 : Pflüger, grand prieur de l'OMCT, s'est enquis à Blanke.

[100] La 7ème édition sera publiée par Georg Schmid et Georg Otto Schmid en mai 2003. Elle porte maintenant le titre de « Kirchen Sekten Religionen » et les contributions sur l'O.T.O. et les Ordres de Saturne sont basés sur mes livres. Il en va de même pour les entrées pour O.T.O., O.T.O.A., F.S. et F.R.A. sur relinfo.ch aussi.

[101] Conversation avec Oswald Eggenberger. Haack a demandé que Metzger et Aeschbach tous deux de s’excuser à Eggenberger &c., le 4.11.72. Haack lui–même sentait qu'il avait été traité moins que bien par demoiselle Aeschbach ; lettre à Metzger du 27.5.74.

[102] « Kirchenbote der Stadt Zürich », décembre 1964.

[103] F.–W. Haack, lettre du 15.9.86.

[104] « Handbuch der religiösen Gemeinschaften », Gütersloh, 1979, p. 547. Similaire d’une perspective chrétienne : « Lexikon der Sekten, Sondergruppen und Weltanschauungen », Freiburg, 1990.

[105] Abbaye de Thelema = un des termes génériques pour le salmigondis des Metzger.

[106] Haack, Gottes 5. Kolonne, Augsburg, 1976, p. 216.

[107] Gabriel Sanchez Gavíria, lettre du 7.9.92.

[108] Michael Paul Bertiaux, lettre du 4 avril 1990.

[109] Bertiaux, lettre du 1.7.91.

[110] À ce jour, aucun document de ce type n'est apparu.

[111] Monastery of the Seven Rays : « 4th Year Course », pas de lieu ou de date, mais probablement au milieu des 1970.

[112] « Abraxas » Nº 21, Texas, septembre 1993, p. 5.

[113] « Instrumentum » II :1, Magazine de l’O.T.O.A., 1978, 22.

[114] Bertiaux, lettre du 22.4.91.

[115] Bertiaux à Steve ?, lettre du 5.1.1975.

[116] Kenneth Grant : « Outside the Circles of Time », London 1980, 16.

[117] Bertiaux à Rafal T. Prinke, lettre du 28.2.84.

[118] Manuel Lamparter, lettre du 4.2.91.

[119] Crow travaille à la station expérimentale de la marine royale à Londres pendant la Première Guerre mondiale. Il donne des conférences sur la botanique à l'université de Cardiff et a un doctorat en 1928 à l'université de Londres. En 1934, il fonde avec E.L. Langford–Garston du Golden Dawn, l'Institut d'études cosmiques et 1939 The Order of The Holy Wisdom. Gregory Tillett dans « Rubicon » 3, Sydney 1993, pas de page.

[120] Willmott Newman à Crowley, le 9 août 1944, ainsi que Crow lui–même dans une lettre non datée, fin juin 1944, et dans le journal de Crowley du 3 juillet 1944.

[121] L'entrée du journal de Crowley du 6.2.1944.

[122] Crow à Crowley, juillet 1944.

[123] Crowley à Willmott–Newman, 16.8.1944.

[124] Platzinski, Krummschwert, 35.

[125] Titres académiques décernés par l'archevêque de Canterbury : DD = Doctor of Divinity, DCL = Doctor of Civil Law.

[126] Journal de Crowley du 7 novembre 1944.

[127] À la demande de Henry George Brook, le collecteur et ami de Crowley, Gerald Yorke reçut une copie de la correspondance de Crow avec Crowley en août 1954.

[128] Gregory Tillett, lettre du 14.8.1992. Des consécrations de Crow aucune preuve ne peut être trouvée, ainsi Tillett dans un Email du 31.1.1997.

[129] Californie 1989, page 4. Le fac–similé d'une lettre pertinente signée par William Breeze peut être trouvé dans « Ecclesia Gnostica Catholica ».

[130] Crowley à Hugh George de Willmott Newman : « I never wrote any ritual of ordination and such things, and I am certainly not going to start at my time of life, » 24.9.1944.

