PHÉNOMÈNE ORDO TEMPLI ORIENTIS - GNOSTICISME CORRECT

PHÉNOMÈNE ORDO TEMPLI ORIENTIS

LE GNOSTICISME CORRECT

Peter-Robert Koenig

Ce qu’est exactement le Dada,
même les Dadaïstes ne le savent pas.
Seul le chef–Dada sait.
Et il ne dit pas.
Johannes Baader


Holy Logos, Ordo Templi Orientis, Theodor Reuss, Arnoldo Krumm-Heller, Pistis Sophia, Eglise Gnostic Catholic, G. Herman (Max Ferdinand Sebaldt, alias Maximilian Ferdinand), Ernst Christian Heinrich Peithmann alias Basilide, Ernst Tristan Kurtzahn alias Daiytanus alias E. Tristan K., Chevalier de Clément de Saint–Marcq, Pansophie, Heinrich Traenker, Samaël Aun Weor, Lectorium Rosicrucianum




Voici certains exemples de textes qui documentent les différentes orientations de la magie–sexuel/gnostique et surtout celle de Arnoldo Krumm–Heller et sa sphère d'influence. Ce chapitre est une continuation des recherches de « Spermo–Gnosis and the O.T.O. » et s'est poursuivie en « Smoke Gets in Your Aiwass ».

La consommation des sécrétions sexuelles est bordée par l’anthropophagie, l'assimilation / incorporation d’individus sélectionnés qui possèdent des pouvoirs grandioses, afin de les neutraliser ou même de s'en servir. Cette signification ethnologique est examinée dans « Tristes Tropiques » par Claude Lévi–Strauss. [1] Pour les gnostiques, il est important de détacher l'homme de ses liens étroits avec l'univers physique et de restituer l'esprit pur à son potentiel divin. [2]

Une caractéristique commune de tous les Spermo–Gnostiques, qui sont introduits ici, est un rejet de la sexualité et sa réduction au physique masculin. L’orgasme pour des raisons de luxure pures est évité, que ce soit que l'éjaculation soit omise ou l'obstination pendant l'orgasme de cette déviation et concentrée sur des désirs peut–être extrêmement mondains. [3] Le Sperme reste le point de focalisation. Dans l'exaltation enthousiaste de la supériorité génétique et gnostique de la masculinité, cependant, la féminité végète dans le bizarre no man's land de la nécessité androgyne et d'un superflu déjà presque répréhensible. Le logo féminin reste silencieux.
Peter Sloterdijk appelle les découvertes gnostiques de Nag Hammadi « Des documents secrets de l’Esprit du Monde ». [4]

Pour les membres des sociétés secrètes du Nouvel–Âge, cependant, le Gnosticisme s’est exposé, à mon avis, comme l’extase dans le salon bourgeois. La forme organisée de la gnose ne produit que de l'illumination banalisée et mise en scène. La primauté de l'âme cède la place au sens des affaires, où la gnose devient une église ou une association officiellement enregistrée. La révolution du désir sexuel est prudemment réglementée par le statut d'association. La distinction de Sloterdijk entre Gnose libertin et Gnose ascète est révélante :

« Le style amoral conduit à une ascèse homéopathique : cela affaiblit le mal, alors que pensivement, presque ironiquement, comme le fait un relais : le Gnostique embrasse le péché et vit dans son propre corps une décomposition critique, finalement grimper hors de la gouttière, brûlé. — Le monde est un purgatoire pornographique à partir duquel filtrent les pneuma impeccables. Le style abstinent, en revanche, utilise des remèdes allopathiques contre la maladie du monde : contre le poison cosmique il administre une évasion immédiate du monde comme un anti dose. Désobéissance civile à l'abdomen, grève générale contre l'usine astrale, bains de larmes, jeûne du cœur. » [5]




« Il est venu à notre attention, que certaines (personnes) sur cette terre, qui prennent le sperme mâle et le sang menstruel femelle, le met dans un plat de lentilles et le mange. » [6]

Carl Schmidt, Pistis Sophia, Bücher Jeû, Barbelo, Koptisch–Gnostische Schriften, 1. Band, Leipzig 1905, Il est venu à notre attention, que certaines (personnes) sur cette terre, qui prennent le sperme mâle et le sang menstruel femelle, le met dans un plat de lentilles et le mange.



Alors que le gnosticisme de Reuss serait associé à un manichéisme plutôt libertiniste [7] et aux ophites, [8] mêlés au tantrisme, [9] Krumm–Heller se réfère aux soi–disant gnostiques de Barbelos.
Dans un des Rituels–Eucharistiques de Krumm, Jésus identifie Barbelos comme sa mère, [10] et dans son livre sur « La Iglesia Gnostica » Krumm explique que dans « nuestra Iglesia » le livre « Pistis Sophia » est le « Libro Sagrado / Livre Sacre ». [11]




Pistis Sophia — Papus — Encausse — Mysteria — Ecclesia Gnostica Catholica "Mysteria" 2;5, Paris May 1913




Pistis Sophia


Une première édition de l’œuvre copte du IVe siècle, « Pistis Sophia » fut imprimée en 1851 à Berlin. Le livre contient des discussions complexes et prolongées entre le ressuscité Jésus et ses disciples masculins et féminines sur la chute et la rédemption de la mère céleste de la semence de la lumière, la Pistis Sophia, et des révélations de Jésus. En 1905, Carl Schmidt a publié une version du livre « Pistis Sophia » (avec « Les Livres de Jeû », concernant les Cieux Gnostiques et originaires de la même période de temps.) Aujourd'hui encore, cette version définit la norme et reste considérée comme l'édition le plus valide. Il est très probable que Krumm–Heller étaient davantage familiarisé avec l'édition de Schmidt [12] qui est certainement lue dans les cercles occultes.

Dans le livre « Pistis Sophia », la chute et le salut d'un être féminin, la Barbelos, est exemplaire pour les humains. La Barbelos représente l'aspect féminin du père, une sorte de Déité Mère gnostique, une avec la (fille) Pistis Sophia et en même temps androgyne, ce qui pour la plupart des Gnostiques est une expression de perfection. La Barbelos est identifiée avec Marie, avec le porteur de la vérité, avec la matière. Par son désir incontrôlé [13] elle provoque sa chute catastrophique et la rupture du cosmos et ne peut que retourner au plérome [14] avec l'assistance masculine de Jésus.

Cependant, le système Barbélotique n'est pas uniforme, « Pistis Sophia » et « Les Livres de Jeû » accordent le « lieux de la Barbelos » [15] à différentes Sphères / Archontes [16] qui peut être interprétées d'une part comme ascète et sur l'autre comme libertin selon le doigté de divers poussières plus subtile dans les textes. Ce dernier a été fait par le père de l'église et l'évêque de Salamine à Chypre, Épiphane (mort. 403), dans son œuvre « Panarion haereses ». Même si n'importe quel libertinage explicit est rejeté dans le « Pistis Sophia », nous trouvons dans les rapports de la littérature au sujet de Barbélites qui sont accusés de « rites obscènes ». [17] Selon les Phibionites et les Stratiotiques, qui sont comptés parmi les Barbelites, la semence de la lumière divine / Graine–de–lumière souhaitable est inhérent dans le sperme et le sang menstruel [18] — cela a certainement trouvé son expression magique dans le concept de Thelema d’Aleister Crowley. [19] Cependant, le « Pistis Sophia » acceptée par Krumm–Heller (et le 2ème Livre de Jeû) se retourne clairement contre de tels rites. [20] « Ces sorte de gens vont être [...] détruit et dissout, » [Jeû :] « Mais leur Dieu est mauvais ».

Bien que, pour les deux « la redencion reside exclusivamente en el acto sexual / la rédemption réside exclusivement dans l’acte sexuel », [21] les divergences profondes entre les concepts de la rédemption de Crowley et Krumm–Heller sont évidentes, ce qui explique pourquoi les deux s'ignorent, respectivement. Krumm–Heller n’a jamais mentionné l'O.T.O. [22]
La question demeure cependant, pourquoi Krumm–Heller n’a jamais effacé les références thélémiques dans les rituels d'Initiation et de la Messe de la Fraternitas Rosicruciana Antiqua. Se pourrait–il que Krumm–Heller ne soit pas complètement opposée à la notion de « Thelema » (exempt de Crowley), qui dans une autre écriture barbéliognostique rejoint le Nous et le Logos comme des éons masculins à Jésus (alors que la Barbelos est accompagné d'éons féminins) ? [23]
Krumm–Heller semble être un des rares Néo–Gnostiques qui se sent surtout à la proximité de la Pistis Sophia, de la Barbelos. [24] Sa Gnose reste Chrétienne et ascétique — ses Messes ne contiennent aucun passages–spermes de Reuss–Crowley, [25] aucune invocation de Kyrios Phallos ni mystique–tantrique représentations rituelles de la Gestation / procréation de l'Univers. [26] Parce que les Néo–Gnostiques français, même s’ils font profession de Valentinism qui est misogyne, [27] consacrent des femmes comme prêtres et évêques, Krumm–Heller ne peut pas se faire des amis avec eux du tout.
Ces mêmes motifs peuvent bien avoir influencé Reuss pour créer sa propre Église Catholique–Gnostique, au moins sur le papier.

Baphomet est, selon Krumm–Heller, un aspect d'Abrasax et donc « Force, Vigeur Christonique » et « le Sauveur du Monde ». Thelema est « la volonté active dans la Lumière ». [28]



« Looking for God in exciting new ways » / « À la recherche de Dieu d’une nouvelle manière passionnante » [29]


La première traduction française de la «Pistis Sophia» apparaît dans l'année de naissance des Église Gnostique Catholique (Valentiniennes) en 1895. [30] Les protagonistes inspirés par les théosophes et les spiritualistes de ces églises représentent un conglomérat gnostique en constante évolution de tous les enseignements disponibles. Qui sont apprivoisés par un système d'église strictement hiérarchique. [31] Pour créer l'ordre et une vue d'ensemble, Louis–Sophrone Fugairon/Sophronius [32] compose un « Catéchisme de l'Eglise Gnostique » (à Paris le 25/03/1899) fort de 400 pages. [33] À la suite de la préface, dans un « Avertissement », Fugairon vient de parler de la « Pistis Sophia ». Cependant le système complexe est accordé guère car beaucoup d'espace comme Simon le mage et les Valentiniens, même si les tableaux magiques de deux « Livres de Jeû » (qui sont ajoutés au texte de la « Pistis Sophia » = Codex Brucianus) bénéficient d'une attention particulière. [34]


Dans « Die Gnosis », un ouvrage en deux volumes par Eugen Heinrich Schmitt, recommandé par Reuss, nous trouvons la critique suivante de Fabre des Essarts :
« Avec ‘ Sophronius ‘, cependant, qui a publié comme Gnostique évêque de Béziers un Catéchisme expliqué de l'Eglise gnostique (par Sophronius, évêque de Béziers, I–IV, Paris 1899), l'enseignement est tombé dans une tendance inquiétante catholique. La transsubstantiation du pain et du vin, c'est–à–dire le fétichisme du catholicisme adopté par Sophronius, fut sanctionnée par d'étranges figures matériellement grossières. Cette affirmation exclut toute profondeur d'intuition et réduit le tout à une idolâtrie fantasmatique. Avec des esprits beaucoup plus purs et aussi beaucoup plus profonds et appropriés que ce prétendu gnostique, les occultistes français, tels que Papus et Sédir, envahissent ce sujet. » [35]

La (le?) Barbelos reste peu mentionnée dans tous les écrits des Gnostiques français – bien que l'on veuille avoir reconnu Valentin comme l'auteur de la « Pistis Sophia ». Avec les catéchismes suivants, [36] cependant, se crée la base d'un néo–gnosticisme parfois ascétique, parfois libertiniste (dont l'ethnographie dépasserait malheureusement le cadre de cette étude). [37]
En 1906 apparaît en Belgique, « L'Eucharistie » interprété libertinistiquement par/de Clément de Saint–Marcq, dans lequel Theodor Reuss voit le Secret de l’O.T.O. publié : [38] l'Union de l'homme et Dieu par Assimilation (c'est–à–dire la consommation du sperme), comme enseigné par Jésus–Christ. [39] La consommation de sperme à des fins magiques est comme un enseignement de VIII° dans l’ O.T.O. La signification du sperme comme porteur de logos peut être trouvée dans le IX ° – ici, entre autres, encore des sécrétions vaginales mélangées. Ce n'est que par Crowley que le IX ° mute dans un degré purement magique dans lequel les sécrétions sexuelles pour convoquer les esprits auxiliaires et les démons aux talismans sont lubrifiées.
Tous les magiciens sexuels et les gnostiques de sperme (qu'ils soient ascétiques ou libertinistes) ont en commun de voir le sperme comme le centre du destin divin humain. En tant qu'homéopathe, Krumm–Heller aurait seulement besoin d'appliquer les pensées magiques suivantes : En homéopathie, la tête, le cerveau, est le centre et l'image de l'ordre divin d'où tout procède. Dans le cas des mages sexuels, le sperme (tozoon) est l'image du soleil / de l'univers. « Le glan du pénis, bien sûr, correspond à la forme du cerveau humain ». [40] Cependant, la consommation de sperme n'est pas homéopathique (voir ci–dessous la discussion dans l'exemple de texte de Clément de Saint–Marcq).

Theodor Reuss et Aleister Crowley ont adopté une culture gnostique bien fertilisée de manière libertiniste, [41] bien que ni l'un ni l'autre ne détaille leurs sources. [42] Il est même remarquable que Reuss ignore complètement la littérature diverse des gnostiques occultes français, bien qu'il soit au moins depuis 1901 en contact avec Papus. [43]
Similaire la déclaration plus tard de E.C.H. Peithmann concernant la question qui est un vrai gnostique : « Celui qui n’a besoin d'élaborer des conclusions logiques, ni des recherches historiques, ni même considérations morales ». [44] [Plus sur Peithmann ci–dessous.]
Bien sûr toute publication académique Gnostique doit être une épine dans le côté des Néo–gnostiques, puisqu’ alors y sont réévalué en détail de la pratique Spermo–Gnostique, lequel n’est pas vraiment encourageant pour le recrutement. Peithmann s'élève au–dessus des brumes des publications académiques Gnostiques : « Pour le chercheur, aucun de ces scripts qui sont disponibles dans les librairies viennent en considération. » [45]



Theodor Reuss : lectures obligatoires pour les Membres de son O.T.O. [46]


Un peu paralysé, Reuss indique entre autres C.W. King « The Gnostics and their remains » (Londres, 1864, 1887, Reprint San Diego 1982) comme matériel de lecture recommandé, aussi recommandé dans le « Secret Doctrine » de H.P. Blavatzky. Ici le Gnosticisme est lié à l'Hindouisme, le Bouddhisme, la Cabala et la Magie. King (1818–1888) fut en son temps le plus grand collectionneur de gemmes Gnostiques, maintenant exposé dans le Metropolitan Museum of Art, à New York. [47] Reuss n'est pas susceptible d'avoir recommandé le livre orienté sur la magie pour ses mentions très douces de Spermo–Gnose, plutôt en raison du traitement des thèmes souhaitables des Templiers, des Rose–Croix, des Francs–Maçons, des Illuminati de Adam Weishaupt et Baphomet (ici comme Osiris ou Barbelos). Même un siècle avant Michael Paul Bertiaux (Ordo Templi Orientis Antiqua, La Couleuvre Noir) C.W. King écrit à propos de la « Machinery of the Gnosis » (p. 104).

Eugen Heinrich de Schmitt, « Die Gnosis », (Leipzig, 1903, séquelle suit en 1907) [48] se déroule de la même façon gnostique et également comme non académique. Schmitt tente d'expliquer les différents systèmes Gnostiques, tournant clairement vers les lecteurs orientés à l’occultes et contre les interprétations des pères de l'Église, qui délibérément aient mutilé leurs exemples textuels. « Pistis Sophia » emèrge régulièrement dans son travail, Spermo–Gnose cependant pas du tout. Schmitt a correspondu avec Jules Doinel du Val Michel et approuve l’idée de « L'unité de la Gnose de toutes les écoles » de Fabre des Essarts. Cependant, il rencontre avec scepticisme le catholicisme de Fabre des Essarts dans l'Eglise Catholique Gnostique, (voir la citation dans la section précédente). [49] De la même façon à C.W. King, Schmitt touche à la franc–maçonnerie, les Illuminati, la théosophie et cite des noms tels que Hugo Vollrath, Franz Hartmann Nietzsche, Rudolf Steiner et bien d'autres. Le Baphomet des Templiers reste pour lui cependant « complètement dans la noirceur. » [50] Schmitt reçoit avec son œuvre de deux tomes une grande popularité. Par exemple, il publie dans le journal « Saturn–Gnosis » d’Eugen Grosche de la Fraternitas Saturni.

