David Bowie — Outside, Aleister Crowley et le Saint Graal

David Bowie
Outside
Aleister Crowley
Et le Saint Graal


De Steele Savage



[Un complement à P.R. Koenig : The Laughing Gnostic — David Bowie and the Occult.]
Dalí ... savait exactement ce qu’il faisait quand il peignait ses peintures. Il savait ce que tous les objets signifiaient... L’attitude qui dit que l’artiste ne devrait peindre que des choses que le prolétaire peut comprendre, je pense, est la chose la plus destructrice possible. (David Bowie, Playboy, 1976)

Dans une interview de 1997, Bowie a discuté que le « one continuum » dans l’écriture de ses chansons – et Outside en particulier – est une recherche de « subsistance spirituelle ».
J’ai constaté au cours de ces dernières années que le seul continuum qui se trouve tout au long de mon écriture est une véritable simple recherche spirituelle. Tout ce que je semble avoir écrit, d’une manière ou d’une autre, ne cesse de se recentrer sur l’idée qu’à la fin du 20ème siècle, nous sommes sans notre Dieu. Que ce vers quoi nous nous dirigeons est une ère où nous devons complètement démobiliser nos organisations religieuses et réinventer Dieu sous une forme ou une autre. Nous devons vraiment réinventer Dieu. Je pense que nos philosophies religieuses traînent si loin derrière la façon dont nous vivons aujourd’hui que nous nous trouvons dans un vide spirituel, et je pense que cela affecte beaucoup les jeunes. Je pense que cela intervient avec Outside de cette façon. Ce que cela fait pour ressusciter le thème d’Outside, c’est que nous essayons continuellement de trouver un rituel, mais nous n’avons pas d’ordre religieux auquel relier ce rituel. Pourtant, nous passons par les actions de ritualisation. Nous nous épinglons et nous tatouons, développant une sorte d’authenticité païenne et tribale à une vie religieuse que nous n’avons pas réellement. Donc, nous devons réinventer Dieu, je pense, dans notre propre nouveau mode de vie pour nous donner une autre forme de subsistance spirituelle. Et tout ce que j’ai écrit porte sur « Qui est mon Dieu ? Comment se montre-t-il ? Quel est mon stade supérieur, mon être supérieur ? » (David Bowie, Music Paper, 1997)

On verra que l’album Outside de David Bowie de 1995 est un récit éclectique de la Quête Hermétique du Graal – une recherche de la Grâce Divine – sous une forme contemporaine. Il sert effectivement à mettre fin à l’ensemble du « monde fantastique nihiliste de malheur à venir, de personnages mythologiques et de totalitarisme imminent » que Bowie avait construit dans les années soixante-dix. Ou est-ce que c’est le cas ?



« ÊTES-VOUS LIÉ À SIR PERCIVAL ? »


Selon les occultistes, le grand traumatisme de l’humanité, partagé mais non dit, a été la mort primordiale de l’Amour. Car l’âme, disent-ils, est faite d’Amour ; et à la suite de son union calamiteuse avec la Matière, « on pourrait dire qu’une telle âme dans la vie présente meurt, dans la mesure où il est possible pour une âme de mourir » (Thomas Taylor). De tels thèmes ont également été exprimés dans le travail de Bowie :
Soul love — the priest that tastes the word and
Told of love — and how my God on high is
All love...
("Soul Love")

L’amour de l’âme – le prêtre qui goûte la parole et 
On lui parle d’amour – et de la façon dont mon Dieu en haut est 
Tout l’amour... 


The vacuum created by the arrival of freedom
And the possibilities it seems to offer
...
We're legally crippled, it's the death of love
("Up the Hill Backwards")

Le vide créé par l’arrivée de la liberté 
Et les possibilités qu’il semble offrir 
... 
Nous sommes légalement paralysés, c’est la mort de l’amour


L’album concept de Bowie de 1995, Outside , s’intéresse à l’enquête sur le meurtre de Baby Grace Blue, l’un des nombreux suspects étant Ramona A. Stone, whose name seems to be an allusion to the Philosopher's Stone of alchemy. dont le nom semble être une allusion à la Pierre Philosophale de l’alchimie. Dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach, le Graal est une pierre. Et « le Graal est un symbole de la grâce de Dieu.» La mort de Baby Grace n’est que « la mort de l’Amour » elle-même – et est analogue au cygne pur tué par la flèche Parsifal's au début de son voyage initiatique.
Le cygne blanc est (conformément à la tradition mystique nordique) le symbole de l’extase, du plaisir spirituel permanent, qui habite et domine le cœur et l’âme du Chevalier-Graal, comme le plus grand ravissement dans le charme duquel vivent tous les habitants de la région du Graal. (Theodor Reuss)

Baby Grace Blue ne peut être que le Bébé dans l’Œuf de Bleu, Harpocrate, le Soi Silencieux naissant trouvé dans le cœur – Tiphareth. Les alchimistes ont également décrit cela comme la pierre du Christ.
Harpocrate, le « Bébé dans l’œuf de bleu », est décrit non seulement comme le Dieu du Silence, mais comme le Soi Supérieur, le Saint Ange Gardien. (Thelemapedia)


Baby Grace Blue est ici représentée avec un tournesol—à droite, l’enfant solaire – le « Bébé dans l’œuf de Bleu ». D’autres symboles solaires apparaissent dans la vidéo « Hearts Filthy Lesson ».


Il ne fait aucun doute que Bowie souhaite intentionnellement associer le meurtre rituel de Baby Grace à d’autres Hommes-Dieu mourants – c’est, selon ses propres mots, « un rite sacrificiel symbolique ... un désir païen d’apaiser les dieux. Dans cette « perversion du rituel catholique » qui est simultanément « entraînée par un moteur païen »,
La grâce incarne l’archétype du Christ, Osiris, Dionysos, etc. comme l’étincelle latente de la divinité. Selon Aleister Crowley, « le vert, la couleur de Vénus, signifie la Grâce ». Le Tarot Thoth de Crowley dépeint le Seigneur de l’Amour crucifié, Osiris-Dionysos, dont Ziggy Stardust était une forme postmoderne :

[Voir l’image de « The Hanged Man » d’un autre serveur]

« La performance live de Bowie de 'Time' sur la vidéo de Glass Spider de 1987 montre qu’il utilisait maintenant la carte de tarot 'The Hanged Man' pour se présenter comme le 'Rédempteur Racheté'... » (Peter-R. Koenig)



Cartes postales de la série Tarot créées par David Bowie en 1975. « Le Tarot était un peu une de mes obsessions au milieu des années 70 avec la plupart des choses alchimiques (et chimiques, je devrais penser.) »


Qui a assassiné Baby Grace ? C’était David Bowie – et nous tous. « Dieu est mort, et nous l’avons tué. » Les suspects dans Outside ont tous leurs propres motifs pour avoir fait l’acte – c’est un crime d’isolement émotionnel, né du malaise et de l’engourdissement de la société contemporaine.

Where can the horizon lie
When a nation hides
Its organic minds
(= the Artist/Minotaur)
In a cellar...dark and grim
(= the labyrinth)

They must be very dim
("All the Madmen")

Où peut se trouver l’horizon 
Quand une nation se cache
Ses esprits organiques ( = l’Artiste/Minotaure)
Dans une cave... sombre et obscure ( = le labyrinthe)
Ils doivent être très faibles, incertains 


Dans le Diary of Nathan Adler, écrit pour accompagner l’album, la mère de Baby Grace est étroitement associée aux miroirs, lui montrant ainsi la nature. Son « cordon ombilical incrusté de diamants » est un symbole approprié de la pierre philosophale finement taillée.
La pierre philosophale est un ancien symbole de l’homme perfectionné et régénéré... Comme le diamant brut est terne et sans vie lorsqu’il est retiré du carbone noir, la nature spirituelle de l’homme dans son état « déchu » révèle peu, voire pas du tout, de sa luminosité inhérente. Tout comme dans la main de l’habile lapidaire, la pierre informe est transformée en une gemme scintillante dont les facettes déversent des flots de feu de couleurs variées, de même sur le tour du Lapidaire Divin l’âme de l’homme est broyée et polie jusqu’à ce qu’elle reflète la gloire de son créateur de chaque atome. Le perfectionnement de l’âme de diamant par l’art philosophique et alchimique était l’objet caché du rosicrucianisme hermétique. (Manly P. Hall)

Par la Nature doit naître l’Enfant Solaire, mais quelque chose a mal tourné. Au carrefour des siècles, la Grâce nous a abandonnés. Et peut-être que l’accent mis par Bowie sur Grace étant « quatorze ans » a plus qu’un peu à voir avec ce dicton apocryphe de Jésus :
Celui qui me cherche, me trouvera dans les enfants à partir de sept ans ; car là caché, je serai manifesté au quatorzième âge. (Hippolytus, Philosophumena, V)

La Pierre Noire a une signification particulière dans l’alchimie en tant qu' « œuf du philosophe », qui (dans une école de pensée, au moins) est symbolique du cœur humain qui, bien que noirci extérieurement par le « péché » (restriction), révèle un intérieur doré brillant lorsqu’il est percé et éveillé dans un état d’Amour. (Et pourtant, dans un autre sens, l’œuf représente la totalité du Soi – et c’est là que réside un grand mystère hermétique.)
Dans l’alambic de ton cœur, à travers l’athaneur de l’affliction, cherche-toi la vraie pierre du Sage. (Adeptus Minor Ceremony of the Golden Dawn / Cérémonie Adept Mineur de l’Aube Dorée)

Ainsi, le plomb du Soi devient or. Et ces thèmes trouvent une expression définitive sur « Get Real / Soyez Réel » de Outside, où l’humanité est considérée comme à la fois spirituelle et matérielle :
Oh pity us here we angels of lead
We're dead, we're sick hanging by thread...
("Get Real")

Oh pitié de nous ici nous les anges de plomb 
Nous sommes morts, nous sommes malades suspendus par fil...