[131] Wilfred T. Smith / Perfectas Omnia Vincat de Volunta (né en 1885), qui ne rencontra Aleister Crowley qu'une seule fois, fut ordonné comme successeur par son maître le 1 er janvier 1932, laissant son soi–disant 2ème Agapé Lodge, fondé par lui le 21 septembre 1935, officiellement enregistrée comme étant l'église de Thelema à Hollywood, fondée sur le rejet de Crowley et Karl Germer qui voulaient registrer l'O.T.O. plutôt comme O.T.O. au bureau du registre du commerce. En May 1993 Helen Parsons–Smith s'est registrée comme « présidente de [!] Rex Summus Sanctissimus de l'Église de Thelema. » Martin Starr est devenu « secrétaire ».

[132] Martin Starr, lettre du 9.12.87.

[133] Starr, lettre du 7.1.88.

[134] Fac–similé dans König, Ecclesia, 109.

[135] William W. Webb, lettre du 17.10.89.

[136] Lettre du Webb du 6.3.1990.

[137] Corroboré par Stephan A. Höller, qui a été ordonné prêtre par Wadle en 1959 : « Je considère qu'il est prima facie impossible que Bishop L.P. Wadle consacrait W.W. Webb. » Lettre du 22.1.90.

[138] Webb, lettre du 21.3.1990.

[139] IV;v, New Orleans 1990. Fac–similé dans König, Ecclesia, 206.

[140] Fac–similés des documents en ligne à https://www.parareligion.ch/2006/boast/boast.htm.

[141] Allen Greenfield, http://tausirhasirim.livejournal.com/46617.html, 2006–09–27. Après la publication de son interprétation des statistiques sur le nombre de membres, Greenfield est expulsé par un Comité d'Inquisition anonyme sans être consulté ou d’avoir été donné le défi de se défendre lui–même. Il était considéré comme un outrage particulier qu'il avait publié ses données, de graphiques et de conclusions sur l'Internet « Où Peter Koenig et tout le monde pouvaient les voir. » David Scriven à Greenfield, juillet 2006, publié dans Allen H. Greenfield : « Inquisition in 21st Century America », 2006, version imprimable avec aucune indication du numéro de page ou de lieu de publication, en ligne à b–oto.org/greenfield/inquisition.pdf.

[142] William Breeze, Email à Marcelo A.C. Santos, 16. février 1997.

[143] Breeze, Email à P.M., 17. février 1997.

[144] Breeze : « Magical Link » Vol. III Nº 4, daté hiver 1990, p. 27.

[145] « Bystander » Vol. I Nº 4, décembre 1986 ; et Allen H. Greenfield, lettre du 15.8.1990.

[146] « OTO Newsletter » Vol. III Nº 9, Berkeley 1979, p. 64.

[147] « Règlements », 22 mars 1987, p. 36.

[148] Norbert Straet du Califat en Allemagne, lettre du 10.11.86.

[149] Breeze via Straet, lettre du 11.3.87.

[150] Straet, lettre du 30.12.86. Une attitude similaire a été prise dans le domaine de Metzger, selon une conversation avec Markus Kumer le 8.9.91.

[151] « Aurora Borealis » Vol. 1 Nº 9, Edmonton 1986, p. 8.

[152] « Bylaws of Ordo Templi Orientis in the United States of America », approuvé par l’Areopagus 3/30/96, modifié par l’Areopagus 4/19/97, page 36.

[153] ibid. page 35.

[154] Breeze à Manuel Lamparter, lettre du 15.6.1987.

[155] « Magical Link » I;5, New York 1987; « Thelema Lodge Newsletter », Berkeley, Janvier 1991. Supreme Grand Council réunion, avril 3, 1993 : « Les gâteaux de lumière devraient être préparés selon la formule précédemment publiée ; serait acceptable comme ingrédient supplémentaire. »
De même décrit déjà par exemple in: Carl Schmidt: « Koptisch–Gnostische Schriften », volume 1 (ce livre contient la première traduction allemande de la « Pistis Sophia »), Leipzig, 1905 (plusieurs réimpressions, par exemple Berlin 1981) ; déjà mentionné dans Epiphane, dans : « Panarion », dans: Robert Haardt: « Die Gnosis », Salzbourg 1967; E. Hanechen / M. Krause : « Die Gnosis » 1, Artemis, Zurich / Munich, 1969.
À propos du rituel III°, qui implique également des fluides corporels, William Breeze : « Le rituel d'origine spécifiait le sang et le laudanum. L'utilisation de l'une de ces substances contrevient aux réglementations de l'O.T.O. en matière de responsabilité médicale et légale. » Il est donc recommandé : « Angostura amer, Fernet Branca, ou un mélange de vodka et de myrrhe en poudre. » William Breeze : « III° Master Magician », New York 1996, page 72.