L’ O.T.O. von Reuss se comporte chrétienne–gnostique [51] et même Crowley a toujours utilisé des éléments chrétiens–gnostiques en 1912 [52] et seulement à partir de 1914 sur sa propre branche O.T.O. a été remaniée avec des mots (thélémitique) anti–chrétiens nouvellement inventés (thélémitique). [53] Ni « fais ce que tu veux » ne proviennent de Crowley lui–même, ni son « l'amour est la loi ». Le premier peut être trouvé avec l'Augustinus (354–430), [54] Rabelais (1494 ?–1553), Pascal Beverly Randoph (1825–1875), Schopenhauer (1788–1860) ou Nietzsche (1844–1900) [55] — ce dernier dans une lettre de Carl Kellner à sa femme adorée chaudement Maria Antoinette Delorme. « Le moyen le plus proche de la vérité absolue est ‘Amour’. C'est la Loi de toutes les lois. » Aussi dans la lecture obligatoire de Reuss de G. Herman (Max Ferdinand Sebaldt, alias Maximilian Ferdinand) « Genesis. Das Gesetz der Zeugung ». 5 volumes. Volume 1 : « Sexualismus und Generation. Beiträge zur Sexual–Physiologie. », (Leipzig, 1899–1903), à la page 14 du premier volume on trouve la phrase « L'amour est l'accomplissement de la loi ». Au moins un an avant que Crowley l’inventait.


Les 5 volumes de Herman (1859–1916) semblent être la source principale de Reuss pour les « Bausteine zum O.T.O.–Tempel ». [56] Avec des références à Helena Petrovna Blavatzky (1831–1891), Stanislaw Przybyszewski (1868–1927), Albert Schrenck–Notzing (1862–1929) (qui plus tard expérimente avec Oscar Schlag) et autres Occultistes, [57] Herman entreprend un tour de force bien informés à travers les activités occultes–scientifiques et les publications jusqu'à 1900. G. Herman, Max Ferdinand Sebaldt, Maximilian Ferdinand, Ariosoph, Theosoph,


Le théosophe berlinois Herman influence les ariosophes de son temps, ainsi aussi Lanz von Liebenfels, « l’homme, qui donnait Hitler ses idées » [58] « Cet auteur berlinois était sûrement un précurseur de l’Ariosophie, parce qu’il combinait des doctrines raciales avec des pensées occultes, qui croiraient de sa propre interprétation bizarre de la mythologie teutonique. [...]. Il avait l’opinion, que la pureté raciale serait de signification fondamentale pour la supériorité arienne, parce que seulement une liaison de ‘contraire purs’ la force originale, qui est la base de sa polarité, libérer et ainsi une descendance excellente peut procréer. » [59]

Dans l’œuvre de Herman, [60] il n’y a pas seulement une description de la composition physique des organes sexuels, [61] mais aussi des conseils de comportement moral en ce qui concerne la masturbation, coitus interruptus (à la fois répréhensibles) et propagande vers « utilisation opportune de la force du créateur » et qui, au service de « l'hygiène sexuelle et raciale » pas seulement pétillants détaillée. Il touche non seulement sur le thème de la « peste des Juifs », [62] mais aussi donne des conseils sur l'élevage de « suprasexual » nobles Psychocratie. Cet « Übermensch » trouve le « Chemin vers la rédemption pas dans le mépris de l'activité sexuelle » plutôt dans la « beauté de l'instinct sexuel ». « Devoir conjugal » devient « Devoir religieux » et donc une fois de plus le « travaux principaux de la nouvelle femme : la maternité ». Quelles techniques Herman offre–t–il ? On prévient la masturbation menaçante, en touchant une main à l'arrière de la tête (cervelet) et l'autre aux parties génitales. « Ainsi nous réalisons une égalisation de la tension nerveuse. » Le noble Übermensch, « Germanique, terrestre, robuste », pratique Karezza (Herman se réfère à la Communauté d'Oneida Chrétien), [63] quand il ne sauve pas son sperme pour reproduire des « noble–nés ».

« Élevage » est comparé avec l’élevage des chevaux, qui aussi empêche « la procréation bâtard la plus imbécile et la dégradation du sang ». La choix du mari « au besoin de l’âme complaisant » ne tire pas seulement sur la descendance, de la vie d’auparavant, l’âge, et l’état d’esprit, mais aussi sur « la condition des organes sexuelles également » qui n’est pas d’accord avec « l’élévation d’hommes » est « un faible impotent ». Ici toute suite Herman donne encore la position correcte chez l’acte sexuel : pour une fille le mari doit se coucher à gauche de la femme, le garçon à droite d’elle.
Comme témoin occulte Herman nomine le Thósophe Karl/Carl du Prel (1839–1899), qui déjà 1897 a écrit sur « l’élévation des hommes » pour la « nobélisassions de la race ». [64]
Herman aime à présenter ses œuvres propres qu’il a publié sous le nom Maximilian Ferdinand, par exemple sa « Die Sexual–Religion » de 1896. Veux–t–il conduire des collaborateurs dans le champ arien, il cite sa propre « Arische Sexual–Religion » qu’il a éditée 1897 sous le nom de Sebaldt.

« Tout le système nerveux est renforcé et habilité par la rétention [de sperme] ou l'absorption de sperme [sans éjaculation] ». Ceci sont les « devoirs religieux sexuelle » du « troisième sexe », qui ravit les amoureux érotiques avec des femmes ou des hommes dans la même mesure. Selon Herman, l'homosexualité pure (qu'elles soient féminines ou masculines) entraîne des conséquences physiques (ou à cela comme sa cause).
« Le problème du urningisme, ça veut dire de l’homosexualité laisse délier seulement sur le chemin psychométrique. » Et donc : « Mais admet–on une fois que la satisfaction sexuelle de deux maris peut être éthiquement et aesthétiquement non reprochable, sans que une fécondation est la ‘conditio sine qua non’, ainsi l’enquête des deux partenaires est quoad sexum une question secondaire » et au maximum en le sens juristique relevant, « si premièrement pas de mineurs ou d’irresponsables sont abusés », « deuxièmement n’est pas exercé de viol » « et troisièmement ne cause pas de scandale public. » [65]

La consommation des sécrétions sexuelles (thème de prédilection de Reuss et de Crowley) trouve cependant aussi dans son chapitre sur « Defloration und Necrophilia » comme « une sorte de manie bipolaire de manger » dénué de sens religieux.
« Il manque au champ de tension masculine un courant de compensation féminin et ainsi résulte la tendance aveugle à le supplément, compensation–pôle en une forme quelconque. Des électrotechniciens vont comprendre bien cela. »

Il reste « avant toutes choses, la machine à coudre est la grande séductrice à la sensualité solitaire ». Cette citation de Herman de « L'onanisme chez la femme » (Paris, 1880) de Theodore Pouillet est lecture obligatoire pour l’ O.T.O. de Reuss.

Scène : une fabrique d'uniformes militaires :
« Au milieu du bruit régulier d'une trentaine de machines, j'ai soudainement entendu une machine travailler à un rythme beaucoup plus rapide. Je me suis tourné vers la couturière, une brune de 18 à 20 ans. Alors qu'elle était occupée automatiquement avec le travail qu'ils viennent cousaient, est ravivé son visage, sa bouche ouverte légèrement évasé narines et ses pieds a déplacé les pédales avec une rapidité sans cesse croissante. Bientôt, j'ai attrapé un regard, ses paupières tombantes, son visage est devenu pâle, et elle a rejeté sa tête en arrière. Les mains et les pieds se posèrent soudainement et s'étendirent : un cri étouffé, suivi d'un profond soupir, a été perdu dans le bruit de l'environnement. La fille resta immobile pendant quelques secondes, puis essuya la sueur de son front avec son mouchoir et reprit son travail après avoir jeté un regard timide et embarrassé sur ses collègues. » [66]

Voilà sur le thème de l'érotisme et uniformes comme blocs de construction du temple O.T.O.


Mais érotisme et uniforme ne sont pas les pierres principales à construire le Temple–O.T.O. Theodor Reuss picote pour son Parsifal–texte une toute petite puzzle–pièce en dehors de l’œuvre de Herman, mais, précisément une phrase, et se laisse d’en inspirer :
« Prof. Hermann [sic] dit, tome 3 de ‘Genesis’ p. 98 : Les Manichéens ne pouvaient jamais devenir exterminés complètement. [67] Une preuve pour cela sont les Adamites. une sorte des Manichéens, qui encore au milieu du 19e siècle (1850–1860) existaient en Autriche et même demandaient l’égalité des droit avec l’Église Catholique–Romaine. Les Adamites avaient leurs noms parce qu’ils fêtaient leurs cérémonies ecclésiastiques et fêtes complétement sans vêtements. Leurs cérémonies et doctrines correspondaient en forme modernisée et langue, à ceux des Manichéens. Leurs ‘ fêtes de Marie’, spécialement les fêtes de Maria pendant le mois du mai (recueillements de mai) correspondaient aux Bacchanales chez les fêtes du Céres Libera. à les orgies d’Éleusis. Les Adamites étaient des adhérents et des confesseurs d’un mystère–de–procréation très vieux. Ce culte–de–procréation était la source inépuisable de la joie de vie et de l’enthousiasme. Haut et bas se donnaient à l’extase faite par ce culte, jusqu’à la Maria sainte entourait les cœurs et les sens et le Phallos saint avec sa surabondance le giron fertile fécondait. Pendant ces cérémonies et fêtes les Adamites régnaient le communisme des femmes pour les hommes et les adolescents. Mais ce communisme ne s’étendait pas sur la vie de tous les jours. Seulement pendant des cérémonies à et dans les lieus sanctifiés (temples et bosquets) les hommes et les adolescents avaient le droit (et le devoir) d’accomplir l’acte sexuel avec chaque femme présente en temple ou bosquet. Dans la vie quotidienne la femme était liée à ‘son homme et maître’. Mais chaque homme avait le droit, de se tenir plusieurs femmes, si ses moyens cela permettaient. Les enfants des femmes différentes étaient tous égaux dans les droits (parmi les adhérents de ce culte) et le père était responsable pour leur entretien etc. Malgré l’ Église n’a pas réussie d’éliminer les descendants des Manichéens anciens, les forces d’état réussissaient par la poursuite du droit pénal des adhérents du culte de chasser cet secte en dehors de la publicité de la vie bourgeoise. Ceux qui ont échappé au droit pénal se fuyaient dans l’obscurité gardant les réunions secrètes et formaient des associations secrètes selon les dessins vieux célèbres. De ce manière ces descendants des Manichéens anciens et adhérents du culte– Phallos ancien classique ont se sont conservés jusqu’à présent. Dans les derniers dix ans ils ont même osé de venir à la publicité, si aussi sous un nom nouveau et dans un habit nouveau. Même ils ont créé une littérature et gagnent partout des adhérents nouveaux. » [68]
Reuss dessine les Adamites dans un sens positif pour l’ O.T.O., pendant Herman les voit comme Manichéens hérétiques dans « une volupté sans borne en leur haine » contre « tous, que pourrait arrêter le déchainement de leurs instincts démoniques », alors contre la chrétienté. « Une preuve pour la ténacité de ces sectes sont les Adamites, qui encore en 1848 demandaient l’égalité dans les droits religieuse en Autriche. Ces mêmes fêtent leurs fêtes sans vêtements. » [69]






    The Templar's Reich — Les esclaves doivent servir. Aleister Crowley — Ordo Templi Orientis — Fraternitas Saturni — Theodor Reuss, Hanns Heinz Ewers — Lanz von Liebenfels — Karl Germer, Arnoldo Krumm–Heller — Martha Kuentzel — Friedrich Lekve — Hermann Joseph Metzger — Christian Bouchet — Paolo Fogagnolo — James Wasserman.





O.T.O. : Sans Valeur


Même s'il est familier avec Encausse /« Papus » et la plupart des protagonistes occultes de son temps, Arnoldo Krumm–Heller dérive sa succession gnostique de son compatriote allemand Dr Phil. Ernst Christian Heinrich Peithmann / « Basilide » (né. 3.5.1868). Peithmann a émigré aux États–Unis en 1894, a travaillé de façon sporadique en Allemagne et n'y est resté pendant une période significative de partir de 1920. [70] À partir de 1903, ses « Schriften für Gebildete und Denkende » de Peithmann introduisent « les Pères Gnostiques » dans le cadre de la série « Biographia Antiqua » (début 1900). En 1904, son incroyablement long travail « Der Gnostische Katechismus » [71] s'affiche. Dans Südhemmern/Westfalen en 1920 Peithmann appelle sa « Gnostische Mysterienschule »/« Altgnostische Kirche von Eleusis » à la vie, qui n'est pas exclusivement attachée à la « Pistis Sophia », suivant plutôt une cosmogonie de la construction de Peithmann. (Voir l'exemple de texte suivant.) « Peithmann et Reuss avaient échangé leurs systèmes. Selon Peithmann, les notes de l'O.T.O. étaient sans valeur. » [72]
Ernst Christian Heinrich Peithmann — Basilides — Gnostische Mysterienschule — Altgnostische Kirche von Eleusis


Cela peut être une cause possible du silence de Krumm–Heller en ce qui concerne l’ O.T.O. Depuis 1927, Peithmann publiait dans le « Hain der Isis » de Henri Birven, dans lequel à partir de 1930 Crowley est régulièrement dénoncé. Dans les années 1990, Ruben Pilares Villa au Pérou reconnaît de ses documents que Peithmann/« Basilides » doit avoir donné la succession à Krumm–Heller en 1934. Qui doit avoir eu lieu en Amérique puisque Peithmann a émigré aux États–Unis en mars 1933, (sous la contrainte.) (mort en 4.7.43). Krumm–Heller « était consacré [mais avant 1930] Évêque de l'Église gnostique [73] avec tout son style ordinal et dans un congrès célébré par les grands dignitaires de l'ancienne église gnostique de Londres, décidé, il y a quelques semaines, d'élever cette sainte Église de son rêve. Visitez le Patriarche Basilide et il a confirmé mes pouvoirs pour créer des congrégations et des paroisses » en Espagne et en Amérique. [74]

Il est possible de supposer que Krumm–Heller suit les idées gnostiques de Peithmann, [75] qui souhaite libérer la semence (le Logos) au moyen d'une « vie sexuelle pure [...] retiré de servitude » à la matière. [76] La magie sexuelle de la Fraternitas Rosicricana Antiqua (F.R.A.) base par conséquent sur l'aversion à l'éjaculation. [77] Cependant, la demande de Peithmann que toute la magie sexuelle devrait s'abstenir de procréer des enfants n'est pas toujours poursuivie par Krumm. Il semble, comme Reuss, avoir trouvé un équilibre entre l'engagement sexuel et le renoncement. Cela correspond à la doctrine homéopathique de la modération, le moyen d'or des anciens Grecs, pour le maintien de l'équilibre à tous les niveaux de l'existence humaine. D'autre part, la gnose libertiniste d'Aleister Crowley exige au maximum un optimum. [78] Malgré, le sentiment catholique de culpabilité et de rejet gnostique de la mondaine pénètrent même Crowley qui dit: « plaisir ainsi jamais m'a attiré. Il doit être épicée de satisfaction morale. » [79]



E.C.H. Peithmann : « Catéchisme Gnostique — Ascétisme »

Extrait :