En effet, il est bien connu que Bowie avait été fasciné par la Quête du Graal dans les années soixante-dix. Et curieusement, Bowie a révélé dans une interview à Playboy de 1976 que la couverture de « The Man Who Sold the World » est une « parodie de Gabriel Rossetti », connu pour ses œuvres basées sur la romance arthurienne et le Graal.
... mon autre fascination pour les nazis était leur recherche du Saint Graal.... C’était ce besoin arthurien, cette recherche d’un lien mythologique avec Dieu... Je cherchais juste des réponses. Un secret. Une certaine force vitale. J’avais cette ferveur religieuse. La recherche du Saint Graal. (David Bowie, Arena, 1993)

Dans le Parsifal de Wolfram von Eschenbach, les Templiers (Templeisen) sont les gardiens du Saint Graal. Bien que Peter-R. Koenig a dit que cela représente des « fluides psychosexuels », une autre interprétation courante (telle que mise en avant par Emma Jung, Joseph Campbell et d’autres chercheurs) est que le Graal est le cœur illuminé. Cette Pierre des Philosophes (Graal de Wolfram) se trouve sur une montagne au centre de la terre. Seuls les « cœurs purs » peuvent atteindre le Graal – et c’est la « sale leçon du cœur ("heart's filthy lesson.") ». Dans le système de Crowley,
... l’idéal mystique [est] la quête de devenir un avec Tous par l’anéantissement de l’ego terrestre (« Car comme ton sang est mêlé dans la coupe de BABALON, ton cœur est aussi le cœur universel »). Le sang qui coule dans le graal de Babalon est ensuite utilisé par elle pour « inonder le monde de Vie et de Beauté » (ce qui signifie créer des Maîtres du Temple qui sont « libérés » dans le monde des hommes) ... (Wikipedia)

Mark Stavish [hermetic.com] dit :
Certaines écoles de yoga ainsi que la kabbale et les pratiques soufies considèrent le cœur comme le centre de l’univers individuel et le plus important de tous les centres psychiques. En ouvrant le cœur, nous avons accès à notre Maître intérieur, ou Saint Ange Gardien (messager)... C’est le dernier lieu de repos de la Langue des Serpents après son ascension sur le crâne, et comme Boehme et l’imagerie hermétique l’ont montré, la « ceinture de cœur avec un serpent » est l’idéal auquel aspirent les mystiques.

Et dans le Liber 333 :
Dès que la raison est vaincue, le garrot est enlevé ; alors l’influence des supernaux (Kether, Chokmah, Binah), qui n’est plus inhibée par Daath, peut descendre sur Tiphareth, où se trouve la volonté humaine, et l’inonder de la lumière ineffable.
 

As soon as the reason is vanquished, the garotte is removed; 
then the influence of the supernals (Kether, Chokmah, Binah), 
no longer inhibited by Daath, can descend upon Tiphareth, where 
the human will is situated, and flood it with the ineffable light. (Aleister Crowley)


Comme le cycle de l’Anneau de Wagner, Outside est présenté comme faisant partie d’un « Hyper-Cycle ». C’est Leon Blank qui se lance dans la Quête du Graal, rappelant le nom Templier de Bowie « Loving the Alien ».
"Knights who'd give you anything
They bear the cross of Coeur de Leon
Salvation for the mirror blind..."

Des chevaliers qui vous donneraient n’importe quoi 
Ils portent la croix de Coeur de Leon
Salut pour les aveugles miroirs...


Notez que Parsifal est le « Pur Fou » et que la carte de Tarot du fou est attribuée à Zéro, c’est-à-dire Blank. Vous ne pensez toujours pas que Bowie s’inspirait de Wagner ? Comparez ceci :
Le jeune ne sait pas ce qu’est le Graal, mais il remarque qu’en marchant, il semble à peine bouger, mais semble voyager loin. Gurnemanz dit que “dans ce royaume, le temps devient espace” - (« Zum Raum wird hier die Zeit »).

Avec « Segue — Nathan Adler » :
Now Leon
He couldn't wait for 12 o'clock midnight
He jumps up on the stage
With a criss criss machete
And slashes around cutting a zero on everything
I mean a zero in the fabric of time itself...

Maintenant Léon 
Il ne pouvait pas attendre 12 heures minuit 
Il saute sur scène 
Avec une machette entrecroisée 
Et coupe autour de couper un zéro sur tout 
Je veux dire un zéro dans le tissu du temps lui-même... 


Ramona, qui a « rêvé de dormir », a son parallèle dans Kundry :
Kundry elle-même est maintenant fatiguée de dormir mais crie qu’elle ne doit pas dormir et souhaite qu’elle ne se réveille plus jamais. (Wikipédia)

Mais il est important de se rappeler que Bowie suit sa propre interprétation ésotérique éclectique de la légende du Graal, plutôt que son texte littéral.
La répulsion extérieure [de Kundry] cache une grâce intérieure et une beauté. Kundry est notre propre image, le moi que nous n’aimons pas parce qu’il est si vrai. Et pourtant, avec son aide, nous gagnerons le Graal. (Rosicrucian Archive)

C’est-à-dire que Kundry abrite ces éléments les plus sombres la psyché que nous devons affronter avant d’atteindre le Graal. Et Bowie n’a jamais hésité à utiliser son travail comme une sorte d'« art-thérapie », draguant les éléments les plus nocifs de l’inconscient sous la forme de personnages tels que le Thin White Duke et Ramona A. Stone, le « futuriste tyrannique » dont le cœur est « si froid ». L’esprit humain est constamment assailli par la marche mécanisée du futurisme dystopique qui ne peut se terminer que par des « hommes singes avec des pièces métalliques ». Le « froid de l’hiver saigne sur les poutres de Babel ». Une hache est nécessaire pour briser la glace et restaurer le Wasteland.
Dans « I Have Not Been to Oxford Town », chanté par Leon Blank (Parsifal), il y a la phrase : « si je n’avais pas déchiré le tissu / "if I had not ripped the fabric." ».
[Parsifal] peut être interprété comme « Percer le voile ». Il est aussi fils d’une veuve. C’est un mystère qui fait partie du processus initiatique. La veuve originelle dans la tradition ésotérique occidentale était Isis. À l’heure actuelle, elle est simplement appelée la déesse. Elle gouverne l’univers physique et ses royaumes subtils. Elle apparaît devant l’initié partiellement recouverte d’un voile noir qui est le tissu de l’espace et du temps. (Rosicrucian Archive)

Le Parsifal de Wagner a également été très influencé par l’idée bouddhiste du renoncement au désir. Et l’une des faces B de Outside est ... « Rien à désirer / “Nothing to be Desired!” »
Sa lecture des poètes et philosophes orientaux l’a finalement conduit aux pures spéculations du panthéisme et du bouddhisme, dont il avait adopté les doctrines bien avant de découvrir leur formule philosophique dans les écrits de Schopenhauer. (Maurice Kufferath, The Parsifal of Richard Wagner, p. 182)

Parsifal a dit dans le drame de Wagner :
Renoncez au désir : pour mettre fin à vos souffrances, vous devez détruire leur source. (p. 144)




ME EXPLODING YOU / MOI QUI T’EXPLOSE


La juxtaposition de la carte « Art » de Crowley avec la peinture « Heart’s Filthy Lesson » de Bowie en 1995 montre de manière assez concluante qu’il avait l’alchimie (l’art spagyrique) sur le cerveau à l’époque. Alors que beaucoup de choses peuvent être laissées au domaine nébuleux de la synchronicité, la peinture est indubitablement une référence délibérée à cette carte de Tarot. Est-ce une coïncidence si Outside traite d’Art Crime et que c’est la 14ième carte ? Qui sait ! [Voir l’image de Tarot de « Art » à partir d’un autre serveur]


Elle... [est] tenant la lance qui est devenue une torche et verse son sang brûlant. Le feu brûle l’eau; l’eau éteint le feu.... c’est une allégorie alchimique. (Aleister Crowley, Atu XIV, The Book of Thoth) (Le Livre de Thot)


« We Prick You » est la plus ouvertement sexuelle des chansons sur Outside et a pour sujet la Holy Spear (c’est-à-dire la « piqûre ») du graal-mythos.
Dans son opéra Parsifal, Richard Wagner identifie la Sainte Lance avec deux objets qui apparaissent dans le poème médiéval Parzival de Wolfram von Eschenbach, une lance saignante dans le Château du Graal et la lance qui a blessé le Roi Pêcheur. L’intrigue de l’opéra concerne les conséquences de la perte de la lance par les Chevaliers du Graal et sa récupération par Parsifal.

Theodor Reuss dit,
La Lance est, certes... le symbole du phallus. Et tout comme on utilise par exemple une image (symbole) L’amour tire une flèche (de même qu’il est vrai un symbole du phallus) sur deux amants signifiant une demande et une stimulation de l’amour pour une union sexuelle des deux amants, ainsi le lancer de la lance sur Parsifal signifie que Klingsor veut l’obliger à accomplir un acte nu de luxure qui, même comme un acte de luxure unique à nouveau, aurait été une chute de la grâce !

Comme Bowie l’a dit sur The Bouddha of Suburbia, « Toutes les grandes religions mystiques mettent fortement l’accent sur les qualités spirituelles rédemptrices du sexe. » L’interview d’Arena de 1993 apporte un éclairage supplémentaire à ce sujet :
Tout le sexe et aucune romance était le problème.... Le lien humain était rarement là – une autre spin-off de la drogue. Le sexe devient une libération d’énergie. Toute cette énergie finit par devenir du sexe.