[156] 2.7.1933, « Sunday Dispatch ».

[157] « Magical Link » I:5, 1987, 2 et « Thelema Lodge Newsletter », Berkeley, Janvier 1991.

[158] « OTO Newsletter » II, 1 = 5, 1978, pp. 43.

[159] Le nom est DuQuette. xxx de Hofe (frère de Hal von Hofe) à Poke Runyon, le 29.8.1985. Peu de temps après, ce frère sans nom devient membre de Metzger. Hal von Hofe est lui–même membre du Califat depuis des années et il s'agit de cette paire de frères, au sujet de laquelle les deux O.T.O. Versions, O.T.O. suisse et Califat, s’informent.

[160] Stuart Timmons : « The Trouble with Harry Hay », Boston 1990, p.75–76.

[161] En ce qui concerne son propre évêché, William Heidrick révéla sur le forum Internet « thelema93 » le 1er août 1996 : « Vers 1981, nous (Grady McMurtry, moi–même et quelques autres personnes dans O.T.O.) venions de terminer le dépôt des papiers de l’O.T.O. pour l'incorporation à l'état de Californie. [...] nous avons créé une société EGC distincte, sans obligation d’adhésion à l’O.T.O. au niveau du conseil d'administration. Celui–ci que nous avons classé en tant qu'église formelle et simple, sans qualifications ni langage fraternels — en réalité, O.T.O. était un ordre religieux et EGC était une église de membres publique disponible en dehors de O.T.O., ainsi que l’aspect chapelle religieuse de O.T.O. correct. [...] On m'a fait évêque en posant les mains sur le siège arrière de la voiture, en nous emmenant chez le notaire pour faire attester et signer les papiers. [...] Environ un an plus tard, nous avons lu un peu plus de loi et découvert que O.T.O. qualifiaient d’entité religieuse de par sa nature même en droit fiscal. Nous avons modifié le O.T.O. articles pour refléter cela en tant que but principal déclaré. Aucun problème avec l'IRS [Internal Revenue Service] ou le Franchise Tax Office (équivalent californien de l'IRS). »

[162] « L'eschatologie de Thelema est que la révélation de John a eu lieu, mais qu'il a inversé les méchants et les héros parce qu'il était coincé dans le point de vue de la chrétienté » a déclaré Tim Maroney, Email en décembre 1996. Maroney fait partie des personnes arrêtées à l'une des arrestations de police sur une branche du Califat en Californie.

[163] Cérémonie de baptême pour un enfant, une cérémonie de baptême pour un adulte, une cérémonie de confirmation, une cérémonie d'ordination d'un diacre, une cérémonie de mariage, une cérémonie pour un plus grand festin pour la mort, un rite d'exorcisme de base et une cérémonie de visite et d'administration des vertus aux malades; ils ont même une sainteté (aucune femme n'apparaît dans sa litanie).

[164] Donc, dans le guide pour le V°, le 8 avril 1989, Newport Beach, CA, signé par Lon Milo et Constance DuQuette.

[165] « III–1 O.T.O. Rituels de l'homme de la terre Rév. 4.2B, printemps IIIxxx », par Fr.H.K. Kapellmeister, O.T.O., New York 1990, 1. Pour le I° : Gustav Holst : « Neptune » de « Les Planètes », Ralph Vaughan Williams : « Fantasia sur un thème de Thomas Tallis » ; W. A. Mozart : « Grande messe en c mineur ». De plus, Léos Janacek, Bela Bartók, Paul Hindemith, Richard Strauss, Gustav Mahler et Samuel Barber pour les autres degrées.

[166] « Selon la tradition locale, les candidats à l'ordination de diaconat soumettent un essai à l'évêque local sur le credo de l'Église Catholique Gnostique. » sekhetmaat.com/wiki/Documents/Diaconate_Essays.