Peithmann : « Que signifie la nature pompeuse du démiurge ou du diable ? C'est la beauté fantastique et les charmes captivants de la nature qui engourdissent les sens et charment l'âme et la bercent pour se réincarner. Avec la splendeur illusoire des formes, des couleurs, des tons et des parfums enchanteurs, la nature cache la pudeur sous–jacente de l'air et la pourriture et la pourriture qui se cachent derrière elle. A cela s'ajoutent les tristes plaisirs du corps, qui promettent toujours une satisfaction, mais n'accordent jamais une telle chose : au–dessus est la jouissance de la nourriture et de la boisson et le rapport charnel avec le plaisir sensuel. [Rom. 7:18, 8:12–13, Gal. 5:16–17, 19–20, 5:24, 2. Petri 2 :10] [80]
Jusqu'où conduit la descente dans la matière ? Jusqu'à ce que la plus grande profondeur du chaos soit atteinte, le chemin du pèlerin ramène le voyageur fatigué vers le haut, vers l'esprit, à l'extrême limite. (Lire : Empédocle.) [L’Adam et l'Eve tombés sont pris en charge par la Mère Sagesse (Pistis Sophia après sa chute ? ]
Pourquoi menait–elle encore la sagesse ? Elle leur a donné des instructions qu'ils cherchaient de la nourriture pour divertir le corps charnel. Saturé avec la nourriture charnelle sensuelle, ils ont ensuite rejoint pour des rapports charnels.
Quelle influence a eu le corps charnel sur l’âme ? Séduits par les plaisirs sensuels de manger et de boire et par la faible union sexuelle des animaux, les hommes s'empêtrent de plus en plus dans la matière et enfin l'âme devient l'esclave du corps, tandis que la lumière intérieure devient de plus en plus obscure et oubliée. Le corps, qui devait être un outil utile et volontaire, devint le tyran de l'esprit humain et de son âme, et ainsi l'homme charnel, tel que nous le connaissons aujourd'hui, devint l'homme spirituel.
[Rom. 6 :16–19, 7 :23]
Quelle est la nature de la confusion dans les voies de la nutrition ? Tandis que l'homme se nourrissait d'abord de fruits et d'herbes, il tombait graduellement dans l'habitude anormale de consommer des animaux morts, ce qui ne manquait pas à sa répercussion dégradante. [81]
Où est la dégénérescence [82] de l'homme montrée encore plus frappante ? Dans ses relations sexuelles. [Lire : Rom, Chapitre 1.]
D'où vient la fornication et l’adultère ? L'âme du monde abandonnée par l'esprit divin a vengé son mari évadé en ordonnant à Babylone ou à Aphrodite de provoquer l'adultère et la fornication parmi les hommes. Pour cela, elle avait l'intention d'infester et d'affliger l'esprit divin qui habite l'homme en souffrant d'une anxiété et d'une nostalgie similaires à celles qu'elle éprouvait elle–même.
Quelle signification l'Église gnostique attache–t–elle au mariage et à la vie sexuelle ? La vie sexuelle charnelle appartient au monde inférieur, qui est dans le mal. Le mariage, fait par l'Église en un acte sacré, en effet un sacrement selon l'exemple des peuples païens, [83] est une institution du démiurge et dirigeant mondial. L'Église gnostique sait et enseigne que les mariages et les témoignages des enfants sont fournis par le démiurge, et que l'homme ne peut en aucun cas infliger un mal plus douloureux au démiurge que par une vie heureuse et chaste, [84] si l'on se détourne de ce qu'il a Prince de ce monde a arrangé, garde loin. » [85]


« Les Naassènes ou les admirateurs du vrai ‘ serpent ‘ en fer »


Peithmann : « Les Naassènes ont tiré leur nom du mot hébreu ' nachasch ', serpent, parce qu'ils ont chanté des chansons de louange au serpent. Le serpent est appelé en grec ‘ ophis ', donc on les appelle aussi Ophites [...]Le pouvoir caché de la semence. L'Évangile de Thomas nous dit : ‘ Celui qui cherche me trouve dans les enfants de sept ans. Car caché je serai révélé là au quatorzième âge. ‘ C'est pourquoi les Gnostiques mettent l'essence originelle de toutes choses dans la semence originale. [...]
Abstinence sexuelle : Pour de telles raisons, les Naassènes célèbrent les secrets de ' la Grande Mère ' [...] ils interdisent strictement tout rapport sexuel de l'homme avec la femme. » [86]

« La Semence–lumière/illuminée, l'esprit divin, le logos spermatozoïque, est l'organe de la vraie connaissance [...] Dans la Descente du Rédempteur, le premier acte de salut s'étend à la sagesse déchue dans le monde surnaturel. Son deuxième ou principal travail a lieu sur terre, où par sa simple apparence, mais aussi par sa prédication, il révèle le père inconnu non–produit. Il apporte de nouveaux pouvoirs à ses fidèles, afin qu'ils puissent mépriser et vaincre les anges du démiurge sexuellement proclamant. Les démons sont dissous et les disciples sont unis au Maître, l'enfer est apprivoisé et jugé par la chevauchée des Hadès, les démons sont trompés par sa bassesse et sa figure méprisée. » [87]


Comme Reuss dans l’O.T.O., Peithmann mélange Gnose et Hatha–Yoga dans son Église.


Peithmann : « Le moment le plus important de la gnose est la magie sexuelle. Le Gnostique ne cache pas que dans sa vision du monde et ses exercices occultes, tout tourne autour du grand secret sexuel, que le Seigneur exprime dans les mots : « et il y a des eunuques qui se sont faits eux–mêmes eunuques pour le Royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre ceci, le comprenne ! » (Matthieu XIX, 12). Ceci est un mélange mental et un couteau surnaturel qui accomplit ce que le Dr Steinach et ses émulateurs essaient en vain de réaliser par des opérations non naturelles : la prolifération des glandes pubertaires ou du tissu intercellulaire au lieu et au détriment des gonades. En conséquence, à la suite de l'activation des glandes sécrétoires internes, le rajeunissement du corps est considéré comme un succès visible [...] [88]
Ainsi, la même force sexuelle, qui doit être utilisée pour la génération mortelle ordinaire ou comme moyen de volupté, est capable de transfiguration, dont la personne moyenne ne peut rêver et mène au salut. » [89]

« Homme et femme [...] ne pouvez encaisser un autre. On ne peut pas s'abstenir de l'aide du partenaire s'il souhaite être enfin libéré de la ‘ roue de la Renaissance ‘. Les élections de l'école de mystère, existant à Südhemmern i. Westf. [Les parties intéressées sont invitées à soumettre un retour à la Gnostische Mysterienschule Südhemmern i. Westf. tourner] tels que le cours sur la respiration des Gnostiques, les cours magiques, mystiques ou ésotériques ne sont pas résolus à parvenir à une sorte de manifestation incroyable et effrayant que dans certaines études tibétaines, plutôt ils vont vers le travail immédiat. Le retour immédiat du ‘ fils perdu ‘ à Dieu est le but des gnostiques. [...] [90] Après leur instruction la plus secrète, seulement donnée verbalement, il est important de diriger un courant de puissance jusqu'à la hauteur maximale. A travers cet exercice, on cherche à exploiter la somme des énergies, qui s'expriment généralement chez un animal, et en particulier d'une manière sexuelle. [...] La production des braises dans le corps est appelée ‘ tumo ‘. Dans la Doctrine Secrète, la tumeur la plus efficace joue également le rôle du feu tendre qui réchauffe le liquide de la génération et élève les forces qui s'y trouvent à travers les canaux nerveux jusqu'au sommet de la tête, produisant des extases spirituelles et intellectuelles au lieu de la convoitise. » [91]

Peithmann distingue le Christ supérieur et le Christ inférieur. Sans creuser plus profondément dans la superstructure Gnostique correspondante: « Il [un critique] n’ouvre pas une lumière quand les Gnostiques nient le Messie Juif, méprisent les dirigeants du monde et leur convoitise, insultent la domination de la génération sexuelle, nient le retour extérieur du Christ, et nient le rejeter le mariage charnel. » [92]
Cependant, l'homosexualité est condamnée par Peithmann comme « le péché de l'aberration aberrante de Sodome [...] Gomorrhe ». [93]

Même si Peithmann fait aussi sa propre cosmogonie à partir de l'abondance de la matière première gnostique, son Catéchisme gnostique simplement tenu ressemble à celui de Louis Sophrone Fugairon / Sophronius (jusqu'à la division du chapitre et à la rubrique), seul publié un demi–siècle plus tôt à Paris : le « Catéchisme Expliqué de l'Eglise Gnostique », relativement sophistiqué.

Essentiellement les Gnostiques Français respire d’un esprit semblable : « Comment l'homme a–t–il désobéi à la loi concernant reproduction ? Par des accouplements illicites, non seulement entre homme et femme, mais avec les femelles de l'anthropoïde précurseur. L'Église gnostique n'a–t–elle pas institué des degrés d'initiation qui font parcourir à ses membres les diverses étapes de la vie religieuse ? Oui, et ces degrés sont au nombre de sept, savoir : le borborianisme, le coddianisme, le nymphionisme, le stratiotisme, le phibionisme, le zacheïsme et le barbelitisme. » [94]
Joanny Bricaud change plus tard les noms des grades individuelles, les Barbelites deviennent « Serviteurs du Serpent impudent ou de l'Étoile ».

Peithmann nomme même les suivants « véritable Gnostiques » dans exactement le même ordre : les Borborians, les Coddians, les Stratiotics, les Phibionites, les Zacchaeans et les Barbelites. [95] Il cite Fugairon presque au mot–parfaitement et adopte le « Système de Grade » des Néo–Gnostiques Français. La source de cette énumération est Epiphanius, Panarion XXV 2, 1–XXVI 13, 7, dans le quelle sont introduits les Spermo–Gnostiques. Jamais n’est–ce que ceci est fait clair cependant, s’il s’agisse que Peithmann rejette les pratiques Libertines attribuées à ces groupes ou s'il les pratiques lui–même : c'est à dire — l'offrande de sperme au Christ (à travers la consommation) et l'utilisation du sang menstruel comme le « Sang du Christ » pour « nourriture spirituelle ». Le principal problème est l'évitement d’enfants engendrer.

Dans sa discussion à propos d’Eugen Grosche de « Magische Briefe: 8. Brief. Sexualmagie » (Wolfenbüttel, 1927), le seul reproche de Peithmann est que le libertin magicien–sexuel Grosche (fondateur de la Fraternitas Saturni) reste muet sur le sujet de « l’amour complet de la Pneumatique » , par ailleurs confiant le petit livre misogyne au « lecteur avancé ». [96]



Plus sur Peithmann dans l'article sur les Évêques Errants.



Encore plus de Semence de Lumière


Ernst Tristan Kurtzahn — Daiytanus — Gnostische Kirche in Deutschland


Un autre « associés » et membre Ordo Templi Orientis de Reuss recommande Peithmann au public potentiel, c’est à dire l'administrateur/enseignant Ernst Tristan Kurtzahn / Daiytanus / E. Tristan K. [97] En 1924, un an après la mort de Reuss, Kurtzahn publie « Die Runen » qui a déjà fait un point d'autodiscipline en matière de la procréation. La femelle doit comprendre sa « virginité » et se donner complètement à « servir », depuis le « drivel sur les ‘ droits égaux ‘ de l'homme et de la femme est plus odieuse! » Kurtzahn détecte aussi une origine raciale : « Notre vie entièrement non aryenne, la pollution de nos traditions, notre littérature, notre Art, toute notre vie publique par certains ennemis tenace de la race aryenne! » [98] On peut se demander comment Reuss s’aurait exprimé lui–même à son compagnon. [99]

Un an plus tard Kurtzahn reprend la plume une fois de plus. En 1925, dans la préface de son « Die Gnostiker » (une fois de plus apparaissant dans le Baumann Verlag Bad Schmiedeberg) la « Pistis Sophia » est accordée le statut d'une « réelle » écriture gnostique. Comme Peithmann (qui nomme Kurtzahn comme adresse de contact) et Krumm–Heller, Kurtzahn admet maintenant lorsque vous exécutez Karezza. Dans le livre, le misogyne Kurtzahn cite une Valerie Gyigyi comme « gnostique contemporain », qui se distingue par une « haut degré de perspicacité » : « La moitié forte est l'homme, qui a également reçu sa postérité comme loi, tandis que les plus faibles la moitié même maintenant saigne de celui endroit où le noeud de la vie une fois Sat. » [100]
Cette dame Gyigyi avaient trouvé une place 11 ans au–par–avant dans « Parsifal und das Enthüllte Grals–Geheimnis » dans laquelle Reuss s'est révélé comme son « Maître ». [101] Seulement le sperme « est porteur d'esprit et à ce titre seulement de l'homme » Kurtzahn continue maintenant. « Homme conserve sa postérité et l'utilise, le ‘ fils ‘ la lumière–graine, le Christ dessous [comme rencontré dans les textes de Peithmann] comme le chemin vers le père. Pour lui–même ainsi que pour sa femme. » « Que par le biais de l'homme la femme peut être sauvée par la [purement spirituelle] humectage avec la semence de la lumière. » Kurtzahn précise le moyen de la rédemption : homme et femme se trouvent ensemble dans un état d'excitation sexuelle, ouvrent par l'utilisation de techniques de respiration [102] un nouveau centre névralgique dans le sein (c'est–à–dire un Chakra) et tirent la lumière–graine sur le Chakra du larynx dans la glande pinéale, exactement comme enseigné par Kellner et Reuss. [103]

Au cours de ce mariage gnostique « dans aucun cas une éjaculation seminis peut–être permis, plus fort encore après un doux immissio membri virilis dans vaginam il est seulement permis de faire un mouvement doux sous le complet vouloir contrôlés des deux partenaires. » [104] [L'amour sous la volonté ?] Le reste de cet ouvrage pro–théosophique est une préoccupation avec la mort et le Diable, exemples de textes Gnostiques et la révélation de grossière misogynie. Dans ce dernier, Kurtzahn se voit lui–même supporté par Hans Blüher. [105] Dans les annonces : le « Gnostischer Katechismus » de Peithmann, la « Messe Gnostique » de Reuss/Crowley et le  « Aufbau–Programm der gnostischen Ur–Christen O.T.O » de Reuss.


Ernst Tristan Kurtzahn Daiytanus


Plus sur Kurtzahn dans l'article sur les Évêques Errants.



E.T. Kurtzahn : « Mystères de la magie sexuelle » 1925

Extraits :

« Quand une Gnostique contemporaine (Valerie Gyigyi) écrit : « Et Dieu formait l’homme après de son image. Mais l’être originel comme conscience complète est esprit et ne pas de matière, ou conscience complète spirituelle. À cette forme de l’’homme donnait Dieu une femme ; plutôt la forme se dispersait et se divisait en deux moitiés.– La moitié plus forte est l’homme, qui aussi gardait la semence comme loi, tandis que la moitié plus faible encore aujourd’hui à telle place perde du sang, ou était le nœud de la vie, » ainsi montre cela déjà un haut degré de la connaissance.
Qu’est–ce qu’est maintenant à cette citation tellement important ? C’est la mention de la semence qui restait à l’homme comme possession divine. De quoi consiste la semence ? De l’esprit et de l’eau (De l’eau ici dans le sens propre comme matière qui est le véhicule de l’esprit). Il est dit en Evangile–Jean / Johannis :

6.53 En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous–mêmes.
6.54
Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.
6.55
Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.
6.56
Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.
6.57
Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.

Lucas
8.11
Voici ce que signifie cette parabole : La semence, c'est la parole de Dieu.

Jean 1

1.1
Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
1.2
Elle était au commencement avec Dieu.
1.3
Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.
1.4
En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
1.5
La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

[…] On peut voir quoi la semence vraiment signifie. Elle est le porteur de l’esprit et comme tel seulement en possession de l’homme. C’est évident qu’on peut faire seulement trois choses avec la semence :
 – On peut la garder chez soi.
 – On peut l’user pour la procréation.
 – On peut la gâcher pour des sentiments de la joie de toutes sortes.

Pour le gnostique, les points 2 et 3 s’éliminent complètement, de façon que seulement le point 1 reste. L’homme garde la semence chez soi et l’use, le « fils », la semence de la lumière, le Christus Inférieur / Dessous comme chemin au PÈRE. Pour soi comme aussi pour sa femme.
Cela peut arriver seulement par la contenance de la semence ? Nous devons répondre : seulement chez les exceptions les plus rares, chez les gnostiques vraies ça veut dire Pneumatocoi comme Jésus était.

Pour les autres un autre chemin reste en question, dont les conditions sont les noces vraies gnostiques.
Tout d’abord chacun et chacune doit et peut essayer de se changer dans un androgyne de l’âme (homme–femme) respectivement une gynandria de l’âme (femme–homme). Les chemins sont déjà prescripts dans le chapitre « Des chemins à la gnose », principalement en considération de la respiration.

À part de cela tous les noces dans lesquelles l’esprit gnostique domine peuvent aussi conduire à un équilibre androgyne respectivement g y n a n d r i n e, comme on pourrait voire au courant dans notre écriture.

Mais la création d’un androgyne de l’âme ou d’une gynandria ne suffit pas parce que personne ne va vers le Père sans passer par moi, le fils ! (St. Jean 14,6.)

Comme sur le plan terrestre chez la procréation corporelle, là qu’elle ne devrait pas être de plus, parce que l’homme est appelé par Christus, l’homme le donateur, la femme est la réceptive, ainsi peut ici seulement la femme devenir rédempté par l’homme et là par l’attouchement avec la semence de la lumière, qui est réservée à l’homme, comme nous avons vues, comme à sa semence physique, l’eau, l’esprit lié à la matière.