Une grande distinction est faite entre le sexe en tant qu’acte d’amour et la luxure. Ainsi, dans la rue, les profanes « punks de chair » brûlent de convoitise dans leur « colle ». Bowie déplore la perte de l’amour sexuel innocent – où est passé le pur plaisir spirituel – le cygne insaisissable de Parsifal ?
All the little rose-kissed foxy girls
Shoes, shoes, little white shoes
Where have all the flowers gone
All the little fragile champion boys
Toys, toys, little black toys
Dripping on the end of a gun

Toutes les petites filles renardes embrassées par la rose 
Chaussures, chaussures, petites chaussures blanches 
Où sont passées toutes les fleurs 
Tous les petits garçons champions fragiles 
Jouets, jouets, petits jouets noirs 
Goutte à goutte sur l’extrémité d’un pistolet 


Dans le Parzival de Wolfram, le Roi Pêcheur blessé est accompagné de pages et de filles ornées de fleurs. Il y a aussi une lance mystérieuse qui dégouline de sang – Bowie a simplement mis à jour cette image en en faisant un pistolet dégoulinant. Et pourtant, la lance ne doit pas être considérée comme le phallus lui-même, mais comme l’énergie subtile employée. Le thème dominant dans les traditions occultes est que le feu sexuel (Lucifer) a une qualité transformatrice ; la force à la fois de l’esclavage et de la libération.


Cette image tirée des études alchimiques de Jung – que Bowie a sans aucun doute lue – montre la Kundalini shakti perçant le côté du Christ (le cœur) avec la Sainte Lance.


Comme Bowie l’a dit en 1972, « l’amour idiot déclenchera la fusion [alchimique] ». Notez également qu’il ne souhaite que « toucher la colombe enflammée » de la Grâce Divine, une image connue non seulement de l’iconographie chrétienne, mais aussi des romances ultérieures du Graal – et des lamen, pendants magiques de l’O.T.O. Comme le Soi dans son sens le plus vrai, est de la substance de l’Amour, la nécessité de la porte de Vénus étant celle par laquelle la Voûte des Adeptes est entrée devient apparente. Mark Dery, dans son article très observateur « Leper Messiah: A Jesus Freak’s Search for the Meaning of Bowie », demande à juste titre : « Ziggy - un néo-platonicien de placard ? » Et tout cela semble avoir fait partie intégrante de la Gnose de Wagner aussi...

Il s’agit, voyez-vous, d’indiquer le chemin du salut... qui implique une pacification totale de la volonté par l’amour, et non par un amour humain abstrait, mais un amour engendré sur la base de l’amour sexuel, c’est-à-dire l’attirance entre l’homme et la femme... It is a question, you see, of pointing out the path to salvation ... which involves a total pacification of the will through love, and not through any abstract human love, but a love engendered on the basis of sexual love, i.e. the attraction between man and woman ... (Richard Wagner to M. Wesendonk, 1 December 1858)

Il y a aussi une scène où Parzival est fasciné par des gouttes de sang dans la neige – et dans « Wishful Beginnings », chante l’artiste, « la douleur doit ressembler à de la neige ». Les deux cas rappellent l’acte initial de meurtre. Le Fou Pur devient éclairé par la compassion.



L’HOMME-ANGE / THE ANGEL-MAN


En coupant « un zéro » dans le tissu du voile, Léon est capable de traverser l’abîme. (« En traversant l’Abîme, le but est d’anéantir l’Ego et... pour atteindre Zéro. ») Dans la chanson « I’m Deranged », Bowie (en tant qu'« Artiste / Minotaure ») invoque le « Angel Man » - le Saint Ange Gardien, emblématique du « moi supérieur » centré dans le cœur / soleil. Bien qu’il ait été affirmé que Bowie avait été inspiré par une visite à une communauté d’artistes étrangers, un tel « Ange » figure également dans « Look Back in Anger » de 1979, alors qu’il était encore grandement influencé par le Crowleyisme. Et si Koenig a raison de dire que Bowie et al. ont enregistré Outside bien avant de visiter la maison de l’artiste à Gugging, cette thèse devient encore plus forte.
It's the angel-man
I'm deranged
Cruise me, cruise me, cruise me, baby

C’est l’homme-ange 
Je suis dérangé 
Cruise-moi, cruise-moi, cruise-moi, bébé 
  [to cruise : se promener dans les rues ou dans les 
  lieux publics à la recherche d'un partenaire sexuel]


Si cette union de l’homme et de Dieu a des connotations homoérotiques, c’est parce que dans un tel Hieros Gamos l’âme (psyché) prend une forme féminine et est spirituellement imprégnée par une divinité masculine – le « poing de l’Amour ». Juste après l’union extatique de « Deranged » suit « Thru' These Architect’s Eyes », dans lequel le Maître du Temple renaissant retourne dans le monde des hommes, maintenant prêt à « inonder le monde de Vie et de Beauté » dans un nouvel « Âge d’Or ». L’appariement de ces pistes est assez suggestif. Il est devenu, pour ainsi dire, une incarnation du Grand Architecte de l’Univers.

[linked 
image]
Kneph maçonnique, dans lequel l’œil du Grand Architecte habite dans la potentialité.



"IT'S ALL IN THE EGG" / « TOUT EST DANS L’ŒUF »


... il y en a un cinquième qui est invisible, et c’est là que je suis comme un bébé dans un œuf. (Liber AL vel Legis, II:49)



La vidéo « Hearts Filthy Lesson » met en scène un groupe de « punks » qui démembrent rituellement un mannequin, évidemment destiné à représenter Osiris-Dionysos, le « Pendu ». En alchimie aussi, comme dans la Vision de Zosimos, il y a souvent des actes de démembrement et de désintégration avant la réintégration. Qu’est-ce que la « leçon des cœurs sales » ? C’est la « mort », répond Bowie dans le dossier de presse de 1995 – le fruit de l’Arbre de la Connaissance.



« Dans l’œuvre de Bowie de 1994, il y a un dessin au fusain et à la craie de ce qu’il décrit comme « le costume d’un Minotaure à naître ...... ces œufs signifient sa naissance ». Dans le journal, 'grossesse' et 'accouchement' étaient une clé du rituel. »


L’œuf est, comme nous l’avons vu, le cœur dans lequel Naît Horus, l’Enfant Couronné et Conquérant. Le Minotaure était le dieu crétois du soleil et a trouvé au centre du Labyrinthe – le cœur mystique de la terre – un symbole approprié du Grande Œuvre. Bowie, bien sûr, était aussi l’Hiérophante d’un certain autre Labyrinthe dans lequel il jouait le rôle d’Hadès face à Perséphone de Jennifer Connelly dans un récit du drame mystérieux éleusinien surtout, dans la vidéo « Hearts Filthy Lesson », Bowie a utilisé le symbole astrologique du soleil / cœur, un point encerclé : ☉.



Certains parallèles avec Crowley peuvent être notés. [Voir l’image de « The Hierophant » à partir d’un autre serveur]

Il y a un aspect nettement sadique à cette carte ; pas contre nature, puisqu’il dérive de la ende de Pasiphae prototype de toutes les légendes des Dieux-Taureaux. (Aleister Crowley, The Book of Thoth)

Il y avait un taureau sacré dans ce labyrinthe, assez blanc. À la fête du printemps, ils lui ont sacrifié douze vierges... Ils voulaient obtenir un Minotaure, une incarnation du soleil, un Messie. Ils ont dit qu’ils en avaient un, mais ils ne l’avaient pas fait. (Aleister Crowley, The Paris Working)

Car moi, en tant que femme, j’ai toujours envie de m’accoupler avec une bête. Et c’est le salut du monde, que je suis toujours trompé par un dieu, et que mon enfant est le gardien du labyrinthe... (16th Aethyr, The Vision and the Voice)




ECLECTIC BLUE / BLEU ÉCLECTIQUE


Ce qu’il faut décider, c’est : Bowie travaillait-il à partir d’une inspiration thelémique en 1995 ? Notez les références à la perte d’un « nom » (NEMO), à l’invocation d’un « ange », de « l’abîme », de la « femme remplie de nuit », du « bébé dans l’œuf bleu », etc. L’absence d’un « ange » en le Golden Dawn est ce qui m’a d’abord amené à penser que Bowie a plus d’influence de Crowley qu’il ne veut l’admettre. Peut-être utilise-t-il les éléments qui s’appliquent à sa propre weltanschauung gnostique.
Bowie a toujours dit qu’il était un lecteur vorace, et sa recherche de « subsistance spirituelle » semble être la seule chose qui lui tient vraiment à cœur – il ne semble donc pas qu’il se contente de lancer des images au hasard. Affamé de Gnose, son obsession est l’amélioration de soi, mais dans quelle mesure était-il dévoué à la Grande Œuvre ?
Mais, particulièrement linéaire pour un artiste rock, il possède une bibliothèque de 4 500 livres et peint et expérimente également en sculpture., (Fred Hauptfuhrer, People Magazine, septembre 1976)

Un fanatique de l’auto-amélioration, qui trimballait autrefois des malles pleines de livres à travers l’URSS sur le Transsibérien Express, Bowie est toujours fascinant pour la façon dont il présente à ce public des informations provenant de l’extérieur du rock and roll. (Michael Watts, Melody Maker, février 1978)

Je pense et je lis à ce sujet [la spiritualité] de manière obsessionnelle. Tout cela tend à devenir le contenu de mes chansons. (David Bowie, Mojo, juillet 2002)