[167] Entre 2002 et 2005 plusieurs éditions de « L'Eucharist », un magazine uniquement pour les membres de l'O.T.O. en prison est publié sous forme de fichiers PDF. Un ministère de l’O.T.O. en Oregon fondé surtout pour que le résultat s'occupe de cela. En dehors du répertoire habituel de textes de Crowley, une caractéristique est un guide concernant les droits des prisonniers dans le cadre de leur appartenance religieuse. Allen Greenfield rend clairement aux autorités responsables que l’O.T.O est une organisation charitable, ou plutôt, une église et que ses écrits ont à être accessibles aux détenus, « L'Eucharist » 2;1, Portland, 2003, 5. Voir aussi mon « Jeu de rôle d’une O.T.O.–Fatamorgana ».

[168] « Bahlasti Papers » IV ; iii, Nouvelle–Orléans, novembre 1989.

[169] ibid. janvier 1990.

[170] « Magical Link » 5 ; 3, apparu en février 1992, 1.

[171] Un membre de grade inférieur nommé David Jones, à un temps maître de loge de Thelema Lodge, un évêque, a commencé à faire de tout le monde un évêque par l'imposition des mains — moyennant un prix. Beaucoup ont acheté leur évêché pour 3,33 $. La question se posa alors : Que faire de tous ces évêques renégats? C'est ainsi que l'Ordre a créé le terme d'évêque auxiliaire. C'est un terme détesté par les individus qui détiennent le titre parce qu'il implique qu'ils ne sont pas évêques complets, un fait qu'ils essaient constamment de cacher. Maintenant, pour être un évêque complet au sein du Califat, vous devez être un VIIème. La majorité des évêques auxiliaires étaient en deçà du quatrième degré et peu d'entre eux se sont levés pour devenir des évêques à part entière.

[172] Liste publiée dans P.R. Koenig : « Noch Mehr Materialien zum OTO », München 2000, 426–434.



© Peter-R. Koenig, 2018.

Il s'agit d'un aperçu raccourci et traduit d'un sous-chapitre de « Der O.T.O.-Phänomen RELOAD » de 2011.
Traduction Française, par Frater, A.T.A., 11. en décembre 2018.


Version Anglaise traduit et adapté d'un chapitre sur les protagonistes de l’O.T.O. en « Das O.T.O.-Phänomen » (1994) par Mark Parry-Maddocks Original Allemand en ligne. Un exposer des grandes lignes très minuscules peut également être trouvé en Anglais dans « O.T.O. Rituals and Sexmagick » (1999)





Secrets des Rosicruciens, Templiers et des Illuminatis

Secrets of the Rosicrucians, Templars and the Illuminati, Peter-Robert Koenig



sitemap avancé
Chercher le site Phénomène-O.T.O.



Phénomène-O.T.O.   page de navigation   |    page d'accueil    |    mail   Peter-R. Koenig    |    Quoi de neuf ?




 

       Jules Doinel

Joanny Bricaud


 

Traductions françaises

Le Phénomène Ordo Templi Orientis. Exposé en français.



       pre-Ordo Templi Orientis emblem

Concernant les écrits antidémocratique, racistes et misanthropes de Crowley, ses disciples soulignent : « la raison [que quelques] aspects de Thelema sont omis [dans la discussion publique] indique le problème réel avec la présentation de Thelema comme une religion et essayant d'obtenir pour Thelema une sanction du gouvernement ou approuvé par le public : Thelema est finalement en revanche transgressif de la société normative. Thelema rejette la morale et les valeurs de la société normative et agit pour transgresser et violer ces normes. De l'inclusion des substances intoxicantes dans les rituels, à la perception positive de la sexualité, souvent considérée comme favorisant la promiscuité, le pro-autoritaire et l’aspect Nietzschéenne de Thelema, la société normative a beaucoup rejeter en Thelema et inversement, Thelema encourage ses adhérents à rejeter la plupart des aspects de la société normative. » [Journal of Thelemic Studies, 1;2, 2008, page 40, traduit]
Voir aussi « The Templar's Reich ».









Cliquer ici pour retourner à la web-page passée ou usez la barre de navigation Java:

Memphis Misraim Carl Kellner Spermo-Gnostics The Early Years O.T.O. Rituals Ecclesia Gnostica Catholica Fraternitas Rosicruciana Antiqua Fraternitas Saturni Typhonian O.T.O. 'Caliphate' Pictures RealAudio and MP3 David Bowie Self Portrait Books on O.T.O. Deutsche Beiträge Charles Manson Illuminati