[… Kurtzahn maintenant recommande les exercices de respiration de Peryt Shout]

Ont l’homme et la femme réussi de devenir androgyne / gynandrine ou sont en train de le devenir, a l’homme réussi en plus, comme le porteur de la semence de la lumière, de tirer cette semence au centre des nerfs de la poitrine par des exercices de respiration et, la femme a réussi de créer ce centre dans sa poitrine par des exercices de respiration, alors seulement la p u r e t é — d u — c o e u r et l’exécution des noces gnostiques ont lieu.

Il ne doit pas en tout cas arriver à une ejaculatio seminis, plutôt on a besoin d’une tendre immissio membri virilis in vaginam, seulement à un mouvement tranquille sous la contrôle complète de la volonté des deux partenaires.

Ici méritent d'être appelés 3 excellents travaux pertinents :
1. W. Lloyd : Die Methode Karezza oder Magnetation (Die Kunst der ehelichen Liebe. Der Liebende ist ein Künstler des Gefühls). Amers Fort (Holland) P. Dz. Veen–Verlag (80 Seiten).

2. Madame Dr. Stockham : Die Reform–Ehe. (Eine Ehe auf vollständig neuer Grundlage zur Erhöhung der Daseins–freude und zur Veredlung des Menschengeschlechts). Stuttgart, Wilhelm Digel
.
3. Dr. med. Alice Stockham et H.B. Fischer : Die Brautehe. Leipzig, E. Fischer Nachf.

Pendant un tel trafic, qui peut durer à peu près une petite heure, il faut s'accrocher au sentiment de connexion avec le fond original de tout être dans la pensée et se livrer à la joie innommable qui résulte de ce sentiment. Comme je l'ai dit, cela ne peut aboutir à aucun épanchement, et il est beaucoup plus facile de l’atteindre par l'attitude de la pensée que l'on devrait supposer.

En outre, puisque les deux corps reposent de la poitrine à la poitrine, ainsi sont nouvellement créés par les exercices de respiration les centres nerveux du sein les uns sur les autres et ainsi favorisent beaucoup l'émergence de l'androgynie psychique mutuelle.

Puisque l'âme humaine repose dans le sang, ainsi les autres parties des corps des conjoints, l'une sur l'autre, ont aussi un équilibre de polarité qui vise l'état androgyne.

C'est seulement de cette manière, par la semence lumineuse rayonnante de l'homme gnostique seul, que la femme peut être libérée du royaume du démiurge inférieur, et au moins, avec la propre justice impeccable des œuvres, par de bonnes actions au plérome inférieur. Il n'y a aucun moyen de rédemption pour la femme.

Puisque seul l'homme peut la ramener au pays de la lumière d’origine en la servant, comme indiqué ci–dessus à travers son propre raffinement, c'est à elle de lui servir, ce qui nécessite toujours la perfection spirituelle de lui, ce qui signifie aussi le propre salut où elle sait et peut.

On n'oublie pas que la femme a été arrachée à la femme androgyne, et elle a reçu la beauté comme substitut à la graine restant pour l'homme. En tant qu'Eve elle a pressé à la matière, à la terre, et l'homme l'a suivie, fasciné par sa beauté. Maintenant, suit la femme, emportée par l'esprit masculin, à l'homme qui aspire à retourner au paradis du Plérome.

Écoutez la voix sonnante : nous sont évoqués à la maison... La femme, par conséquent, fait tout son possible pour servir l'homme, surtout en le soulageant des petits soucis de la vie quotidienne, il doit travailler avec les grands soucis, et elle sera récompensée pour son service avec son salaire par le mariage gnostique. (La femme soit harmonieuse et non anti–polaire dans le sens du chapitre suivant !) Nous voudrions noter ici que le mariage gnostique, comme nous l'avons indiqué, est déjà un test pour savoir si on peut compter sur ceux qui s'appellent, par exemple, ceux qui correspondent à la « Primaire » de Hans Blüher (voir l'Aristie de Jésus de Nazareth). Ne pensez pas qu'il y en a trop, pas même beaucoup !
Ceux qui ne peuvent pas garder leur semence, doivent l'utiliser pour la procréation ou le gaspillage pour n'importe quel plaisir, sont le secondaire, le philistin, et ainsi de suite, et ce sont ceux qui abandonnent avec confiance les cieux aux anges et aux moineaux – doivent de travailler ici dans la frontière de fer du démiurge inférieur jusqu'à ce qu'ils aient payé tout ce qu'ils doivent. Ces Primates, cependant, ne goûteront pas la mort, ni la terre, ni l'astral, comme les Pneumatikoi comme spiritualisés, ils se précipitent incessamment vers leur foyer éternel de lumière, le Plérome. –

Bien que nous soyons pleinement conscients que nous n'avons donné ici que des indices, ils sont si nombreux qu'ils suffisent à montrer un début à tout chercheur sérieux qu'il veut maintenant mettre en action.

Bien que nous soyons tout à fait conscients, voici seulement des indices: nous aimerions mentionner dans le commentaire trois petits écrits qui pourraient servir de support de cette manière, bien que nous croyions et restons que chacun n'est qu'en lui–même et en lui–même il doit trouver la lumière qu'il devrait s'efforcer, en d'autres termes, la devise d'entrée de cette sous–section.

1. Ali Bakûr "Die Sphinx im Menschen", Schmiedeberg u. Leipzig, F.E. Baumann. Preis, geheftet 2.50, gebunden 4.– Mark. Zu haben in jeder Buchhandlung.

2. W. Omar "Geistige u. leibliche Wiedergeburt" des Buchs d. Heilung u. Vollendung ECCE HOMO II. Teil. Geber–Verlag Freiburg. » [106]



Le Chevalier de Clément de Saint–Marcq : « L'Eucharistie » 1906


En 1906, la brochure de 38 pages du Chevalier de Saint–Marcq apparaît, dans qui Reuss voit les plus haut secrets de l’O.T.O. mis à nu : « L’Eucharistie ». [107] En 1914 Reuss pointe vers les péchés de la solitude sexuelle (= masturbation) dans son « Parsifal » et il mentionne Saint–Marcq comme un quasi remède.
Reuss a appelé cette brochure une révélation du secret central de l'OTO : seulement le sperme contient les Logos : pas besoin de femmes. Reuss a écrit Le Clément les lignes significatives suivantes (nous reproduisons soigneusement son jargon) : « Je joins deux numéros de l’ ‘ Oriflamme ‘ qui va vous montrer que l'Ordre des Templiers Oriental est en possession de ces mêmes connaissances contenues dans vos ‘ L'Eucharistie ‘ ». En effet, nous trouvons dans le ‘ Oriflamme ‘, publié en 1912, ce, qui clarifie le sujet : ‘ notre ordre est en possession de la clé qui ouvre tous les secrets maçonniques et hermétiques ‘ : c'est la doctrine de magie sexuelle et explique cette doctrine, ne rien laisser dans l'obscurité, toute symbolique maçonnique, tous les systèmes religieux ». La citation est dans le chapitre X (La question du satanisme) de « L'Erreur Spirite » de René Guénon, initialement publié en 1923. [108]
Le fait que Reuss a imprimé et est publié son manuscrit–Parsifal en 1920, indique que, malgré ses compagnons d'armes en Kurtzahn, Peithmann, Krumm–Heller, etc., il conserve un penchant pour l'interprétation libertine du sexe–magie. Les adhérents des deux orientations désapprouvent généralement des uns des autres. [109]

Qui est ce Saint–Marcq ? En 1804, le médecin parisien Bérnard–Raymond Fabre–Palaprat (1773–1838) croit avoir découvert les papiers des Templiers original et établit son Ordre–Templiers un an plus tard. Il consacre le radical socialiste et ancien catholique Ferdinand–François Châtel (1795–1857) en tant qu'évêque et depuis ce temps bouillonne les descendants de cet ordre et son église. [110] Un exemple est le poète Joséphin Péladan (1858–1918) qui fusions ses Ordres (par exemple l’ « Ordre de la Rose–Croix du Temple et du Graal », « qui porte le premier Lamen–O.T.O. depuis 1895) [111] avec ceux de Gérard Encausse/Papus '. La succession de l'Ordre de Fabre–Palaprat continue à vivre dans « Independent Group of Esoteric Studies » de Papus et dans sa branche belge de KVMRIS. Un des « secrétaires » de la KVMRIS est le Chevalier de Saint–Marcq. [112]

Comme Aleister Crowley a certainement aussi pensé à Saint-Marcq dans le chapitre « L'Eucharistie » dans son « Magick in Theory and Practice » [Paris 1929], quelques extraits du texte suivent maintenant.

Extrait de « L’Eucharistie » de Saint–Marcq :


« L’hostie n’est pas une image ou un symbole de la divinité ; d’après la foi catholique, elle est la divinité elle–même, à la fois matériellement et spirituellement présente en la personne de Jésus–Christ, dont la conscience, la sensibilité, sont tout entières présentes et vivantes dans la moindre parcelle d’une hostie consacrée.
C’est en cela que réside l’affirmation à la fois la plus nécessaire à l’existence du culte et la plus inadmissible à la raison, parmi toutes celles qui sont le fondement de la religion catholique. Si encore on nous disait que la pensée du Christ en tant que créateur du mouvement religieux qui porte son nom, est présente dans le symbole de l’hostie, dont l’invention est une conséquence des paroles qu’il a prononcées, de même que le génie de l’artiste est présent dans l’œuvre qu’il a conçue et mise au jour, la thèse ainsi réduite n’aurait rien que de raisonnable et d’évident en soi–même ; mais aucun homme réfléchi ne peut admettre que la personnalité du Christ puisse être simultanément, éternellement présente dans chaque hostie, qu’il puisse y être, y voir, y entendre, s’y trouver aussi profondément réel qu’il l’était de son vivant en son corps.
Lorsqu’on examine attentivement cette situation, on se demande comment il est possible qu’un nombre aussi considérable de prêtres aient pu, depuis plus de quinze siècles, affirmer et soutenir une pareille énormité ; comment la foule immense des croyants a pu se laisser endoctriner de la sorte sans que le bon sens universel se soit révolté et ait rejeté dans le néant des théories aussi éloignées de la saine raison. Personne ne pourrait concevoir une pareille aberration collective, si l’on ne devinait qu’à côté de ce que l’on dit, il y a ce que l’on ne dit pas ; à côté de ce qu’on expose à haute voix dans le catéchisme, il y a les explications cachées qui circulent de soutane en soutane et se chuchotent à l’oreille des dévotes extasiées. Si nous pénétrons dans ce domaine mystérieux, nous y découvrons un culte secret entièrement parallèle au culte public ; le second n’est que la glorification extérieure du premier. Celui–là est mensonger, mais il enveloppe et couvre le premier qui, par sa nature, ne semble pas pouvoir être exposé aux regards de la foule. Celui qui est initié à ces mystères comprend comment les générations précédentes ont été amenées à élever l’édifice de mensonge au sein duquel il est appelé à vivre, et se retrouvant dans les mêmes nécessités, il continue à défendre, à répandre et à protéger ces contre–vérités, qui lui apparaissent comme le véhicule nécessaire de la tradition la plus haute, la plus sainte, la plus pure, la plus respectable. C’est précisément cet enseignement secret, cette doctrine occulte, transmise de bouche en bouche au sein de l’Église, depuis le temps des apôtres, que le présent opuscule a pour objet d’exposer. En soulevant pour le lecteur le voile pudique tissé par les siècles pour couvrir ces mystères, nous cherchons à amener ceux qui ignorent la véritable tradition chrétienne à la connaître, à la comprendre d’une façon complète.
Ils auront ainsi une notion plus exacte, plus conforme à la vérité de tout ce qui touche à l’existence des prêtres, à leur manière de vivre et de penser, à leurs influences réelles sur le monde ; ils pénétreront le sens de tous les écrits sortis des mains des penseurs ecclésiastiques qui ont occupé une si grande place dans la littérature de tous les temps et dont plusieurs, tels que Fénelon et Bossuet, sont encore présentés comme des modèles à notre jeunesse studieuse. Nous leur permettrons aussi, par cette révélation, de mieux comprendre la réalité historique, de retrouver dans le passé l’effet puissant et continu des idées qui ont cheminé derrière les manifestations extérieures du culte, et de découvrir aujourd’hui encore autour d’eux, les mêmes usages, les mêmes conspirations mystérieuses de femmes et de prêtres unissant dans un même idéal, leurs aspirations de luxure et de domination (1). Quant à ceux qui connaissent déjà le mystère que nous allons dévoiler, notre travail actuel ne leur sera non plus sans utilité ; ils y trouveront l’occasion de réfléchir à la vérité en elle–même, dépouillée de tout l’appareil du culte ; ils pourront se demander s’il ne convient pas de laisser là les vieilles formes mensongères qui entourent la doctrine de leur Maître, s’il ne faut pas dire purement et simplement, sans réserve et sans fausse honte, devant le monde entier, ce que le Christ a enseigné à l’oreille de ses disciples, afin que ce qu’il peut y avoir de vrai, de bon, de juste dans cette tradition devienne le patrimoine commun de l’humanité et cesse d’être le privilège d’une association de soi–disant élus qui, tant qu’elle vivra dans l’oisiveté aux dépens des travailleurs, ne saurait être le véritable guide moral du monde.

II

Abordons le sujet principal qui nous occupe et ouvrons l’Évangile de Saint–Jean, au chapitre VI, v. 47 et suivants. Voici les paroles sur lesquelles est fondée l’institution de l’Eucharistie :

47. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi à la vie éternelle…
48. Je suis le pain de vie.
49. Vos pères ont mangé la manne dans le désert et ils sont morts.
50. C’est ici le pain qui est descendu du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.
51. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement, et le pain que je donnerai, c’est ma chair que je donnerai pour la vie du monde.
52. Les Juifs donc disputaient entre eux : « Comment cet homme peut–il nous donner sa chair à manger » ?
53. Jésus leur dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis Si vous ne mangez de la chair du fils de l’homme et si vous ne buvez son sang, vous n’aurez point la vie en vous–mêmes ».
54. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour.
55. Car ma chair est véritablement une nourriture et mon sang est véritablement un breuvage. [113]
Posons–nous d’abord cette question : Comment un homme peut–il faire manger sa chair et boire son sang sans se couper, ni s’arracher un membre, sans se blesser, sans porter atteinte à l’intégrité physique de son corps ?
Ce problème comporte une solution et n’en comporte qu’une seule. Nous n’avons donc pas le choix ; nous sommes obligés de la prendre telle que la science nous la fournit : la semence procréatrice de l’homme est une matière comestible, semi–solide, semi–liquide, qui peut donc être mangée ou bue ; elle est à la fois la chair et le sang de l’homme de qui elle provient, parce que c’est en elle que se trouve le germe de sa descendance possible, laquelle est la chair de sa chair et le fruit de son sang. Ce n’est donc que sous les espèces du sperme que la chair de Jésus–Christ a pu être véritablement une nourriture et son sang véritablement un breuvage.
Mais nous avons vu que, selon l’enseignement du Messie, il fallait absolument manger cette chair et boire ce sang, pour obtenir la vie éternelle.
Dociles à cette injonction, quelques fidèles vont donc s’approcher de leur Maître et recevoir de lui quelque parcelle de la sainte substance qui les immortalise.
Mais après eux, une fois le Maître parti, qui pourra le remplacer, qui pourra continuer ses largesses célestes ? Qui pourra encore inviter les pauvres humains au festin du royaume de Dieu ? Le verset suivant va nous répondre sur ce point.
56. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui.
Voilà la base de l’extension indéfinie de la personne de Jésus, de sa présence universelle parmi tous les membres de son Église. Chacun de ceux qui ont eu part à la sainte Communion de la chair et du sang devient, par le fait même, un nouveau corps du Christ, un prolongement de la personnalité du Maître ; chacun de ceux–là est, à son tour, une source sainte où d’autres fidèles peuvent venir puiser et les explications données par la bouche du Sauveur et les eaux vives de la régénération spirituelle dans la substance desquelles se propage sa Divinité.
De transmission en transmission, le même acte toujours répété avec les mêmes paroles et les mêmes effets fait encore vivre au milieu de nous, en des milliers d’endroits différents, la figure du fondateur du christianisme.
La promesse même de la vie éternelle se trouve implicitement garantie par la thèse du v. 56.
Le fidèle se sait, par la parole du Christ, si intimement uni à lui qu’ils ne font plus qu’un ; or, la tradition lui rapporte que son Maître a franchi victorieusement les épreuves de la mort, qu’il est sorti vivant du tombeau et s’est montré à diverses reprises à ceux qui avaient cru en lui ; comme lui, il se croit donc assuré de revivre au–delà du trépas et même, quoi qu’il ait fait, quelques crimes qu’il ait commis, il compte sur un avenir éternel de béatitude. N’est–ce pas le Christ, selon sa foi qui doit venir juger les vivants et les morts ? Or, on ne peut être en même temps juge et justiciable, et lui, fidèle chrétien, Christ lui–même par le mystère de la sainte Communion, sera donc, à ce moment redoutable, sur le trône divin et non sur le banc des accusés.
Ainsi nous voyons que cet acte, si simple en apparence, suffit pour expliquer l’extension énorme du christianisme et les manifestations les plus visibles de son culte.