Si un lien direct ne peut être prouvé, à tout le moins, Bowie partage certaines affinités avec Crowley : le mépris de la religion organisée et des faibles d’esprit ; adoration de Nietzsche ; et surtout, la croyance en l’arrivée imminente de l’Éon de l’Enfant – le « Bébé Universel » (Baby Universal), « Starman », etc. Juste un « localisateur pour le Roi Vierge »? Son obsession est avec l’idée que nous devons recréer Dieu – pour ressusciter cette étincelle divine gnostique – en nous-mêmes. Et c’est un fil conducteur qu’il trouverait tout au long de la Tradition des Mystères Occidentaux.
Mais, chercher de la nourriture, chercher quelque chose en dehors de nous-mêmes pour se nourrir, ne peut que conduire à la dépression, je pense. Nous devons trouver cette subsistance en nous-mêmes. (David Bowie, Music Paper, 1997)

Bowie nomme constamment Carl Jung dans des interviews, qui a beaucoup écrit sur l’alchimie et le gnosticisme. Il est possible que sa fascination pour le gnosticisme au milieu des années quatre-vingt-dix en soit née. En effet, on peut trouver quelques traces du gnosticisme valentinien dans Outside si l’on regarde assez fort – Valentinus a décrit le cœur comme une « auberge » dans laquelle les mauvais esprits habitaient, tandis que Bowie s’y réfère comme un « hôtel du rire ». Les Valentiniens soutenaient également que chaque personne avait un « Ange », ou Soi Supérieur, avec lequel on pouvait être uni dans le rite de la « Chambre Nuptiale », tandis que Bowie demandait à son « Homme Ange » de le « dragué ». De plus, il y a des références constantes aux « punks de chair », aux « hommes cochons » et aux « garçons de pierre » qui rappellent tous à la classification de Valentinus en spirituel (pneumatique), animal (psychique) et matériel (hylique). Et la première ligne prononcée sur la première piste de Outside est « Valentine’s day ». Ou est-ce en référence à l’alchimiste Basil Valentine?
Et je tiens à souligner qu’il ne dit pas toujours qu’il ne s’intéresse plus à ces choses :
I'M AFRAID OF AMERICANS / J’AI PEUR DES AMÉRICAINS
« C’est assez explicite. Tout est enveloppé dans l’une de ces chansons stéréotypées de « Johnny »: Johnny fait ceci, Johnny fait cela – dans celle-ci, il est présenté comme l’élément le plus banal et philistin de ce que tout le monde déteste en Amérique. Le visage de l’Amérique que nous devons supporter est le visage MacDonalds / Disney / Coke, cette invasion culturelle vraiment homogène et fade qui nous balaie – ce qui est malheureux, car les aspects de l’Amérique qui sont vraiment magiques pour nous sont les choses qu’elle semble rejeter, comme la magie noire ou les poètes Beat: il y a une individualité incroyablement forte à propos de l’Amérique qui est occultée par l’invasion des entreprises.
(David Bowie, Mojo, mars 1997)

Alors, attendez, il met « magie noire » dans la même catégorie que « les poètes Beat », maintenant ? Pas étonnant que le Duke ait si « peur des animaux », il ne veut pas se faire brûler sur le bûcher pour avoir dit ce qu’il pense vraiment de leurs religions esclavagistes.



LANCER DES FLÉCHETTES À LA SYMÉTRIE DIVINE


Le nom Bowie (et aussi celui du protagoniste de Kubrick en 2001, Dave Bowman) est lié au signe astrologique Sagittaire, le Bowman. Comme une flèche, le Sagittaire représente la Volonté. Dans la Qabalah hermétique, le Sagittaire correspond au chemin de Samekh, reliant la sphère de Yesod à la sphère du Cœur/Soleil, Tiphareth. En fait, le chemin de Samekh est aussi le chemin du « Déchirement du Voile » (cf. « Parzival »). Je ne crois pas que Bowie ait été totalement ignorant de ces choses, comme j’espère que cela sera prouvé.


La vidéo « Strangers When We Meet » montre une grande cible – un autre symbole du Soleil, ☉.



Dans cette image alchimique, « Deux hommes tirent sur la marque bien connue, ☉ ici représentée comme une cible (un symbole très utilisé dans les anciennes loges), tandis qu’un troisième sème » (Herbert Silberer).


Le Christ ressuscite du tombeau.

Dans la vidéo « Strangers When We Meet », la poupée de chiffon semble représenter l’ego terrestre de Bowie, transcendé alors qu’il se lève de la tombe comme l’Alchimiste dans l’image ci-dessus. Il renonce finalement à l’accord qu’il avait conclu avec le « diable » (son propre Ombre de Soi) sur « "The Width of a Circle"—"(La Largeur d’un Cercle)" » – « le prince de ce monde vient, et n’a rien en moi » (Jean 14 : 30).


L’artiste dépouille ses personnages.

« C’est le processus qui compte, n’est-ce pas ? Plutôt que d’obtenir vos informations – ou votre rédemption – facilement et directement, vous devez passer par ce long périple douloureux et têtu. Comme pour l’alchimie, le résultat final n’est pas aussi important que le long processus par lequel tous les aspects inessentiels de « vous » ont été dépouillés ... » (David Bowie, « The Resurrection of Saint Dave » (La résurrection de saint Dave) Esquire, 1995)



Dans la phase finale, il ne reste que l’Un, qui est identique au Tout. C’est la « symétrie divine » dont il est question dans « Quicksand » de Hunky Dory :

I'm torn between the light and dark
Where others see their targets
Divine symmetry...

Je suis déchiré entre la lumière et l’obscurité 
Où les autres voient leurs cibles
Symétrie divine... 


Le motif des fléchettes se distingue plus clairement dans la première ligne de la chanson « Station to Station » :
The return of the Thin White Duke, throwing darts in lovers' eyes...

Le retour du Thin White Duke, 
lançant des fléchettes dans les yeux des amoureux... 
   / "throwing darts in lovers' eyes..."


J. Daniel Gunther écrit dans Initiation in the Aeon of the Child (Ibis Books 2009),


Peter-R. Koenig dit,

Dans 'Station to Station' il y a la ligne « lancer des fléchettes dans les yeux des amoureux » / "throwing darts in lovers' eyes". Dans le système de Crowley, la fléchette ou la flèche est un symbole de direction, et montre la dynamique de la Vraie Volonté – qui n’est pas être mais allant, motion, pas individuel mais universel.....

Dans les cartes de Tarot 'Thoth' de Crowley, la carte complémentaire à 'The Lovers' s’appelle 'Art', qui représente le vol de cette flèche au-delà de son stade de désintégration. Les deux personnages de 'The Lovers' sont maintenant résolus dans leur synthèse, qui est la Perfection. La flèche s’élève au-delà, perçant l’arc-en-ciel.

La carte « Art » dans le Tarot de Crowley (ci-dessus) est attribuée au Sagittaire. En un sens, David Bowie lui-même est l’archer Sagittaire, une personnification de l’humanité déchue atteignant le Cœur du Soleil. Avec la ligne « de Kether à Malkuth », il se présente peut-être comme le microprosope kabbalistique, c’est-à-dire deus est deus inversus. Comme révélé dans Rolling Stone en 1976, Bowie se considérait comme « le microcosme de toute matière ».
[Voir l’image de Tarot de « The Lovers » à partir d’un autre serveur]
La clé semble être dans l’interprétation ésotérique de « l’épée enflammée ». Le Thin White Duke est le serpent crachant qui « s’assure des taches blanches », incarnant l’Esprit dans la Matière – l’image de la Déité invisible dans sa forme la plus corporelle. The Man Who Fell to Earth a également été décrit comme un esprit pur qui succombe à la matérialité. C’est le mystère de la Chèvre Sabbatique qui saute sur « montagnes et montagnes ». Il est le Rédempteur et le Racheté – « il n’y a pas d’autre Dieu (ou diable) que l’homme ». L’ego triomphe de la Vraie Volonté – Et quelle meilleure image du tyran volontaire, l’Antéchrist figuratif, qu’Hitler lui-même ?
Considérez que « Ziggy » fait référence au « zigzag » fait par le Logos descendant sur l’Arbre de Vie de Kether à Malkuth, et que le Duc n’est pas un personnage unique mais une autre progression du Messie Lépreux. (Qu’il ait obtenu le nom « Ziggy » d’un magasin de chapeaux est tout simplement ridicule.) STS ('Station to Station') sert ensuite à élucider certains des concepts avec lesquels il a joué sur ZS. Ziggy est devenu « un petit Hitler » – le Führer. Le logo de l’éclair vu dans ZS:TMP ressemble à un emblème nazi, non?
C’est aussi l’éclair de l’illumination. Ainsi, il est le duc Prospero, le hiérophante orchestrant le Hieros Gamos entre ciel et terre dans l’allégorie hermétique de La Tempête de Shakespeare – « lancer des fléchettes dans les yeux des amoureux ». Et en 1995, il demande : « Qui a porté les vêtements de Miranda (la psyché) ? »
Je pense que nous sommes dus à un réveil de la conscience de Dieu. Il ne s’agit pas d’une sorte de fey, d’enfant fleuri, mais d’une conscience de Dieu masculine très médiévale et ferme où nous sortons et rendons le monde à nouveau juste. (David Bowie, Rolling Stone, février 1976)

Le thème dominant de l’œuvre de Bowie est : à partir d’ici, il n’y a nulle part où aller sauf vers le haut. « Il n’y a pas d’enfer comme un vieil enfer, et il n’y a pas d’enfer. » C’est l’angoisse du chercheur spirituel qui réalise à quel point il est tombé :
And once there were sunbirds to soar with
And once I could never be down
Got to keep searching and searching
Oh, what will I be believing and who will connect me with love?