III

Cette pratique n’était pas nouvelle, Jésus n’en était pas l’inventeur ; elle n’aurait pu avoir d’ailleurs un effet aussi profond sur l’esprit de ceux à qui elle était révélée, si elle n’avait eu antérieurement des racines vivaces dans les mystères de la théologie.

Sondez les Écritures, dit le Christ, car c’est par elles que vous croyez avoir la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi. (Saint Jean, v. 39).
Et véritablement, si nous sondons les Écritures, c’est–à–dire si nous cherchons à nous rendre compte du sens caché sous les allégories de l’Ancien Testament, nous voyons fourmiller à chaque page les allusions à la spermatophagie sacrée, mystère traditionnel de la caste sacerdotale, marque cachée du ministère divin et de l’intelligence supérieure des prêtres.
Nous n’en citerons ici que quelques–unes, laissant au lecteur le soin de s’édifier par ses propres recherches, pour le surplus. La première image connue de tous, et rappelée d’ailleurs dans les versets cités plus haut, se trouve dans la manne du désert, nourriture spéciale donnée miraculeusement à son peuple élu. Le désert représente souvent, dans les Écritures, la solitude où doit se retirer le prêtre pour exercer sa dévotion suprême et recueillir la substance divine.
Une seconde figure allégorique plus développée est offerte par le sacrifice d’Abraham qui consent à immoler son fils pour satisfaire à la volonté divine ; en réalité, Dieu n’exige pas de lui l’accomplissement parfait de cet holocauste, il suffit qu’il fasse le geste d’y obtempérer, et c’est bien là ce que fait le prêtre en offrant à la divinité l’hommage de ce qui pourrait devenir son fils, si le temps et les circonstances étaient autres.
Enfin, nous signalerons encore l’arbre de vie du paradis terrestre dans la Genèse. Le fruit de l’arbre de vie est défendu aux hommes ; si ceux–ci en mangeaient, ils deviendraient semblables aux dieux, c’est–à–dire aux prêtres connaissant le bien et le mal. Ces images et ces explications deviennent fort claires lorsqu’on connaît les pratiques et les usages auxquels elles font allusion.
Mais les textes de l’Ancien Testament ont été eux–mêmes inspirés par la tradition religieuse antérieure, qui s’est épanouie dans la péninsule hindoustani, et qui a laissé des traces faciles à retrouver sous la forme d’une littérature sacrée dont plusieurs monuments sont à notre portée, ayant été traduits récemment en langue française.
Nous prendrons pour guide dans ces recherches « le Chant du bienheureux », ou Bhagavad–Gitâ, traduit du sanscrit par Émile Burnouf, et où nous retrouvons dans un langage plus explicite la même pratique traditionnelle de la spermatophagie sacrée, glorifiée comme étant l’unique moyen d’arriver à saisir Dieu, à s’unir à lui, à vivre dans une sainte perfection.
VI. 27. Une félicité suprême pénètre l’âme du Yogi ses passions sont apaisées ; il est devenu en essence Dieu lui–même, il est sans tache.
28. Ainsi, par l’exercice persévérant de la Sainte Union, l’homme purifié jouit heureusement dans son contact avec Dieu, d’une béatitude infinie.
29. Il voit l’âme résidant en tous les êtres vivants et dans l’âme de tous ces êtres, lorsque son âme à lui–même est unie de l’Union divine et qu’il voit, de toutes parts, l’Identité.
Cette union avec Dieu s’accomplit par un acte.
V. 5. Le séjour où l’on parvient par les méditations rationnelles, on y arrive aussi par les actes de l’union mystique, et celui qui voit une seule chose dans ces deux méthodes voit bien.
Le prêtre doit s’y livrer dans la solitude.
VI. 10. Que le Yogi exerce toujours sa dévotion seul, à l’écart, sans compagnie, maître de sa pensée, dépouillé d’espérance.
Pour trouver Dieu il s’adressera à sa force masculine, à sa puissance reproductive.
VII. 8. Je suis, dit Dieu, la force masculine dans les hommes.
X. 39. Ce qu’il y a de puissance reproductive dans les êtres vivants, dit encore Dieu, cela c’est moi.
Il trouvera le principe d’immortalité dans sa propre semence. »
[114] ...

… et cela nous amène aux XI°.
Saint–Marcq appelle tout cela « agape, du grec agapô, j’aime. » Bien avant que Crowley.
En 1910, suit la continuation du Saint–Marcq : « Les Raisons de l'Eucharistie », d'où rien de notable semble pouvoir être tirée.

Fait intéressant, l'homéopathe Krumm–Heller voit le sperme comme semi–liquide / semi–solide. Pour lui, ce liquide astrale est le « médiateur », c'est–à–dire « Cristo », d'où l'on peut conclure que la puissance et l'essence du vrai médiateur se trouvent dans la moelle épinière et dans les organes génitaux. [115] Krumm–Heller, cependant, lutte pour l'androgynie, a besoin de la femme et rejette la masturbation et l'homosexualité.
Krumm–Heller : « Dans l'acte sexuel, Dieu doit être séparé de la bête, l'ange du mâle courageux. La volupté charnelle a été celle qui a le plus dénigré l'homme, et nous devons garder à l'esprit qu'à ce moment, dans une extase d'amour, confondu avec le féminin [...] Quant à la Trinité, le Dieu–Père à un extrême et le matériel à l'autre, ne peuvent être entremêlés que par le Christ comme lien de connexion, mais le Christ ne peut rien faire sans Serpent, puisque la force et la puissance n'y résident que dans ses mystères, nous trouvons la physiologie pure, le Père est la tête, le cerveau incréé, à la base et à l'opposé, le matériel, l'organisme dur conçu par la chair. Au milieu, le liquide, le sperme créé par lui–même. » [116]



Mystères de la Pansophie 1926

Extraits des lettres de Heinrich Tränker à une sœur de l’Ordre [117]

11.9.1926 « Chère sœur Jehewida ! [118] [...] Vous ne devez cultiver aucun rapport sexuel pour le moment, de sorte que votre aura magnétique devienne plus forte qu'avant. Puis vient ici la prise en charge sexuelle, à savoir la vulve, qui est Yoni, doit être préparé d'une certaine manière, le droit de prendre le phallus, l'élément divin dans toutes les vraies religions anciennes du monde et de déclencher le but principal d'une certaine quantité de liquide alimentaire lequel le fluide est une grande signification magique et l'application est [...] par conséquent, votre nature entière doit changer afin de générer beaucoup de fluide, que vous devez enlever tout passif et certainement besoin d'être chaud et plein de sang dans vos tempéraments afin que suffisamment éloignés et peut être collecté. Parce que cela amène tout le magnétisme en mouvement et le mouvement c'est la vie et la vie c'est l’amour ! Est–ce que tu me comprends, Jehewida ? ‘ L'amour est la loi, l'amour sous le contrôle de la volonté ! ‘ [119] Pensez–y, s'il vous plaît. Dans l'acte, tout sentiment doit parer la volonté, c'est divinement dirigé, par conséquent, tout l'acte sexuel devient un sacré sacrifice divin, mais pas de méchanceté ou même quelque chose d’immoral ! Le ministère de l'organe mâle et femelle a été un rituel sacré dans tous les mystères majeurs, car il était cosmique [...] De plus, vous obtenez grâce à cette union sexuelle d'une force magnétique miraculeuse transférée de moi, qui peut être tout point fort de votre vie [...] Enfin, vous avez ma photo de passeport ci–dessus [...] La photo est magique et vous apporte beaucoup de joie là–bas. Mettez seulement pendant un certain temps sur le front ou sur la poitrine [...] S'il vous plaît me donner des messages détaillés sans avoir honte de ce qui revient la pêche, mais la pruderie est [...] Je vous conseille également de maintenir votre Corps dans le naturel. Développez toutes les caractéristiques réelles des femmes comme une pleine poitrine serrée, parce que ce sont de haute qualité et le développement des bassins de haut degré d’Od et seront usés pour le développement du chakra de la poitrine, un centre occulte dans le corps [...] De même, devraient être systématiquement maintenues les parties génitales externes et internes, de sorte qu'une expansion de la même chose est strictement évitée à nouveau [...]. »

19.10.1926 « [...] Les femmes qui représentent l'élite de l'élégance, la beauté et la connaissance de l'amour, se trouvent dans tous les principaux endroits où il serait insensé de rester longtemps dans les préfaces [...] Ces sécrétions fluidiques dans la Loi sont les substances magiques les plus miraculeuses qui étaient des choses très saintes dans beaucoup de cultes religieux antiques ! [...] Les organes et toutes les glandes correspondantes doivent être pleinement stimulés, de sorte que le courant de la vie puisse se précipiter. Une règle kabbalistique dit aussi : Dans les organes du corps qui sont les plus vivants (les 6 organes) est Dieu utilise le plus proche de vous [...] Ils sont au plus haut dans la perfection de la vie d'amour, magistralement la technique et par conséquent – pour obtenir l'élixir le mieux préparé [...]. »

8.11.1926 « [...] sont en effet qui induisant des fluides à la véritable acte sexuel comme tous–importants, jus de vie nobles qu'il est nécessaire de produire ici en grande quantité possible, car ils sont le soutien direct du Lebensod magnétique et ont des rayonnements merveilleux et les forces. Par conséquent, les deux parties doivent comme des pôles opposés qu'ils utilisent correctement et utiliser le savoir après avoir éjaculé par les manipulations connues sa création tenant de pièces qui sont des moyens éjaculés. Les deux devraient donc être collectés pour ces fins magiques avec de petits vaisseaux afin d'assurer une utilisation correcte [...] Indiquez en quelle force et en quelle quantité votre précieux liquide sexuel s'est écoulé, essayez de le mesurer d'une manière ou d'une autre. (Dé à coudre, etc.) [...]. »

27.12.1926 « [...] Comme vous l'avez lu dans la lettre de ma femme, comme toujours, quand elle voyage seule, elle est extrêmement jalouse. Elle–même n'est pas dans l'Ordre [...] Elle ne pense qu'à deux, c.à.d. elle met toute sa vie sur deux ou quatre pattes et, comme toute expérience l'enseigne, le non–sens [...] Jamais ma femme ne peut me donner le grand amour dont j'ai besoin. Ce n'est que dans l'homme libéré, que nous amenons vers un amour supérieur illimité à travers notre sublime vision divine du monde – Tout est Dieu – deviendra aussi le dernier vestige du péché sexuel entre deux personnes, un sentiment de culpabilité de toutes les personnes non libres éliminé [...] Cent fois j'ai dit à ma femme qu'il était le meilleur pour eux et pour moi, quand nous nous sommes séparés, car oui est aussi le mariage sans enfants [ ...] Très aimée Jehewida, vient avec votre petite tête, avec votre douce Mundelein, dur comme je vous presse pour moi, toujours plus fermement et te lèche [sic] et vous embrasse, mon or fidèle amour et sœur. »



De l’être féminine et des vibrations vaginales


Le sujet de la misogynie dans les religions et dans l'occultisme est difficile à éruir dans cette étude. [120] Mais, il est symptomatique, cependant, que le prophète libertiniste du Nouvel Éon, Aleister Crowley, et son quasi–homologue, l'ascète Arnoldo Krumm–Heller, représentent tous deux en théorie et en pratique une misogynie qui contredit les revendications d'une meilleure race humaine. [121]
Dans la Fraternitas Saturni, la misogynie semble même programme. Complètement crûment, son fondateur Eugen Grosche (1888–1964) fait les déclarations les plus flagrantes. Pour des raisons d'espace, seuls quelques–uns sont cités ici : « Dès le début, la femme est l'ennemi et le principe opposé est l'homme ». « Certainement pas chaque vache est un prédateur et pas chaque animal maternel humain est une créature démoniaque. » Le mariage conduit à « la domestication de l'homme ». Alors que pouvez–vous faire à ce sujet ? « Dans le mariage, la volonté de l'homme doit dominer ». « Par la spiritualisation délibérée de la femme, l'influence purement sexuelle–instinctive de la femme sur l'homme est brisée avec le temps ». « Bien sûr, cette transformation prévue et réelle de la féminité dans l'âge à venir ne se fera que lentement au cours des deux mille prochaines années, mais ce processus de devenir a déjà commencé Les membres et les épaules sont élancés et longs, la démarche et la posture sont droites, le bassin peu développé, l'expression des yeux froide et hautement intellectuelle, la bouche serrée, le type apparaîtra et prévaudra, contrairement à au type de mère maintenant dominant. » Grosche n'admet à la nouvelle femme émerveillée qu'un vieux rôle nouveau : « être une maîtresse qui rencontre tous les désirs sexuels et érotiques de l'homme ». Néanmoins, la F.S., la « seule loge magique et savante », « accueille encore les femmes », car elles sont au moins « appropriées comme facteurs auxiliaires de la magie expérimentale et aussi du mysticisme sexuel cultuel ». [122] Utilisez « l'allégeance sexuelle consciemment obtenue. » [123]
Après avoir pris connaissance de certaines irrégularités dans la conduite de ses prédécesseurs saturniens, Dieter Heikaus (Set–Horus, le Grand Maître de l'Ordo Saturni) (1942–2007) espère laconiquement que l'effet cathartique de la démystification de « tailles magiques » (Grosche et Alii) consistent également que les idoles supposées remontent sur le trône comme des dieux. [124] Courageusement, l’Ordo Saturni et son Cercle Pentalpha conduisent « le travail du sexe magique de l'ancienne ‘Fraternité de Saturne’ » qu'en 1975, à la suite de l'avoir devenu «généralement ablati » après avoir fini les « travaux du 18° degrés ». [125] On parle du menstruum de l'énergie magique, de la substance rouge de la source féminine et du parfum de la sueur.
« L'intérêt occulte est dirigé vers les vibrations vaginales ou les kalas. Scientifiquement, quatorze sécrétions physiques féminines sont connues, occultement quinzième et seizième, émanant seulement des Suvasini. En absorbant les kalas, le magicien peut élargir sa conscience. Il lui est possible de se trouver face à face avec les dieux, de sorte qu'une communication surnaturelle a lieu ». [126] Le Travail Pentalpha sert aussi à l'animation de l’Égrégore de la Loge. [127]



Gnose dans l’Appenzell ? – Un petit catalogue


Aussi à Stein dans l'Appenzell (le canton dans la Suisse où l’O.T.O. de Hermann Joseph Metzger opérait), « la beauté et l'extase remplacent les tabous de la société précédente ». « Á travers une période d'hérétisme dans le mariage – dévotion envers les autres et pas seulement vers le mari – la déviation dans le mariage des lois naturelles des substances doit être expiée, la bonne volonté de la divinité recueille à nouveau, » parce que les « Européens manquent l'institution bénie de la polygamie. » « Chaque mariage dissout la matière et crée moins de matière. » La tâche de la femme : « Érotique et les sens – ceux–ci sont la porte d'entrée vers le monde extérieur. La femme détient la clé. » Les femmes devraient être les gardiennes de la gentillesse, de la loyauté et de la moralité. Ils pratiquent la contraction des muscles du sphincter du vagin ; comme prophylaxie contre les maladies vénériennes, le lavage à froid des organes sexuels est recommandé ; « L'homosexualité est terriblement répandue ». « L'onanisme est un fléau. » Le remède, d'un autre côté, est la « circoncision ». On est contre le yoga [ ! ], parce que seule l’entraînement autogène est considéré comme « le fruit le plus mûr de la poursuite du dépassement de soi » ; « L'homme a son séjour après sa mort sur le plan astral où surgit une interaction avec les réactions nucléaires des bombes atomique, où la fusion des noyaux d'hydrogène (au soleil) facilite la manifestation des pouvoirs divins. » [128] Des nuages pénètrent la radioactivité ; les pierres vivent, on propage une homéopathie comme « médecine électronique » que « le mystère de la maladie, principalement de la maladie explique, » parce qu’ « il est probable que les métaux ou gemmes peuvent influencer localement la circulation électronique » ; La maladie ou une jambe cassée sont le résultat de la pensée erronée, on est opposé à la vaccination obligatoire et pour le végétarisme. [129]
Alors que le Gnosticisme de Reuss serait attribué au Manichéisme, Krumm–Heller se rapproche des Gnostiques de Barbelo. Dans les séminaires de Hermann Joseph Metzger à Stein, l'accent est également mis sur la « Pistis Sophia » [130] et sur l'Évangile de Thomas trouvé à Nag Hammadi. [131]
Le « Programme de Travail » répertorie toutes les religions possibles et s'adresse également à ses étudiants avec un cours de « théologie thélémique ». Le questionnaire joint au programme de travail ne concerne pas seulement les couleurs préférées, mais aussi le « but de la vie ».
« Rassembler les pouvoirs procréateurs volés et abusés et les livrer à leur propre place est l'œuvre de la Grande Mère de l'Âme du Monde. » [132] « N'embrasse pas une simple Marianne ou Mélusine : elle est Nuit elle–même. » [133] « La rédemption consiste qu’on retire sa semence du destin terrestre et la renvoie à sa source originelle. » [134] « Aux organes sexuels sont les extrémités de tous les nerfs créés par la nature pour la sensation spéciale qui, à la fin du processus sacré l'union est créée, l'orgasme. » [135]