Et une fois, il y avait des oiseaux solaires avec lesquels s’envoler 
Et une fois, je ne pourrais jamais être en panne 
Je dois continuer à chercher et à chercher
Oh, qu’est-ce que je vais croire et qui va me connecter avec l’amour ? 


Ne vous y trompez pas, le duc est en effet un personnage très sombre – bien qu’il soit une machine sans cœur, mort-vivant, conduite uniquement par Will, c’est paradoxalement l’Amour (Tiphareth) qu’il désire le plus, et qui tombe le plus constamment entre ses mains. « Faisant l’amour avec son ego », le Magus aspire son public dans son cercle magique, imprégnant leurs esprits en jachère de ses Logoi spermatiques.
C’est l’idée de voir ce que vous pouvez faire avec le personnage humain, jusqu’où vous pouvez étendre l’ego hors du corps. Je pense que ma musique n’est jamais considérée comme de la musique. (David Bowie, Melody Maker, février 1976)

Gunther poursuit,



Dans la chanson 'Starman', « Le refrain est vaguement basé sur 'Somewhere Over the Rainbow' de Harold Arlen du film Le Magicien d’Oz. »



« There's a Starman over the rainbow, way up high...» (1972 Enregistrement au Rainbow Theatre)

Ils pensaient que K. West devait être une sorte de code pour la « quête ». Il a pris toutes ces sortes de connotations mystiques. (David Bowie, 1993)




MOON DUST / POUSSIÈRE DE LUNE





Dans la vidéo de « Hallo Spaceboy », nous trouvons une utilisation fréquente d’images d’amour combinées à des œufs. Ce qui est dépeint dans la vidéo n’est rien d’autre que la mort primordiale de l’amour (« bye bye, love ! ») qui est venue lorsque l’âme est tombée dans la matière. Voulez-vous être libre? Cassez l’œuf et révélez le soleil.
Pour mieux comprendre ce morceau, il faut revenir au Major Tom. La vidéo originale de 1969 « Space Oddity » a vu le Major Tom perdre le contact avec Ground Control lorsqu’il est séduit par les sirènes. Et que cette chanson ait une interprétation ésotérique a été confirmé par le Major lui-même :
[La spiritualité a] été une qualification récurrente de mon travail depuis le jour où j’ai commencé à écrire. Un exemple très précoce, je suppose, est Space Oddity. (David Bowie, Hollywood On Line, 1996)

Dans « Ashes to Ashes », avec la ligne « we know Major Tom's a junkie, strung out on heaven's high / nous savons que Major Tom est un junkie, tendu sur le ciel », Bowie se moque directement de ceux qui pensent que ses chansons ne parlent que de drogue. Le titre est tiré du Livre de la prière commune, en référence à une ligne de Genèse 3:19 adressée de Dieu à Adam, « pour la poussière tu es, et pour la poussière tu reviendras ». Ainsi, une meilleure explication est que le Major (A)Tom est en fait le Premier Adam. Sa perte de contact avec le « Contrôle au Sol » est notre perte de contact avec la Source – ou est-ce l’inverse ?
Maintenant, nous avons découvert qu’il est en train de réaliser que tout le processus qui l’a amené là-haut s’était décomposé, était né de la décomposition ; il l’a décomposé et il est en train de se décomposer. Mais il souhaite retourner dans le bel utérus rond, la terre, d’où il a commencé.. (David Bowie, NME, 1980)

La décomposition, bien sûr, est la grande limitation de nos vies ici dans la « sphère de la génération », où toutes choses sont dans un état de flux constant. Plus le Major Tom s’éloigne, plus il s’éloigne de la Source. La vérité n’est trouvée que lorsqu’il se retire au centre, car c’est là que la réalité peut être transcendée. (Léon, lui aussi, a coupé un zéro à la « croisée des chemins ».) Le major Tom, dit Bowie, doit lui-même Visita Interiora Terrae et trouver la pierre.


Le plus étonnant de tous est peut-être que le clip de « Ashes to Ashes » présente Major Tom comme attaché dans un utérus mécanique Gigeresque (crucifié ?), près de deux décennies avant que la même imagerie ne soit utilisée dans Matrix.

On voit également dans la vidéo « Spaceboy » des références aux Martiens, un thème récurrent depuis 1971. G. I. Gurdjieff, dans Beelzebub's Tales to His Grandson / (Les Contes de Belzébuth à son petit-fils), a discuté de l’idée que les Martiens s’intègrent dans les classes dirigeantes de la Terre. Peter-R. Koenig note que Bowie lisait Gurdjieff dans les années soixante-dix – était-ce une inspiration précoce pour les « Spiders from Mars »? Des idées similaires se retrouvent dans Lost Continent de Crowley. Mais Crowley avait aussi des raisons philosophiques à cela : l’évolution de l’humanité était celle d’incarnations progressives sur des plans supérieurs, de Mars à la Terre en passant par Vénus et Mercure, avant de finalement s’unir au soleil. Ainsi, « l’invasion » martienne est aussi une incarnation – la prochaine phase du développement humain.
Ziggy Stardust est à nouveau identifié comme une figure prototypique d’Osiris, et plus précisément Dionysos (la forme grecque d’Osiris). Il est à noter que Bowie n’est jamais au-dessus de l’auto-parodie :

Les hommes des étoiles dont il parle sont appelés les infinis, et ce sont des sauteurs de trous noirs.... Ils sont juste tombés par hasard dans notre univers en sautant des trous noirs. Toute leur vie ils voyagent d’univers en univers... Maintenant, Ziggy commence à croire en tout cela lui-même et se considère comme un prophète des futures starmen. Il s’élève à des sommets spirituels incroyables et est maintenu en vie par ses disciples. Lorsque les infinis arrivent, ils prennent des morceaux de Ziggy pour les rendre réels parce que dans leur état d’origine, ils sont de l’antimatière et ne peuvent pas exister dans notre monde. Et ils le déchirent sur scène pendant la chanson 'Rock 'N' Roll Suicide'. Dès que Ziggy meurt sur scène, les infinis prennent ses éléments et se rendent visibles. (David Bowie, Rolling Stone, 1974)

Comme le révèle la chanson « Ziggy Stardust », Ziggy n’était pas une araignée, il était la mouche. Ziggy est déchiré par les Infinis, qui émergent du côté sombre et anti-matière de l’Arbre (le Qliphoth). Dionysos est déchiré par les Titans, et de leurs cendres naît la race humaine, qui est à la fois divine (dionysiaque) et démoniaque (Titanic). Comme l’observe Mark Dery, Ziggy est fait d'« étoiles » des cieux et de « poussière » de la terre. Dans la Qabalah et plus particulièrement dans le système du Golden Dawn / de l’Aube Dorée, dont Bowie était évidemment « plus proche » en 1971, on dit que la chute d’Adam est survenue lorsque quelque chose de sombre et de malveillant a été libéré du Royaume des Coquillages (le Qliphoth, encore une fois), exactement comme cela arrive à Ziggy.
Après cette chute dans la matière, Adam est passé sous la domination des sphères astrales – « la demeure des mauvais esprits, les coquillages, les enveloppes et les cortex de la Kabalah » (A. E. Waite). C’est cette obscurité de l’inconscient qui a englouti la lumière de l’esprit (le cœur mystique d’Osiris/Dionysos), et d’où jaillit toute impulsion maléfique. Cette « ombre » est en partie créée par les influences astrales malveillantes de la sphère de Yesod – le lieu « où les rêves sont tissés ». Comme le plan astral est aussi la sphère de la lune (le royaume sublunaire), on peut vraiment dire de notre spaceboy,
If I fall, moon dust will cover me.

Si je tombe, la poussière de lune me couvrira.





LE ROYAUME SACRÉ DE HIMMLER





Les eaux du subconscient traversent toute l’œuvre de Bowie. Le Duke drague l’océan, perdu dans son cercle ; le coked-up Aladdin Sane regarde la mer ; le Pierrot de « Ashes to Ashes » s’enfonce sous les vagues. « Sailor can't dance like you / Sailor (Matelot) ne peut pas danser comme toi. »
I'm living in a silent film
Portraying Himmler's sacred realm
Of dream reality
("Quicksand")

Je vis dans un film muet 
Représentation du royaume sacré de Himmler 
De la réalité des rêves 


C’est probablement une autre référence au royaume de Wagner où « le temps devient espace ». Et Bowie affirme qu’il a littéralement ouvert des portes et marché dans d’autres mondes au cours des années soixante-dix, donc nous ne pouvons pas nécessairement prendre cela comme un embellissement lyrique.
J’ai dessiné des passerelles dans différentes dimensions, et je suis tout à fait sûr que, pour ma part, j’ai vraiment marché dans d’autres mondes. J’ai dessiné des choses sur les murs et je les ai traversés et j’ai vu ce qu’il y avait de l’autre côté! (New Musical Express, 1997)

Himmler, pour sa part, n’a jamais trouvé le Graal – parce que, comme tout le monde devrait le savoir maintenant, la Vérité ne se trouve pas dans le monde extérieur.
Himmler est venu à Montserrat inspiré par l’opéra Parsifal de Richard Wagner, qui mentionne que le Saint Graal pourrait être conservé dans « le merveilleux château de Montsalvat dans les Pyrénées ». (The Independent)

C’était aussi la mission du Christ de proclamer que le « Royaume est à l’intérieur », mais au lieu de cela, ils ont ignoré sa Gnose salvifique et ont adoré l’image de Dieu. Le soleil des nazis n’était pas celui de la justice et de la guérison, mais le soleil noir de la loi et de la colère.


Le château de Wewelsburg de Himmler.