Le 23 octobre 1950 Metzger laisse Eugen Grosche dans l'obscurité à propos de sa vision des « secrets les plus importants » de l’O.T.O. (« si je nie ou j'approuve »). Même Karl Germer ne sait rien de spécifique à propos de l'attitude de Metzger à l'égard des grades O.T.O. gnostiques sexuellement magiques : « Ce que j'aime savoir, c'est dans quelle mesure il possède la littérature secrète des VII°, VIII° et IX°. Jusqu'à présent il était prudent et a fait attention de ne pas en dire trop. » [136]
Adolf Hemberger explique après les rapports scandaleux de Horst Knaut : « Fr. Paragranus [H.J. Metzger] se distingue clairement lui–même et son O.T.O. de toute magie sexuelle exotériquement pratiquée. » [137] Si Metzger fait la distinction entre la magie sexuelle et la gnose du sperme, alors Paragranus n'a fait aucun mensonge.
La messe gnostique du renégat O.T.O./Ordre Illuminati de Walter Englert à Francfort « est orienté sur le culte d’Isis. » [138]

Comme Metzger se distancie avec véhémence de la magie sexuelle pratiquée, on se demande comment il est d'accord avec l'héritier annexé des gnostiques libertins Reuss et Crowley. L'ambivalence du système barbeliotique de la « Pistis Sophia » – parfois ascétique, parfois transmise de manière libertiniste – fait certainement du très bon travail ici. Aussi le fait que dans Stein les « conversations habituelles [...] sont celles d'un rendez–vous des habitués. » [139] À propos du gnosticisme de Reuss on se tait à Stein, la messe gnostique de Crowley est célébrée jusqu'à la mort de Metzger en 1990, plus par besoin religieux et sans interprétation sexuelle magique. Les discussions sont évitées, le libertinisme est présenté comme un malentendu. Peut–être l'attitude libertiniste de Metzger s'exprime–t–elle uniquement par le fait qu'il a clairement approché toutes les dames d'Appenzell et de ses environs à Zurich ? Cependant, le rôle de la femme est au moins intellectuellement émancipé, [140] qui se traduit par Mlle Aschbach comme intérim directeur de la mort de Metzger. [141] Du point de vue kabbalistique–gnostique, la Sophia et la Sephira Chokmah sont associés les uns aux autres ce que nous atterris à la devise magique de Mlle. d'Aeschbach.



Isopathie ?


Même si le sperme est considéré comme porteur du Logos divin, il ne pouvait guère être utilisé comme un remède homéopathique, car la similitude de la dose homéopathique qui basée sur le niveau de symptôme individuel holistique et la particularité d'une maladie supérieure. [142] Pour que le sperme développe des effets pharmacologiques en tant que médicament universel homéopathique, il faudrait d'abord qu'il devienne un médicament et non pas une substance. Tel ne serait le cas que s'il était traité selon la méthode de préparation de Hahnemann, i. transféré de sa matière à son état énergétique. Il serait inutile de l'augmenter si le logo était déjà immanent. Étant donné que l'aspect humain aussi pas éradiqué, mais potentialisé seraient et prédispositions miasmatiques / homéopathiques peuvent être partagées non seulement sur l'ADN, mais l'influence des maladies pendant toute la durée de la partie mère transmet par génération à la génération suivante (par exemple la syphilis ), [143] le sperme doit donc, pour ces raisons, être également sous forme de médicament homéopathique / universel non potentialisé sans considération préalable d'un test de dépistage. Ce problème de sperme idéal dans une substance infectée par le VIH a été systématiquement démontré. [144] La vision de l'homéopathie n'explique pas la contribution de la divinité. Cependant, jusqu'à présent, aucune étude homéopathique avec du sperme, potentialisé ou non, n'est devenue connue, laissant toutes les questions sans réponse.

Une connexion possible de la consommation de sperme avec l'art de la guérison pourrait être établie via l'isopathie. Si l'homéopathie fonctionne avec des substances étrangères, des substances endogènes et des produits pathologiques, l'isopathie attire des substances étrangères et endogènes, par ex. sang et urine, en tant que substance / matière pathogène, même sous une forme potentialisée, avant. Isos pathos signifie égal à la souffrance. Ici la relation spirituelle de l'isopathie avec le sperme diagnostic est révélée. Considérez le schéma suivant :

Arsenic dans l'empoisonnement à l'arsenic
streptococcique pouvoirs dans l'infection streptococcique
spermatozoïdes dans l'empoisonnement du sperme
logos dans l'empoisonnement du logos. [145]


Cela devrait être pratiqué avec la souplesse de pensée gnostique facilement, mais soulève d'autres questions, telles que : quelle divinité ou quel logos actes comme empoisonnement ? – ou si elle ne serait vraiment pas plus facile de continuer l'ancienne gnostique tantrique yogique de s’unir avec le Logos sans concept homéopathique et / ou isopathique?
Il soulève également la question de savoir quel effet la pratique du Califat de chauffer dans le four à 160 degrés Fahrenheit (pour neutraliser le VIH) pris sur l'hôte à la messe gnostique de Crowley (s’il contient de sperme et de sang menstruel) en termes gnostiques, homéopathiques ou isopathiques. L'Amrita devrait–elle coaguler ?



Magie Sexuelle


En 1994, Ernâni de Paula fusionne la Fraternitas Rosicruciana Antiqua (F.R.A.) de Arnoldo Krumm–Heller au Brésil avec la Fraternité de la Rose+Croix (F.R.C.) de Reuben Swinburne Clymer.
Pour tester la compatibilité des deux systèmes, les thèses de Pascal Beverly Randolph (1825–1875) soient référées ici.
Cependant, ce n'est pas le lieu de présenter une biographie de Randolph ou introduire ses enseignements. [146] Pour comparer la magie sexuelle de son Hermetic Brotherhood of Light [HBL] [Fraternité Hermétique de la Lumière] avec celle de l’O.T.O. et de la F.R.A., en 1994 j'ai demandé Joscelyn Godwin, une autorité sur Randolph, pour une hypothèse. Randolph est surtout connu pour son œuvre principale, la « Magia Sexualis » de 1931.

Joscelyn Godwin : « Je pense que la Magie Sexuelle est librement adapté des instructions manuscrites donnés (ou vendus) par Randolph aux membres de Eulis. Mais puisque aucune copie de ces n'est connu, je peux seulement comparer le texte de Naglowska [147] avec (a) les documents d'enseignement diffusés par le H.B. L. dans les années 1880 et 1890 et des travaux publiés de Randolph (b). (a) Les documents de H. B. L., surtout « The Mysteries of Eros », ont été largement adapté par Thomas H. Burgoyne et Peter Davidson de Randolph. Ils comprennent les théories fondamentales de la Magie Sexuelle et les principes de Volantia, Decretism et Posism, mais il leur manque les chapitres sur les correspondances hermétiques (couleurs, musique, substances, etc.) et les instructions détaillées sur les positions pour les rapports sexuels. (b) une comparaison du chapitre sur les miroirs magiques (Magie, ch. XIX) avec sa source à Randolph Seership!, partie II, démontre que l'adaptation est très libre. Plusieurs sections sont laissées dehors, ajouté quelques petites choses. Ceci pourrait être parce que Randolph a écrit une version différente dans ses manuscrits de ce qu'il a imprimé dans ses livres. Mais je ne pense pas que c'est la raison pour laquelle, parce que le style de l'ensemble de Magia Sexualis (imaginer les anglais derrière le texte Français) ne ressemble pas à de Randolph le moins du monde. Je pense donc qu'il est librement adapté de Naglowska, et que, jusqu'à ce que le manuscrit Eulis est découvert, nous ne pouvons pas dire quels détails peut avoir été son propre. C'est pourquoi je suis d'accord avec Gordon Melton que MS n'est pas « écrit par Randolph », mais je pense qu'il est étroitement basé sur lui. Maintenant aux questions concernant la FRA du Brésil, et dans quelle mesure leur vision du monde s'inscrit avec Randolph. Dans le Grand Secret, ou l'amour physiques (San Francisco : Pilkington & Randolph, 1861–62), p. 76–77 et ailleurs, Randolph recommande une forme de Karezza (pesant sans nommer ainsi), dans lequel le fluide de la prostate est éjaculé mais pas le sperme. Il dit que le lecteur a à lui écrire pour obtenir les instructions pratiques, intitulées « La lettre d'or ». Dans ce livre (son premier sur le sexe) qu'il condamne violemment la masturbation, la prostitution et tout rapport sexuel non–aimant, et recommande que le sexe entre amants d’être peu fréquents et réservé pour des occasions spéciales où les deux parties sont plus disposés et habituellement ouverte à la possibilité de conception. Randolph jamais reproduit le Grand Secret, sans doute parce qu'il plus tard est venu à croire que Karezza clochait. [148]Dans les œuvres ultérieures, il appelle la communauté d'Oneida, [149] qui pratique « des masturbationistes. » [150]Mais sans doute il y avait de ses partisans qui n'étais pas d'accord.
Étonnamment, le groupe FRA pouvait à juste titre affirmer être disciples de premier enseignement sexuel de Randolph, c'est–à–dire y compris Karezza. Leur ascétisme, végétarisme,
[151]utilisation du sexe comme un sacrement et du sperme uniquement pour faire des enfants, sont très proches de l'enseignement de la H.B. of L. en vertu de Davidson, qui a estimé qu'il était le travail de « nettoyage » Randolph. L'infériorité de la femme, cependant, n'est pas imputable à Randolph ou le H.B. of L., comme tous les deux de ces regards dans un sens comme un être supérieur. Je pense que c'est quelque chose de la FRA en déduit Pistis Sophia. » [152]

La F.R.C. de R.S. Clymer rejette Karezza. Voir « réimpression de Clymer d'Eulis (appelé l'immortalité de l'amour, Quakertown : Beverly Hall Corporation, 1978, p. 72), [153]qui montre que les Clymer est tout à fait anti–Karezza. « Dans le passage du texte de Randolph où est indiqué (p. 72), que l'homme « effectivement contrôler[s] l'action éjective des navires séminales : mais c'est un homme sage et suicidaire qui tente une chose tellement contre nature et blessantes, « Clymer a présenté une note, que cette méthode peut conduire à des lésions cérébrales et un état pro contaminé et est même pire que la Masturbation. Clymer s'exprime d'une manière excitée de même concernant le Secrétaire International de Jean Mallinger à la FUDOSI, Marc Lanval, qui prend en charge la Karezza. [154]

Alors il demeure totalement incertain ce que pratique la F.R.A./F.R.C brésilienne suivre.
Les distinctions principales du système de Randolph à celui de Reuss et de Crowley : les protagonistes O.T.O. utilise les aspects féminins de leurs partenaires (si peu du moins) que comme nécessairement en mal dans leur magie.

En 1908 Paul Köthner / « Raphaël » a déjà publié avec le théosophe Hugo Vollrath le « Light of Egypt » de Randolph/Burgoyne comme « Hermetische Lehrbriefe » (2ème Edition Révisé 1924). [155]
Ce qui soulève la suspicion que Krumm rencontra ce « Sternweistum und Alchemie » —
Grâce à une nouvelle édition allemande récente de la « Magia Sexualis » de Pascal Beverly Randolph, le lecteur allemand peut une fois s’orienter comment la sexualité religieusement s'habille avec la charge magique des amulettes, du sang menstruel, des miroirs magiques et de l'animation des statues. [156]



Le SI–12 de Samaël Aun Weor


La magie sexuelle du Mouvement Gnostique colombien de Samaël Aun Weor (Victor Manuel Gomez Rodriguez, 1917–1977) est basée, comme de nombreux groupes de F.R.A., sur l’évasion de l'éjaculation. [157] Weor parle dans plus de 45 livres des cultes du soleil phalliques et des mystères sexuels et se détourne des « guerres terroristes, la prostitution, la sodomie à l'échelle mondiale, la dégénérescence sexuelle, la drogue, l'alcool », [158] « fornication », « l'adultère, la prostitution, l'homosexualité, pédérastie, masturbation », [159] etc.
Depuis les rituels d'initiation de la F.R.A. de Krumm–Heller sont utilisés dans certains des différents Mouvements Gnostiques de Weor, [160] sa Gnose est présentée ici. Comme beaucoup de magiciens sexuels, nous trouvons le Temple de la Sagesse de Weor dans le phallus et l'utérus. Le chaos (biblique) correspond au sperme, tout dans l'univers est sexualisé, soit pour des raisons sexuelles, soit pour l'éteindre. Au centre de la terre se trouve Satan, le sexe en soi, où le phallus noir de Shiva pénètre dans le vagin. Le salut et l'illumination apportent à eux seuls la magie sexuelle sans éjaculation, la magie de l'Âge du Verseau. Dans les fluides sexuels (sperme et sécrétions vaginales), il y a un hydrogène sexuel, appelé SI–12, qui se transforme en or dans le corps astral. [161] Et la technologie? Sur la base de la méthode Karezza de Thomas Lake Harris (1823–1906), l’homme et la femme s'allongent ensemble, leurs plexus solaire / poitrine se touchent – vers l 'extérieur : androgyne. L'homme commence la pénétration si lentement que l'hymen reste indemne et la femme vierge. Des années de pratique propulse la Kundalini au sommet de la colonne vertébrale, alors que les deux partenaires abandonnent leur personnalité terrestre. – Dans le système de Weor, pour les femmes l'initiation la plus élevée et tout développement gnostique ne sont pas possible. Comme dans le bouddhisme et dans la plupart des gnostiques, la femme est réservée à la réincarnation en tant qu'homme afin de se développer davantage. [162] Weor lui–même voit sa Supra–Sexualité comme une continuation des techniques de « Brown, Dr. Krumm Heller et Jung ». [163]

Weor sur ceux qui éjaculent : « Moises, le grand initié, condamne le sperme qui s'écoule ... Le ténébreux Parsival Krumm Heller et l'horrible magicien noir Cherenci enseignent à répandre le sperme. Comme cyniques! Quels gangsters! Ces gangsters, ces ténébreux qui enseignent la magie sexuelle négative. magie sexuelle négative. Cette classe de cultes vient du culte de l'horrible déesse Kali ... la magie noire de l'Atlantide ... Avec ces cultes tantriques le serpent se réveille négativement et descend vers l'enfer atomique de l'homme, alors il devient l'horrible queue des démons ... Avec ces cultes périrent les cannanites et les habitants de Carthage, Tiro et Sidon, avec ces horribles pratiques l'Atlantide s'effondra : ce sont les cultes qui font des hommes la bête des sept têtes dont l'Apocalypse nous parle ... Tous les instructeurs qui enseignent à répandre le sperme sont des magiciens noirs ». [164]

Les groupes de Weor s'effondrent après sa mort. Le répertoire gnostique sur des « cercles magiques », « drogues à rejeter », « sexologie, (sous–, super– et sexualité normale) », « Lucifer, diable et Satan » s'enrichit dans certaines factions d'une boisson spécifique contenante des larves attaquantes l'ego. [165]



Comparaison avec le Lectorium Rosicrucianum [166]


LR : « Il n'y a aucun passage connu de l'Evangelium Pistis Sophia, qui a une référence directe à la question de végétarisme. Sans doute pour la simple raison, que pour le chercheur sérieux de mystères gnostiques, c'est évident et va de soi. Bien sûr manger de la viande se connectera l'homme avec les éthers subtils des animaux. [...]
Homme et femme ont et ont toujours eu les mêmes possibilités, de s'engager dans la voie de la rédemption. Bien sûr les exposants historiques de la femme sont à peine connus en raison de leur position discriminée dans le passé. La voie gnostique initiatique n'a rien à utiliser avec un sublimée de la puissance humaine générative. La séparation humaine de hausse de la vie dans les deux sexes est le résultat du décret – d'urgence pour notre monde dialectique déchu. L'objectif central de la procréation est donc explicable à partir de et applicable à la nature de la naissance et la mort, et pour cette raison n'est aucunement adapté comme un moyen de la rédemption. Son but et sa justification positive ce qui se trouve uniquement dans sa tâche de préserver l'espèce humaine. Pour cette raison, la sublimation dans le sens de la méthode Karezza que vous mentionnez ne peut créer un changement dans la conscience au sein de notre nature, mais il manque la base fondamentale pour la libération de cette Nature.
Si dans certains milieux, on parle de pratiques sexuelles et orgies au sein de la Fraternité Gnostique, il ne peut y avoir aucune possibilité qu'elles soient originales et confréries de bonne foi.
[...] Une caractéristique fondamentale est le soi–disant hermaphrodisme, c'est–à–dire, [l'humain régénéré] est androgyne, homme–femme dans l'une et donc parthénogénétiques. En ce moment, le conflit de séparation entre les sexes est fondamentalement résolu. Quand on parle dans l'Evangelium Pistis Sophia de l'aide « mâle » de Jésus pour la « femelle » objet Pistis Sophia, puis on entend l'union de l'âme avec l'esprit, le mariage alchimique de la mariée et le marié. La même union peut avoir lieu dans l’être réincarné de l'homme ou la femme. » [167]
Les deux ont les possibilités fondamentales pour la rédemption enfermé dans la latence [...] aucune distinction dans le sens biologique du terme, plutôt une explication des processus d'un système bipolaire dans l'Omniverse. » [168]

Jan Van Rijckenborgh (fondateur du LR) laisse complètement disparaître les chapitres 136–148 sur le sperme gnostique dans sa traduction du « Pistis Sophia » pour son Lectorium Rosicrucianum. [169]



Il y a des autres ?


Dans le conglomérat de l’Ordo Templi Orientis Antiqua l'Absolu émane une Trinité, qui est la source de Lucifer et Sophia : polarité masculin–féminin. Si Michael P. Bertiaux (Chef de l'OTOA) suit l'opinion de l’Abbé Boullan, alors l'acte sexuel est une souillure ou le sacrement des sacrements, selon que les participants suivent les règles de sainte lois. Depuis l'OTOA combine de systèmes différents, chacun peut se servir ad libitum. [170]



NOTES DE FIN


[1] Claude Lévi–Strauss : « Tristes Tropiques », 1955. Aussi Karl H. Frick : « Das Reich Satans. Satan und die Satanisten 1 », Graz 1982.

[2] Cela s'applique même à la Scientologie, qui se réfère aussi à elle–même comme gnosticisme, L. Ron Hubbard, essai du 5 juin 1984, « False Purpose Rundown ».

[3] On interprète aussi le Liber AL de Crowley, où Nuit dans le premier chapitre, verset 65, parle de l'orgasme : « A moi, à moi! ».

[4] Peter Sloterdijk / Thomas Macho : « Weltrevolution der Seele » I, Munich 1991, 19.

[5] ibid., 42.

[6] Bien que ce soit presque la recette pour les hôtes de Crowley, la citation provient d'un script de 1500 ans. Carl Schmidt: « Koptisch–Gnostische Schriften », Volume 1, Leipzig 1905 (4th Edition Berlin 1981) : « Pistis Sophia », 251.

[7] Dans le Manichéisme, la matière est le mal, un lieu de corruption / déclin. Bien que le Manichéisme s'exprime explicitement comme ascétique dans ses écrits (pas de viande, pas de mariage, pas de rapports sexuels), il y a néanmoins d’autres interprétations. Par exemple dans : « Die Gnosis » Volume 3, publié par. J.P. Asmusen et A. Böhlig (Zurich/Munich 1980), 194. C'est un aspect intégrant du manichéisme que les anges s’unissent avec les archontes (explication dans la note suivante) et par conséquent résolvent leurs « mauvais ». En mariant le bien avec le mal, les âmes seront lavées et ce qui reste est « mélangé avec toutes les espèces sur Terre ». (Source comme auparavant, 224)

[8] Par exemple, le serpent mordant sa propre queue se trouvent sur la couverture du « Aufbauprogramm und Leitsätze der Gnostischen Neo–Christen OTO » (dans « Der Kleine Teodor Reuss Reader » ed. P.R. König, Munich 1993, appendice documentaire dans la version imprimée seulement) de Theodor Reuss. Le serpent symbolise l'union sexuelle de l'homme et de Dieu : sexuellement magique c'est le spermatozoïde.

[9] Voir Theodor Reuss / Aleister Crowley : « Liber Agape », par exemple dans Tony Naylor / P.R. König : « O.T.O. Rituals and Sexmagick », Thames 1999.

[10] Voir le rituel eucharistique dans P.R. König : « Ein Leben für die Rose », Munich 1995, 174. Un autre Version en ligne.

[11] 3e édition, Buenos Aires Press 1985, 13 (1er Edition 1931).

[12] Carl Schmidt: « Koptisch–Gnostische Schriften », Volume 1, Leipzig 1905 (4th Edition Berlin 1981). E.C.H. Peithmann utilise certainement l'édition Schmidt pour son catéchisme gnostique.

[13] Voir la misogynie de Krumm–Heller dans le chapitre « Le conquérant du graal ».

[14] Le monde vrai de l'autre monde, plénitude des éons, lieu de la divinité.

[15] Cela signifie–t–il peut–être la distinction johannique entre dans–le–monde et du–monde : le non–lieu où naît la Gnose ?

[16] Archontes sont les pouvoirs qui asservissent les gens et peuplent l'Univers subdivisé comme une pelure d'oignon. L'Archonte Singulier est le Démiurge, le créateur de monde / mondial. Les Babyloniens, les Mayas, Homère, Aristote, Ptolémée, Platon et beaucoup d'autres, (en fait chaque école de philosophie et chaque philosophe) ont représenté leur propre modèle de ces pouvoirs, jusqu'à ce que Nicolas Copernicus (1473–1543) a annoncé l’Astronomie moderne en 1543 avec son « De revolutionibus orbium caelestium ». Cela déplaça l'Univers Gnostique vers l’intérieur, et ses protagonistes parfois même hors–monde / extraterrestres.

[17] Épiphane (mort 403), « Panarion » 26 : cité par exemple, dans Robert Haardt : « Die Gnosis » (Salzburg, 1967), 66. « Die Gnosis » Vol 1, publié par E. Hänchen et M. Krause (Zurich/Munich 1969) donne également un aperçu instructif du témoignage des pères de l'église.

[18] Leonhard Fendt traite du sperme gnostique Barbelioten dans son livre « Gnostische Mysterien », Munich 1922/1980. Il semble, cependant, que Krumm–Heller n'est pas très familier avec la littérature gnostique, sinon il se serait distingué de ces Barbeliots.

[19] En Thelema, nous trouvons une union entre « gluttony » et « repas d'amour à la fin de l'union sexuelle », dont sont accusés les Carpocrates et les Ophites — Kurt Rudolph : « Die Gnosis » (Göttingen, 1980, 2. Edition), 269 ; Hans Jonas : « Gnosis und Spätantiker Geist » (Stuttgart, 1934), 361.

[20] Schmidt, 251, 304.

[21] Arnoldo Krumm–Heller : « La Iglesia Gnóstica », Berlin 1931, 71.

[22] En même temps, Peithmann s'éloigne de Crowley.

[23] Wilhelm Bousset : « Hauptprobleme der Gnosis », Göttingen 1907, 340.

[24] Dans le Lectorium Rosicrucianum, le PS reçoit également beaucoup d'espace. Le système gnostique du LR est un Valentinianism ascétique extraordinairement complexe dans le Christ,est un faux sauveur, les Archontes sont des dieux de race, et même Barbelos est un homme : le fils de fracturation. Les membres du LR s'appellent eux–mêmes francs–maçons, dont les organes internes deviennent sensibles aux lignes de force électromagnétiques gnostiques. Dans les années 1960, le groupe a publié un magazine « Ekklesia Pistis Sophia » (Plus de lit:. JV Rijckenborgh: « Die gnostischen Mysterien der Pistis Sophia », Haarlem 1992, « Das Evangelium der Pistis Sophia » (2e édition) Bad Teinach–Zavelstein 1991. Ici, les chapitres 136–148 manquent, qui prennent relation spéciale avec le sperme–gnostiques).

[25] Voir aussi « Agape » de Heinrich Tränker dans P.R. König : « Ein Leben für die Rose »,Munich 1995, 153.

[26] Voir P.R. König : « Der Grosse Theodor Reuss Reader », Munich 1997, 226.

[27] Les Naassènes et les Valentiniens croient que seuls les hommes peuvent entrer dans le « Royaume des Cieux ». Kurt Rudolph: « Die Gnosis », 2e édition Leipzig 1980, 292.

[28] « Rosa Cruz » 1 ; 27, Berlin, avril 35, 8.

[29] David Bowie dans « Lucy Can 't Dance » sur « Black Tie White Noise, », 1993.

[30] La traduction éditée par E. Amelineau est recommandée dans la revue « La Gnose » de Joanny Bricaud (Paris, janvier 1910, p. 36). Comme dans le Lectorium Rosicrucianum, le texte est attribué à Valentinus.

[31] A l'imitation de l'Eglise Catholique Romaine, le Patriarche Gnostique est choisi par le « Très Haut Synode des Evêques Gnostiques » – bien sûr par le bon vouloir du « très Saint Plerôme » Joanny Bricaud : « Homélie », Lyon 1908, 3. Donc un évêque Gnostique est « sélectionné » et « élu » en même temps. Voir P.R. König : « Ecclesia Gnostica Catholica », Munich 1998.

[32] Qui, avec Gérard Encausse / Papus (entre autres) a été élu évêque le 18/09/1892 par le 2ème patriarche de l'Église Catholique Gnostique (Bernard Raymond Fabre des Essarts / Synesius).

[33] En trois volumes jusqu'à 1900.

[34] Série d'articles « La Magie dans le Gnosticisme » dans: « La Gnose », année 1909–10 ; Fac–simile dans P.R. König : « Ecclesia Gnostica Catholica », Munich 1998.

[35] Leipzig 1907, II : 402–403.

[36] Par exemple, 1909–1910 : « Catéchèse Gnostique », en 1913 le « Bref Exposé de la Doctrine Gnostique », une sélection représentative également dans : Le Forestier : « L'Occultisme » (réimpression Milano 1990) – voir aussi le credo au début du chapitre sur les Gnostiques Évêques Errant : « Wandering Bishop ». En outre, les livres gnostiques français sont fac–similés dans König : « Ecclesia Gnostica Catholica », Munich 1998.

[37] König, Ecclesia Gnostica Catholica.

[38] Birven à Gerald Yorke, lettre du 12 mars 1950. Voir P.R. König : « Der Kleine Theodor Reuss Reader », Munich 1993. Texte de « Parsifal und das Enthüllte Grals–Geheimnis » dès la page 75. C'est en fait le secret du XI ° homosexuel, donc c'était déjà AVANT Crowley l’ancre dans O.T.O.

[39] Voir Massimo Introvigne : « Il ritorno dello gnosticismo, » Varese 1993, 155ff.

[40] En fait, ça devrait être la prostate. Citation de P.R. König : « The OTOA Reader », Munich 1994, 96.

[41] Ainsi aussi Bricaud, qui se réfère à Jean (et non Pierre) : « Le gnosticisme s'offre comme la religion désiré. La Gnose est la synthèse complète et définitive de toutes les croyances et de toutes les idées dont l'humanité a besoin », « Homélie », Lyon, 1908, 4,. Bricaud, qui se situe dans le gnosticisme chrétien, veut introduire la messe gnostique de Reuss et Crowley en 1920 comme une messe maçonnique obligatoire à 18°. Fac–similé dans P.R. König : « Der Grosse Theodor Reuss Reader », Munich 1997, 264.

[42] Reuss, Parsifal, in: P.R. König : « Der Kleine Theodor Reuss Reader », Munich 1993, 75.

[43] P.R. König : « Materialien zum OTO », Munich 1994, 16.

[44] Peithmann : « Gnosis », dans : « Hain der Isis » 3, Berlin 1931, 74.

[45] Alias Gnosticos: « Die Weltanschauung der Gnostiker », dans : « Zentralblatt für Okkultismus », ed. Max Altmann, Leipzig 1929, 331.

[46] « Der Kleine Reuss Reader » :« Aufbauprogramm und Leitsätze der Gnostischen Neo–Christen O.T.O. », 75–76.

[47] Donc, King représente à la page 441 (recto et verso) une intaille / gemme gnostique, qui était déjà représenté comme une intaille phallique dans le « Discourse on the Worship of Priapus » de Richard Payne Knight en 1786, cette fois composé (page 37). Aleister Crowley le nomme le Gemme Baphomet. Ce joyau est encore utilisé par certains leaders O.T.O. dans la signature, voir http://www.parareligion.ch/2011/playgame.htm. Le texte de la page 75 dans l'ouvrage de Knight donne la composition des pierres précieuses : La tête de Pan fusionne avec celle d'un bélier, le corps d'un coq et une foulque. Au–dessus de l'étoile du soleil flotte. Les poils de barbe peuvent être interprétés comme un pénis. Selon Knight, le tout est « l'univers entre les deux grands éléments prolifiques, l'un actif, et l'autre la cause passive de toutes choses ».

[48] Nouvelle édition Aalen 1968.

[49] Leipzig 1907, II:402–403.

[50] Citation tirée de I : 4, 10, II : 174, 402.

[51] « Der kleine Theodor Reuss Reader » : « Aufbau und Leitsätze der Gnostischen Neo–Christen O.T.O. », 77.

[52] Voir Reuss « Agape, Liber C » rempli par Crowley avec des euphémismes thélémites.

[53] On peut trouver beaucoup d'idées que Reuss et Crowley ont retournées pour elles–mêmes dans « Die Heilige Hochzeit » de Heinz Hunger (Wiesbaden 1984), par exemple.

[54] Augustin est d'avis que la libido n'est apparue qu'après la chute et qu'une submersion de l'esprit était donc sous la domination du sensuel. De gén. souffert. IX, 3 (CSEL 28/1, 272). Il regrette que « la pensée excessive supprime la pensée de l'esprit ».

[55] Augustinus : « Ama, et fac quod vis », Rabelais : « Fay ce que vouldras », Randolph : « Will reigns Omnipotent; Love lieth at the Foundation », Nietzsche : « Tut immerhin was ihr wollt, aber seid erst solche, welche wollen können ».

[56] Reuss alias Ur–Uter: « Parsifal und das Enthüllte Grals–Geheimnis », manuscrit de 1914, publié en 1920. Dans son Parsifal Reuss appelle l'ouvrage en cinq volumes avec un titre différent : « Sexual–Magie. Genesis. Sexual–Mystik. » Pages 40–44.

[57] Joris–Karl Huysmans, Jules Bois, Léo Taxil, Stanislas de Guaïta, Karl Kiesewetter et beaucoup d’autres, Herman connaît aussi la fusion de la magie, du mysticisme et de la Kabbale d'Éliphas Lévis, « qui en soi n'a pas de grande valeur ».

[58] Wilfried Daim : « Der Mann, der Hitler die Ideen gab », Viennes 1958/85.

[59] Nicholas Goodrick–Clarke : « Die okkulten Wurzeln des Nationalsozialismus », Graz 1997, 34, 51.

[60] G. Herman [alias Maximilian Ferdinand Sebaldt von Werth] : « Genesis. Das Gesetz der Zeugung ». 5 volumes. Volume 1 : « Sexualismus und Generation. Beiträge zur Sexual–Physiologie. » Volume 2 : « Erotik und Hygiene. Beiträge zur Sexual–Praxis. » Volume 3 : « Bakchanalien und Eleusinien. Erforschungen und Erfahrungen über Sexual–Kultus. » Volume 4 : « Animismus und Regeneration. Untersuchungen über Sexual–Psychologie. » Volume 5 : « Libido und Mania. Untersuchungen über Sexual–Probleme. » volume mixte, Leipzig, Arwed Strauch o. J. (Vls. 1–3), 1906 (volume 4), 1903 (volume 5).