Et c’est tout le thème de Outside la guerre entre le cœur sombre et totalitaire – le Soleil Noir – qui existe en nous-mêmes et le Soleil d’Or qui est le Vrai Soi. Il faut traverser l’enfer pour atteindre le paradis, et Bowie le sait. Seulement, il ne peut jamais tout à fait y arriver.
Pourtant, il y a aussi deux histoires distinctes cachées dans Outside. Lorsqu’elle est abordée chronologiquement, c’est l’histoire de la chute et de la rédemption de l’âme. Lorsqu’il est tiré de « I’m Deranged », il raconte comment Bowie lui-même a abandonné son Ange - son génie artistique - et ses tentatives pour le reconquérir. Le Disco King, comme son prototype mythique Arthur, est devenu faible et inefficace dans ses années de déclin.

I'm no longer your golden boy…
We had such wishful beginnings
But we lived unbearable lives

Je ne suis plus ton golden boy... 
Nous avons eu des débuts si désireux 
Mais nous avons vécu des vies insupportables 


Le Golden Boy est, bien sûr, Hermès/Mercure, le dieu patron de l’alchimie.
La leçon à tirer de l’art brut était que l’artiste devait être primitif. La technique ou la virtuosité n’avaient pas d’importance; ce qui n’était pas formé et criait à l’intérieur de vous, attendant d’être libéré, était la véritable essence de la créativité. (David Bowie, 1995)

C’est vraiment une sorte d’enthéasme dionysiaque que Bowie recherche. Et malgré son obsession nietzschéenne, il a toujours été « la glace déguisée en feu » ; l’homme/machine d’étain à la recherche d’un cœur.



RAMONA A. STONE





Dans le Journal de Nathan Adler, Ramona est appelée la Prêtresse, ce qui nous amène à la carte de Tarot de la Grande Prêtresse. Selon le système de A. E. Waite, cette carte est identifiée à Binah dans Qabalah, les eaux. Bien qu’elle fasse partie de la triade céleste, elle est aussi la noirceur elle-même, et associée à Saturne. Saturne est aussi la « Pierre Noire » en alchimie. Et plus important encore, Cybèle, la Grande Mère des Mystères Gréco-Romains, était vénérée comme une Pierre Noire.
Dans une visualisation anthropomorphique, il peut être alternativement lié à « l’œil gauche », « l’hémisphère gauche » du « cerveau » ou du « cœur ». (Wikipedia)

Ramona (Mère de Ra ?) est la Grande Prêtresse qui garde l’adytum intérieur, la déesse noire dont le voile n’a jamais été levé. Le Journal rapporte qu’au sommet de son Temple du Suicide, l’Arbre de Vie, se trouve la porte d’entrée pour abandonner le Saint-Esprit, c’est-à-dire faire l’expérience de la Mort de l’Ego. « Une personne qui perd un nom / Ressent de l’anxiété descendante. » C’est trop pour lui de supporter.
There's always a diamond friendly
Sitting in the laugh hotel
It's the heart's filthy lesson
With her hundred miles to hell

Il y a toujours un diamant amical 
Assis dans l’hôtel du rire 
C’est la sale leçon du cœur 
Avec ses cent milles aux enfers


Est-ce que ces paroles commencent à avoir un sens, maintenant ? Les diamants sont les meilleurs amis d’une fille, et le rire est le langage de l’âme. Il dit que Ramona existe dans son âme, dans son cœur, ce qui est sale. Quand il regarde à l’intérieur, il ne trouve qu’un « fantastic daath abyss / abîme fatal fantastique ». Il crie pour que Paddy – c’est-à-dire Dieu, le père – le porte, parce qu’il a perdu son chemin. Il a déjà cinquante ans de plus, déjà dans sa tombe, et il ne s’est toujours pas retrouvé.
Honnêtement, je ne sais pas où est le vrai David Jones. C’est comme jouer au jeu de la coquille. Sauf que j’ai tellement de coquilles que j’ai oublié à quoi ressemble le pois. Je ne le saurais pas si je le trouvais. Être célèbre aide à repousser les problèmes de me découvrir. C’est ce que je veux dire. (David Bowie, Playboy, 1976)

Je suppose que nous devrions tous verser une seule larme pour le sort spirituel d’une rock star millionnaire. Néanmoins, la vanité incessante de Bowie semble avoir été une source constante de conflit, car elle va à l’encontre de tout, il aurait appris à renoncer aux illusions mondaines :
Living in the shadow of vanity
A complex fashion for a simple man...

Vivre dans l’ombre de la vanité 
Une mode complexe pour un homme simple... 


Chaque fois que Bowie sacrifie rituellement un aspect de son ego, il y a toujours une autre ombre qui s’élève de l’inconscient pour prendre sa place.
Il y avait une théorie selon laquelle on crée un doppelgänger et ensuite on l’imprègne de tous ses défauts, de ses culpabilités et de ses peurs, puis on finit par le détruire, en espérant détruire toute sa culpabilité, sa peur et sa paranoïa. Et j’ai souvent l’impression de le faire involontairement, en créant un ego alternatif qui prendrait tout ce dont je n’étais pas sûr. (David Bowie, Arena, 1993)

Lutter contre le Moi de l’Ombre est probablement le thème le plus récurrent de son travail – « The Man Who Sold the World », « Shadow Man », « Beauty and the Beast », etc. Pourtant, Jung croyait que « malgré sa fonction de réservoir pour les ténèbres humaines – ou peut-être à cause de cela – l’ombre est le siège de la créativité ». Dans « The Width of a Circle », il chante : « I looked and frowned and the monster was me. / J’ai regardé et froncé les sourcils, et le monstre, c’était moi. »
Je me voyais devenir quelque chose d’méconnaissable, un monstre. Et si vous êtes imaginatif, cela frappe très fort et laisse beaucoup d’impressions très précises, des images indélébiles, des petits coins énigmatiques, des coins et recoins avec des ombres qui vous hanteront toute votre vie.... J’étais menacée par mes propres personnages, je les sentais entrer sur moi et me sourire [son visage rougit maniaquement], en disant : « Nous allons vous prendre complètement en charge ! » Je me suis dit : « C’est ça. Terry, je suis sur le point de te rejoindre. » (Crawdaddy, February 1978)

Donc, à moins que sa vie n’ait été une longue œuvre d’art de performance, il est assez évident qu’il se perd toujours dans l’abîme. Il essaie toujours de s’aligner sur la Vraie Volonté, mais n’y arrive jamais tout à fait. Dans Heathen de 2002, le sentiment demeure :
Open up your heart to me
Show me all you are
And I would be your slave


I don't sit around and wait
I don't give a damn
I don't see the point at all
No footprints in the sand

Ouvre-moi ton cœur 
Montrez-moi tout ce que vous êtes 
Et je serais ton esclave 

Je ne m’assois pas et n’attends pas 
Je m’en fous
Je ne vois pas du tout l’intérêt 
Pas d’empreintes dans le sable 


Au lieu de trouver la catharsis, le Disco King Osiris erre encore dans la bande originale d’Underworld. Il tourne de la planète X à la planète Aleph, mais ne trouve pas de repos. Le prophète des futurs starmen doit se faire enlever la tête – « apportez-moi la tête du Disco King ». Il n’y a « nothing left to release / plus rien à libérer » à la fin, et le « Dead Man Walking ne peut pas aller plus loin.



WE'LL BUILD A GLASS ASYLUM / NOUS ALLONS CONSTRUIRE UN ASILE DE VERRE


Dans « Le Voyeur de la Destruction Totale (comme Beauté) », nous se retrouvons une fois de plus dans la « lune aqueuse » de l’inconscient face à nos propres démons personnels - « la vermine brutale de la mère ». La « beauté » est, bien sûr, Tiphareth (« regarder le soleil »), et la destruction est celle des illusions matérielles.


Mais pour l’instant, tournons-nous vers la tristement célèbre araignée de verre...
Les gens étaient encore curieux de connaître ces araignées de verre. « Ce sont des figures jungiennes (Jung était un vieux psychologue allemand, comme Freud), des figures maternelles. Pourquoi est-ce que je continue à écrire sur les araignées ? Je dunno. Il s’agit de réaliser que vous ne pouvez plus compter sur vos parents. » Humph. (No.1 Magazine, April 1987)

Dans le symbolisme jungien, la mère est en effet un archétype très complexe :
« Mère » est un archétype et se réfère au lieu d’origine, à la nature, à la matérialité, à l’utérus, aux fonctions végétatives. Cela signifie aussi l’inconscience, notre vie naturelle et instinctive, le domaine physiologique, le corps dans lequel nous habitons ou sommes contenus ; car la mère est aussi la matrice, la forme creuse, le récipient qui porte et nourrit, et elle représente donc psychologiquement les fondements de la conscience... (Carl Jung, The Collected Works: The Practice of Psychotherapy, 1953)

Ainsi, nous devrions jeter un autre coup d’œil à la chanson « Glass Spider » :
Up until one century ago there lived,
In the Zi Duang province of eastern country
A glass-like spider
Having devoured its prey it would drape the skeletons over its web
In weeks creating a macabre
Shrine of remains
("Glass Spider")

Jusqu’à il y a un siècle, il y vivait, 
Dans la province de Zi Duang d’un pays de l’est 
Une araignée en forme de verre 
Après avoir dévoré sa proie, il draperait les squelettes sur sa toile 
En quelques semaines, créent un macabre 
Sanctuaire des restes (« Glass Spider »)


Maintenant, comparez cela à la description de la victime dans le Journal :
Les zones de l’estomac ont été soigneusement ouvertes et les intestins enlevés, démêlés et renoués pour ainsi dire, dans un petit filet ou une toile et suspendus entre les piliers du lieu du meurtre, la grande porte humide du Oxford Town Museum of Modern Parts, New Jersey.

Notez que les deux piliers mentionnés ici sont Jachin et Boaz, représentés sur la carte de Tarot de la Grande Prêtresse.
Its web was also unique in that it had many layers
Like floors in a building


At the top of this palace-like place, assembled with almost apparent
Care, were tiny, shining objects, glass, beads, dew-drops
One could almost call it an altar
("Glass Spider")

Sa toile était également unique en ce sens qu’elle comportait 
de nombreuses couches. Comme des étages dans un immeuble 


Ce qui reflète la description du temple du suicide de Ramona :
The top floor rooms were the gateways to giving up to the holy ghost.

Les pièces du dernier étage étaient les portes d’entrée pour abandonner au Saint-Esprit. 


Quelle est cette image qui ne cesse de hanter l’œuvre de Bowie ? L’araignée tisse la toile d’illusion originale. Dans l’Égypte ancienne, c’était Neith, qui « a tissé tout le monde et l’existence en étant sur son métier à tisser ». Et c’est à l’origine à elle qu’on lui a attribué la phrase
I am the things that are, that will be, and that have been. No one has ever laid open the garment by which I am concealed. The fruit which I brought forth was the sun.

Je suis les choses qui sont, qui seront, et qui ont été. 
Personne n’a jamais ouvert le vêtement par lequel je suis 
caché. Le fruit que j’ai fait jaillir était le soleil.


Il commence également à devenir compréhensible pourquoi « Scary Monsters (and Super Creeps) » a été joué sur le “Outside Tour” :
She had an horror of rooms she was tired you can't hide beat
When I looked in her eyes they were blue but nobody home

Elle avait une horreur des chambres elle était fatiguée vous ne pouvez pas cacher battu 
Quand je l’ai regardée dans les yeux ils étaient bleus mais personne à la maison 


« L’araignée de verre / The Glass Spider avait les yeux bleus » – Binah est bleue. Une fois que l’on commence la quête, il est presque impossible de faire demi-tour.
She could've been a killer if she didn't walk the way she do, and she do
She opened strange doors that we'd never close again

Elle aurait pu être une tueuse si elle n’avait pas marché comme elle le fait,
  et elle le fait 
Elle a ouvert des portes étranges que nous ne refermerions plus jamais





VISIONS OF SWASTIKAS IN MY HEAD / VISIONS DE CROIX GAMMÉES EN MA TÊTE


Hitler, aspirant à devenir artiste/architecte, n’a-t-il pas postulé à une école d’art et a-t-il été rejeté ? Peut-il alors être considéré comme le plus grand artiste extérieur qui ait jamais été, un gars qui a mis en scène le plus grand théâtre de destruction jamais vu, tout cela à cause de son besoin brûlant de s’exprimer? N’était-il pas un peu dérangé et hors de contrôle? N’était-il pas impliqué dans l’occultisme (Angel Man, en effet) ? (bewlaysib, TeenageWildlife.com. defunct)

Dans le Journal, Ramona affiche des tendances résolument fascistes :
Des affiches anti-métis, race-mixe collées sur leur alter d’icônes pop-death fêtent les gens. Un zéro sans nom semble terne pour Mme Stone, le drone qui dit: « À l’avenir, tout dépendait de lui-même ». Oui, je me souviens de Ramona. Elle s’est érigée en prêtresse sans avenir du Temple du Suicide caucasien...

Notez également comment Ramona « déteste les Anglais aux couleurs drôles », la plaçant carrément dans la catégorie Front National. Et dit Crowley,
Le frère-noir sur le point de devenir se restreint constamment ; il se satisfait d’un idéal très limité ; il a peur de perdre son individualité – rappelant des fadaises, balivernes « nordiques » sur la « pollution raciale ».

En bref, Ramona représente tout ce que Bowie déteste chez lui-même – elle est le Thin White Duke ressuscité, le tyran aryen sans émotion avec une foule d’acolytes adorateurs qui s’accrochent à chaque mot. L’idée que « Hitler était la première rock star » le hante toujours. La Machine du Sauveur / The Saviour Machine « raconte des mensonges / Telling Lies », tout en suppliant : « S’il vous plaît, ne croyez pas en moi / please don't believe in me ». Et voici aussi la condamnation la plus sévère du christianisme exotérique par Bowie :
Aucune condamnation de saints assertifs croyait Caucasien issue tyrannique n’évoquait aucune image décrite Saints chrétiens questionnes aucune machine chrétienne féminine croyait qu’aucune œuvre n’était Caucasienne saints assertifs croyait femme décrit questions chrétien tyranniques R.A. Stone convictions

Dans « Station to Station », la ligne « le canon européen (ou 'canon') est ici » fait référence à l’Éon d’Osiris, caractérisé par la religion chrétienne – et au Thin White Duke lui-même. (Le jeu de mots de « canon » / « cannon » compare efficacement le christianisme au fascisme.) Ainsi, les « stations » sont aussi les Stations de la Croix, à travers lesquelles ses fans fous conduisent comme des démons. Le Duke est Ziggy embaumé et intronisé, l’image exotérique de l’homme mort sur la croix qui n’est que l’enveloppe de la doctrine. L’erreur profane le signifier pour le signifié. « Plus d’idoles que de réalités », disait Bowie en 1980, citant Twilight of the Idols de Nietzsche.
Les gens ne sont pas très brillants, vous savez. Ils disent qu’ils veulent la liberté, mais quand ils en ont l’occasion, ils passent à côté de Nietzsche et choisissent Hitler, parce qu’il marchait dans une pièce et que la musique et les lumières s’allumaient à des moments stratégiques. (David Bowie, 1976)

C’est Platon qui a également écrit dans sa République que la multitude, qui choisit rarement bien, tombera inévitablement sous l’emprise d’un despote tyrannique. Ou Bowie se considère-t-il comme un roi philosophe qui doit prendre l’apparence d’un tyran pour délivrer sa Gnose salvifique ? C’est, après tout, « juste Pierrot ». Et quand il chante que « ça doit être de l’amour / it must be love », cela se détache comme un véritable appel à son public pour un lien émotionnel.
Sur le Thin White Duke, en 1993, Bowie a fait remarquer :
La croix gammée. Ils ont pris un symbole bouddhiste, le symbole oriental du soleil, et l’ont retourné pour qu’il devienne un symbole de l’obscurité. Cela m’a intrigué à propos des nazis. Qui était le mage ? Qui était le magicien noir ?

Donc, dans l'esprit de Bowie, accro à la coke, il voulait savoir qui étaient les magiciens noirs. Il avait probablement vu les références de Crowley aux « Black Brothers » et s’est tourné vers ce chapitre de Magick Without Tears.. Là, il aurait vu Crowley se référer à Hitler comme étant l’incarnation du « Frère Noir » – les mentions de la « svastika » et du « twaddle, fadaises « nordique » sur la « pollution raciale » auraient confirmé ses théories. Ensuite, il verrait la phrase sur le fait de s’être « enfermés dans des forteresses », cagoulés et « campés sur la mer », et une image commencerait à se former dans son esprit.
[The Thin White Duke] était le plus effrayant du lot... C’était un ogre pour moi. J’ai découvert que j’avais ramené en Angleterre avec moi un personnage qui était la quintessence de tout ce qui semblait arriver à l’Angleterre. J’ai vu le Front National et c’était évident pour moi : il y avait un parti nazi en Angleterre. Si oui ou non c’était une bonne chose que j’ai faite, je ne sais pas. Je crois que c’était bien - la meilleure façon de combattre une force maléfique est de la caricaturer. was the most scary of the lot ... He was an ogre for me.... I found that I'd taken back to England with me a character who was the epitome of everything that it looked like could be happening to England. I saw the National Front and it was obvious to me: There was a Nazi Party in England. Whether or not it was a good thing that I did, I don't know. I believe it was good- the best way to fight an evil force is to caricature it. (David Bowie, Crawdaddy, février 1978)



Comme Bowie l’a admis, les éléments nazis du personnage de Duke sont entièrement intentionnels. Bowie montrait à quel point un public tomberait facilement sous le charme d’une figure hitlérienne. La genèse de l’idée vient en fait de « Somebody Up There Likes Me » :
Ce rire est réapparu. L’une des chansons les plus intéressantes du nouvel album est « Somebody Up There Likes Me », un avertissement sur le danger de l’adoration des héros.

« Il y a plusieurs choses sur cet album qui mènent à d’autres choses que j’ai faites », a-t-il déclaré. « Vraiment, je suis une personne très mono-piste. Ce que je dis depuis des années sous diverses formes, c’est que « Attention, l’Occident va avoir un Hitler ! » Je l’ai dit de mille façons différentes. Cette chanson est encore une autre façon. (Melody Maker, septembre 14 1974)

Il y a aussi une continuité entre cela et Ziggy Stardust qui n’est pas toujours reconnue—
Edmonds : Quand vous avez commencé à faire le personnage de Ziggy Stardust, avant qu’il n’en arrive au point où vous ...

Bowie : ... Devenu un petit Hitler ...
Edmonds : Oui, j’en suis venu à y croire.
Bowie : Ça a fait boule de neige tout seul. Quand j’ai écrit la chose, j’étais tellement différent de Ziggy Stardust. Je faisais encore des choses de type Laboratoire d’art et du théâtre de rue à l’époque. Je n’étais pas Ziggy Stardust. Il a commencé strictement comme un personnage de fiction. Quand j’ai commencé à m’habiller pour le rôle et à le jouer sur scène, les limites de la définition entre moi et le personnage sont devenues floues. Puis les articles ont commencé à sortir « Ceci n’est pas Rock & Roll. Ceci est Fascisme » et « Bowie un Nazi » et tout d’un coup, j’étais trop loin. (Circus Magazine, avril 1976)

Mais ce qui est vraiment étrange, c’est qu’il joue le personnage de Duke complètement droit. Dans cette même interview, il poursuit en expliquant que « Station to Station est probablement le premier album où je suis arrivé à ce que je pense vraiment » !
Il n’y a pas moyen de contourner le problème : Bowie voit son personnage de scène comme Hitler. Il est le Super Creep et ses fans sont des esclaves rampants, « praying to the light machine / priant la machine à lumière ». (Comme Angie Bowie l’a fait remarquer à Peter-R. Koenig, son narcissisme n’est contrebalancé que par son propre dégoût de soi.) Et jusqu’à « Telling Lies » en 1996, il chante : « Swear to me in times of war and stress / Jurez-moi en temps de guerre et de stress. » On peut en quelque sorte voir comment se retirer complètement de la musique a pu être le seul moyen de garder une conscience propre. « I never said I'm better, I'm better, I'm better, I'm better than you / Je n’ai jamais dit que je suis meilleur, je suis meilleur, je suis meilleur, je suis meilleur que toi. »



TRIUMPH DES WILLENS / LE TRIOMPHE DE LA VOLONTÉ


Nathan Adler peut être nommé d’après le psychologue Alfred Adler, et je soupçonne que Bowie se considère comme un dossier Adler. Adler croyait que tout le monde était motivé par la volonté nietzschéenne de puissance.
Adler... a soutenu que la personnalité humaine pouvait être expliquée téléologiquement, des parties de l’idéal de soi inconscient de l’individu travaillent à convertir les sentiments d’infériorité en supériorité (ou plutôt en complétude). Les désirs de l’idéal de soi ont été contrés par des exigences sociales et éthiques. Si les facteurs correctifs étaient ignorés et que l’individu était surcompensé, alors un complexe d’infériorité se produirait, favorisant le danger que l’individu devienne égocentrique, avide de pouvoir et agressif ou pire.

Peut-il vraiment y avoir une meilleure description ?
« J’ai souvent pensé que tu avais changé d’apparence. » Je dis : « Parce que tu n’aimais pas l’apparence que tu avais vraiment, que tu ne t’aimais pas toi-même. »

"Oh, that's an intrinsic part of it all, of course!" he declares. "The idea was, too, that in the beginning I didn't really have the nerve to sing my songs onstage and nobody else was doing them.
« Oh, c’est une partie intrinsèque de tout cela, bien sûr ! » déclare-t-il. « L’idée était aussi qu’au début je n’avais pas vraiment le culot de chanter mes chansons sur scène et que personne d’autre ne les faisait. » J’ai décidé de les faire déguisés pour ne pas avoir à subir l’humiliation de monter sur scène et d’être moi-même. Et c’est devenu obsessionnel avec moi... « J’étais , supplie-t-il, « j’étais effrayé par beaucoup de mes personnages, surtout en lisant à leur sujet. Ziggy a fait des choses horribles. Il était une combinaison de Prima Donna Archétypale et de Messiah Rock Star. Cela est passé par beaucoup de personnages - l’arrogance et la qualité de l’ultra-ego. Je leur ai laissé le soin d’assumer les qualités d’ego refoulées que j’avais en moi, que j’aurais aimé produire dans mon vrai personnage. (Crawdaddy, 1978)

Ou peut-être que le nom vient du kabbaliste juif du 18ème siècle Nathan Adler? ? Devons-nous vraiment choisir ?




BEFORE THERE WAS ROCK, YOU ONLY HAD GOD / AVANT QU’IL N’Y AIT DU ROCK, VOUS N’AVIEZ QUE DIEU





Les fans se refont à l’image de leur idole en le déchirant métaphoriquement en morceaux, comme Ziggy dans « Rock 'n' Roll Suicide » - collectionnant et fétichisant de manière obsessionnelle des photos, des vidéos, des souvenirs de concert, des observations de célébrités, des souvenirs et d’autres fragments sacrés de la divinité, à partir desquels ils assemblent de nouveaux moi recombinants. (Mark Dery, "Leper Messiah: A Jesus Freak's Search for the Meaning of Bowie")

Dans le Journal, Bowie continue de reconnaître son rôle de Rédempteur Racheté, Osiris-Dionysos, en disant que l’acte suprême d’un artiste est de se crucifier.
Stimulé par Chris Burdens qui s’est fait tirer dessus par son collaborateur dans une galerie, ligoté dans un sac, jeté sur une autoroute puis crucifié sur une Volkswagen...

Rothko lui-même, dans une nuit d’ivresse sombre, a soigneusement enlevé ses vêtements, les a pliés proprement, les plaçant sur une chaise, s’est allongé sur le sol dans une position crucifiée et, après plusieurs tentatives, a trouvé la douce pompe bleue de ses poignets et a quitté.

Joe the Lion s’est cloué à une voiture et nous a dit qui nous étions. L’artiste , le Pierrot , agit comme un miroir. Mais Bowie s’est arrêté juste avant de dire ce qui est implicite sur l’album : pour des générations de jeunes mécontents, David Bowie lui-même avait repris le rôle judéo-chrétien de Messie. Et cela, il doit se rendre compte, est le plus grand blasphème de tous. You should've never thought us heroes, and you should never honor sewers. / Vous n’auriez jamais dû nous considérer comme des héros, et vous ne devriez jamais honorer les égouts.
L’artiste n’existe pas. Il est strictement le fruit de l’imagination du public. Aucun d’entre nous n’existe. Nous sommes dans la zone du crépuscule. Nous irons tous en enfer, parce que nous nous sommes érigés en dieux. (David Bowie, 1972)

Pourtant, Bowie sait aussi que cette adoration comble un besoin. Malheureusement, « you can't stop meaningful teenage cries from deep behind fifty-year-old eyes. / vous ne pouvez pas arrêter les cris significatifs des adolescents derrière des yeux de cinquante ans ».
Ma contribution tournait autour de l’idée de l’art rituel – quelles options y avait-il ouvertes à ce genre de forme d’art quasi sacrificielle obsédée par le sang ? Et l’idée d’un néo-paganisme se développant – surtout en Amérique – avec l’avènement des nouveaux cultes du tatouage, de la scarification et des piercings et tout ça. Je pense que les gens ont vraiment besoin d’une vie spirituelle et je pense qu’il y a une grande famine spirituelle en cours. Il y a un trou qui a été libéré par un organisme religieux faisant autorité – l’éthique judéo-chrétienne ne semble pas embrasser toutes les choses que les gens doivent réellement avoir traitées de cette manière – et il a en quelque sorte été laissé à la culture populaire de s’imprégner des restes comme la violence et le sexe. (David Bowie dans Ian Penman, The Resurrection of Saint Dave, Esquire, October 1995)

De manière quelque peu révélatrice, mais avec sa langue fermement plantée dans sa joue, il a déclaré en 1997 :
Je suis un dieu du rock. Je suis une entité unique qui a cette information incroyablement importante que je dois diffuser aux hordes qui viennent me rendre hommage.

Tout ce qu’il peut espérer faire, alors, c’est d’utiliser sa position à son meilleur avantage – pour « herald loud the death of man / annoncer haut et fort la mort de l’homme ». Bowie, comme Ramona, a ses acolytes – il est devenu le Hiérophante du nouvel Aéon, Zarathoustra proclamant la doctrine du Starman à venir à tous ceux qui l’écouteront. Connaissant sa fixation nietzschéenne, est-ce une coïncidence si « Ziggy Stardust » et « Zarathoustra » (également écrit Zardust, et en grec comme Zoroaster, qui signifie à peu près « stardust / poussière d’étoile ») sont des noms similaires ?
Son autre grande inspiration est la mythologie. Il a un grand besoin de croire aux légendes du passé, en particulier celles de l’Atlantide; et pour le même besoin, il a construit un mythe de l’avenir, une croyance en une race imminente de surhommes appelés homo superior. C’est son seul aperçu d’espoir, dit-il – « toutes les choses que nous ne pouvons pas faire, ils le feront ». (Melody Maker, janvier 22, 1972)



Joseph porte l’Enfant Christ. Les païens doivent créer Dieu.

C’est la promesse, la prémisse de la mode pop et adolescente : du jour au lendemain, vous pouvez être transformé en quelque chose de surhumain. Pas très joli, mais, à ce jour, nécessaire. Bowie est l’agent de cette transformation rendue manifeste et pérenne : « Chaque homme et chaque femme est une étoile / Every man and woman is a star. » (Jon Savage, The Face, novembre 1980)





Toutes les images de cartes de tarot Crowley sont liées à partir d’autres serveurs.


© Steele Savage, August 2010

Contact: Email

Traduction française par Fr. A.T.A, 11, Mai 2022.




Fraternitas Saturni
Le contexte de cet essai est un recherche historique détaillée par P.R. Koenig sur la Psycho–Sociologie d’une société secret moderne appelé Ordo Templi Orientis (O.T.O.) : The O.T.O. Phenomenon.







Traductions françaises

Le Phénomène Ordo Templi Orientis. Exposé en français.







Rechercher sur le site Web de Parareligion





Lire aussi Peter-Robert Koenig : "The Laughing Gnostic" — David Bowie and the Occult.





Cliquer ici pour retourner à la web-page passée ou usez la barre de navigation Java:

Memphis Misraim Carl Kellner Spermo-Gnostics The Early Years O.T.O. Rituals Ecclesia Gnostica Catholica Fraternitas Rosicruciana Antiqua Fraternitas Saturni Typhonian O.T.O. 'Caliphate' Pictures RealAudio and MP3 David Bowie Self Portrait Books on O.T.O. Deutsche Beiträge Charles Manson Illuminati