[61] Des descriptions détaillées de l'acte sexuel, cependant, Herman revient au latin, « pour ne pas offenser les âmes pudibondes », I; 136

[62] « Le Juif » est comparé à un « bacille de fermentation ». « Il est nécessaire pour le développement et devient seulement ‘ toxique ‘ si un sol fertile devenu morbide à cause de l'instabilité sexuelle permet la prolifération étouffante des moisissures étrangères. La soi–disant ' peste juive ' est seulement une punition de dégénérescence, pas parce que l'Europe a trop de Juifs, si elle est dégénérée, mais parce qu'elle a dégénéré en mépris de la sélection naturelle, la ‘ race antédiluvienne ‘ du peuple juif pourrait s'emparer de la règle économique et donc politique et morale! » Bien sûr, ces explosions racistes de plusieurs pages ne devraient pas manquer de termes tels que « les chandails » et « les gitans », II, 45 et suiv.

[63] Leur pratique est refusé de Pascal Beverly Randolph comme masturbation.

[64] Dans le journal « Die Zukunft », Berlin mars 1897.

[65] V; 63.

[66] Citations de I: 11, 14, 44, II: 102, III: 126, IV: 24, 115, 239, 241, V: 39, 127–129, 167, 186–188, 197, 199, etc. La machine à coudre sexualisée sera plus tard le sujet de la comédie de film Constantin « Pornorama oder Die Bekenntnisse der mannstollen Näherin Rita Brauchts » de 2007.

[67] Cette phrase rendue inexacte est la seule citation de l'œuvre d'Herman. Le reste sur le Manichéisme vient de Reuss lui–même.

[68] Kleiner Reuss Reader, Parsifal, 40.

[69] Herman, Gnosis III;98, note 96.

[70] Henri Birven suggère que Peithmann lui–même a reçu sa succession de Kenneth Launfal Sylvan Guthrie (né. 1871) (Birven à Gerald Yorke 12.3.50). Son « Brotherhood of Eternal Covenant » semble toutefois se passer de la succession apostolique. H.J. Metzger, le Suisse OHO (Outer Head of the Order), voit Peithmann venant de Louis François Giraud (mort. 1951) König : « Materialien zum OTO, » 318. Giraud fut consacrée le 21.6.1907 de Vilatte comme prêtre et le 21.6.1911 aussi par Vilatte en tant qu'évêque. Bricaud a été consacré le 21.7.1913 par Giraud, par Constant Chevillon sur 5.1.1936. Le chef de l'église de Giraud est Gabriel–Ivan Drouet de la Thibauderie.

[71] Tout a été publié à Baumann–Verlag Bitterfeld et Leipzig, à partir de 1905 à Bad Schmiedeberg, où même l’ « Oriflamme » de Reuss de l'imprimerie a jailli. Ici, Leopold Engel, P.Ch. Martens, Kerning, Karl von Eckhartshausen et beaucoup d'autres ont publié.

[72] Henri Birven à Gerald Yorke, 12.3.1950.

[73] Presque littéralement aussi dans « Rosa Cruz » 3, Berlin 27.6.1930, 232 : « Hace muchos anos fui consagrado Obispo ».

[74] Krumm–Heller dans : « Revista Rosa–Cruz » IV:3, Berlin 1930, 229 et 232. Ici, Krumm–Heller appelle l'église théosophiques de Leadbeater une « fausse invention » que singes l'église catholique romaine. Sur Leadbeater voir Gregory Tillett: « The Elder Brother », Londres 1982.

[75] Dans la série de livrets de Krumm–Heller « Rosa Cruz » Peithmann écrit alias Dr. Gnósticos entre 1932 et 1936 de nombreux articles. Dans le « Rosa Cruz » numéro 9 du 27.12.1932 (Berlin) Gustav Meyrink présente Peithmann même comme « nuestro patriarca de la Iglesia Gnostica », page 65.

[76] Voir également les commentaires sur Peithmann dans l'article sur les Wandering Bishops.

[77] Krumm–Heller dans : « Taumaturgia », dans : « Las Enseñanzas de la Antigua Fraternidad Rosa–Cruz », publié de Manuel Lamparter, Malaga 1987, 369.

[78] Crowley : « Puisque tu dois être manquant, puisque tu es un humain, manquant d'excès », « Cherche ce qu'est le poison pour toi. La douleur apporte un vrai plaisir », « pourrir et les choses souffrent pour se réjouir, sont des moyens de vérité et de beauté », « je veux le blasphème, le meurtre, le viol, la révolution » Citation tirée Equinox–Volumes de H.J. Metzger.

[79] « The Confessions of Aleister Crowley », publié par John Symonds et Kenneth GrantGrant, Londres, version corrigé 1979, 60.

[80] E.C.H. Peithmann : « Gnostischer Katechismus », 2e volume, Bitterfeld et Leipzig 1904, 85.

[81] On ne sait pas si Krumm–Heller était végétarien.

[82] Un mot qui est à la mode à l'époque.

[83] Encore une fois, Peithmann diffère de Reuss, voir son « Parsifal » dans « Der Kleine Theodor Reuss Reader », 69.

[84] Ou le sperme n'est pas utilisé seul pour le témoignage des enfants, mais ce serait l'interprétation libertinistische.

[85] Peithmann : « Was ist der Mensch? » 3ème partie du « Catéchisme Gnostique », Schmiedeberg et Leipzig 1905, 23, 27, 55.

[86] Peithmann : « Biographia Antiqua » 4ème série, I. « Die Naassener », Schmiedeberg 1903, 3, 5, 14.

[87] Peithmann : « Gnosis, » dans le magazine « Hain der Isis, » de Henri Birven 3, Berlin 1931, 73, 77.

[88] « La beauté irrévocable du corps [...] la perfection des formes corporelles, une tendresse céleste de la peau, un son argenté de la voix, un feu céleste captivant de l'œil, une lueur surnaturelle sur les joues et les lèvres », Peithmann, « Gnosis », dans : « Hain der Isis », 1, Berlin 1931, 29. Ce que cela a à voir avec le rejet rigoureux corporelles de Peithmann «La beauté et les charmes captivants de la nature » est probablement seulement connu par son portefeuille, qui n'a apparemment aucune phobie de contamination en ce qui concerne les « senteurs cachées de moisissure et pourriture putréfié et putréfaction », comparer citation dans « Gnostischer Katechismus », 2e Volume, Bitterfeld et Leipzig, 1904, 85.

[89] Peithmann alias Gnosticos : « Die Weltanschauung der Gnostiker und unsere Zeit », dans : « Zentralblatt des Okkultismus », Leipzig 1929, 328.

[90] Le retour du Logos dans le plérôme (sperme).

[91] Peithmann alias Gnosticos : « Tibetanische und gnostische Magie », dans : « Zentralblatt für Okkultismus », Leipzig 1931/32, 565.

[92] Peithmann : « Gnosis », dans « Hain der Isis », 1, Berlin 1931, 20.

[93] ibid., 28.

[94] pages 92, 155.

[95] Peithmann : « Gnostische Dokumente aus Epiphanius », dans : « Hain der Isis », 4, Berlin 1931, 109.

[96] Dans : « Hain der Isis », 4, Berlin 1927, 95.

[97] Voir aussi les notes au sujet de Kurtzahn dans l'article sur les Wandering Bishops.

[98] Bad Oldesloe, 35, 46–47. L'ordre contemporaine l’Armanen Orden sous Adolf Schleipfer (avant cour de la Guido von List Société) publie encore le script de Kurtzahn comme un fac–simile. Sur Schleipfer : Hans–Jürgen Lange : « Das Licht der Schwarzen Sonne. Himmlers Rasputin und seine Erben », Wietzel 2010.

[99] En 1920, Kurtzahn lui–même appel Carl Kellner un magicien noir : « Der Tarot », Hambourg 1920, 83. Peut–être l’ariosophe Kurtzahn ne connaît que Kellner de les articles virulents de Jean Paar/Ipares ?

[100] Prétendument un extrait de « Lucifer des Christentums. Das Enthüllte Mysterium » encore inconnu, à découvrir.

[101] « Der Kleine Theodor Reuss Reader », 57, original page 8.

[102] Kurtzahn ici se réfère à Peryt Shu, avec laquelle nous retournerions à Krumm–Heller et sa mode d’écrire « Shu » au lieu de « Shout ».

[103] Voir « Der Grosse Theodor Reuss Reader ».

[104] Ernst Tristan Kurtzahn : « Die Gnostiker », Schmiedeberg 1925, 77–82.

[105] Hans Blüher,1888–1955, un auteur culturel– et sexual–scientifique, est le fondateur de la soi–disant Psychologie de la Fortune [Schicksalspsychologie] et construit des tellement théories bizarres, comme par exemple que la homosexualité toujours finirait dans la paranoia. Oscar Schlag, comme Blüher lui–même homosexuel, est adhérent des théories de Blüher.

[106] Ernst Tristan Kurtzahn : « Die Gnostiker », Schmiedeberg 1925, 77–84.

[107] En 1994 une traduction apparaît sous le titre « Eucaristia e spermofagia » par l’ « Istituto Mediterraneo di Studi Politeisti » de Vittorio Fincati. Dans l'avant–propos, « Il ritorno dello gnosticismo » de Massimo Introvigne est critiqué comme étant trop « doux ». (Lettre d’Introvigne de 13.1.95). Le groupe de Fincati est « très intéressé aux études de la magie sexuelle parce que c'est le fond de nos plus anciennes religions, » lettre du 4 février 1995. En Anglais dans Naylor/König : « O.T.O. Rituals and Sexmagick », Thames 1999, 425. Intégrante de la publication en ligne.

[108] « Der Kleine Theodor Reuss Reader », 62, 75.

[109] Dans Michael P. Bertiaux, on trouve aussi les deux directions, voir P.R. König : « Der OTOA–Reader », Munich 1994.

[110] Même M. P. Bertiaux s’imagine lui–même comme étant dans sa lignée apostolique : OTOA–Reader, 36.

[111] Horst E. Miers trouve le Lamen comme un des vitrail teinté dans la chapelle de l'Évêque de Tournai en Belgique dès le XIIe siècle. (« Lexikon des Geheimwissens », Munich, 1986 (6), 398).

[112] L'histoire de cet ordre qui, assez inhabituellement touche sur l’ A.M.O.R.C., et enfin termine avec des suicides massifs en Suisse et au Canada, les 4 et 5 Octobre 1994 sous son chef Luc Juret, est racontée par Massimo Introvigne dans « Ordeal by Fire : The Tragedy of the Solar Temple », Turin, Novembre 1994.

[113] De la même façon : Henri Birven à Gerald Yorke, lettre de 12.3.1950.

[114] Fac–simile de « L'Eucharistie » dans P.R. Koenig : « Der Grosse Theodor Reuss Reader », ARW, Munich, 1997.

[115] Krumm–Heller, Iglesia Gnostica, 60.

[116] Krumm–Heller, Iglesia Gnostica, 38, 40.

[117] Facsimile dans P.R.König : « Das Beste von Heinrich Tränker », Munich 1996, 298–355.

[118] Seulement le 27.3.1926 « appris dans la communauté pan–pansienne », dans la Grande Loge plus tard « Zum hütenden Greif ».

[119] Version de Reuss.

[120] Par exemple Surmonter le sexe = surmonter la femme = surmonter la nature, comparer Denis de Rougement : « L’amour en Occident ». D’autre littératures : Bram Dijkstra : « Idols of Perversity : Fantasies of Feminine Evil in Fin–de–Siècle Culture » NY 1986, Brian Harrson : « Separate Spheres : The Opposition to Women’s Suffrage in Britain », Londres 1978, Sedgwick: « Between Men » Chicago 1992.

[121] La même chose s'applique à Theodor Reuss.

[122] « Une femme n'est tolérable dans sa vie que si elle est formée pour aider l'homme dans son travail sans la moindre référence à d'autres intérêts donc. » John Symonds et Kenneth Grand (ed.) : « The Confessions of Aleister Crowley », version corrigé Londres 1979,96.

[123] Eugen Grosche : « Blätter für angewandte okkulte Lebenskunst », Berlin août 1952,6,8,11 ; mai 1952, 4,9, juin 1952,5 ; « Magische Briefe » (8. lettre : « Sexual–Magie »), Wolfenbüttel 1927, 74.

[124] « Saturnische Lektionen » 9, Ankum sans date,24.

[125] « Pentalpha » 2, Ankum sans date. Heikaus se réfère probablement au texte « Sexualmagie – Die Aktivierung der Chakren als Oberstufe des Autogenen Trainings », le quel S.W. Wicha/Andrzey a distribué aux possesseurs du 18° et qui est possiblement écrit par Johannes Maikowski.

[126] « Pentalpha » 1, Bersenbrück sans date, 10.

[127] « Vorläufiges Programm der Herbstloge 1990 ».

[128] Semblable à l'entrée de journal de Crowley du 7.8.1945 : « Explosif ‘atomique’ allégué: le ‘moteur de guerre’ d'AL III? ».

[129] Citations et énumérations des publications de H.J. Metzger, en partie par Mlle Aeschbach.

[130] Interview avec Markus Kumer (O.T.O. de Metzger) le 16.9.1991. La « Pistis Sophia » dans : Carl Schmidt : « Koptisch–Gnostische Schriften » Berlin 1905/1981.

[131] Interview avec Markus Kumer le 16.9.1991 et le 4.10.1994. Hans Leisegang trouve des élément comparantes dans la « Pistis Sophia » et les « Actes de Thomas » (Leisegang : « Die Gnosis », 365)

[132] « Oriflamme » de Metzger 103, Zurich 1970,1156.

[133] « EOL–Mitteilungsblatt » 47, Stein 1958,7.

[134] « Oriflamme » de Metzger 143, Zurich 174,1638.

[135] « EOL–Mitteilungsblatt » 50, Stein 1958, 4.

[136] Germer à Mellinger, lettre le 8.7.1951.

[137] Adolf Hemberger : « Pansophie und Rosenkreuz », II ;1,Giessen 1974,44 : « Ses rituels sont purement philosophiques et ésotériques. Les appels au tantrisme doivent être compris symboliquement! », page 54.

[138] ibidem 96.

[139] Günther Naber à Gabriel Montenegro, lettre le 20.10.1968, Fac–simile dans : « Materialien zum O.T.O. »,159

[140] Malgré aussi à Stein le Maître de la Chaise n’est pas une femme.

[141] Markus Kumer, ex–membre de l’O.T.O. suisse, communication téléphonique du 4.10.1994.

[142] Contre l'auto–déification ou de manie religieuse ?

[143] Georgos Vithoulkas : « Die wissenschaftliche Homöopathie, » Göttingen 1986, 129ff., en outre de Marco Righetti : « Honnêtement : nous ne savons pas comment les prédispositions homéopathiques sont transmises à la génération suivante, » lettre de 6.3.95 (voir note 145).

[144] Qu’est que fait le Virus–HI dans un état potentialisé respectivement énergisé ? Est–il peut–être une sorte de contrepartie gnostique homologue au Logos ?

[145] Grâce à Marco Righetti, auteur de : « Forschung in der Homöopathie » Burgdorf–Verlag, 1988, conversation le 2 mars 1995.

[146] Pour l'histoire de Randolph et son Ordre nous référons aux livres volumineux de Clymer. Aussi : Randolph, « Magia Sexualis », Paris 1931/69 (préface de Maria Naglowska): « Magia Sexualis par P.B. Randolph », édité par Elias MacGregor, publié par Robert Nord 1988 : « Magia Sexualis », Roma 1977, préface de Julius Evola : Gordon J. Melton: « P.B. Randolph — Pionnier Occultiste Américain », Lyon 1992 : et la série d’articles de Joscelyn Godwin dans « Theosophical History » (volume 2–3, Fullerton, 1988–1991). Les moralistes K.R.H. Frick (« Erleuchtete », « Licht und Finsternis », Graz) et Julius Evolas (« Metafisica del Sesso ») révèlent peu de choses. Les pages de contenu de ses œuvres montrent une participation intensive avec les thèmes de « sexe après la mort », « Média Blonde et Brunette », « La nature femelle supérieur au mâle », « Pourquoi le Libertinage peut jamais satisfaire ou paie », « Pourquoi aucun homme ne peut respecter une maîtresse », « Surprenante théorie concernant les brunettes. Ont–ils tous du sang d'homme noire dans leurs veines ? » (Randolph: « Eulis! » Toledo, 1874 (2), IIff.).

[147] En ce qui concerne Naglowska voir Massimo Introvigne: « Indagine sul Satanismo », Milano 1994, 246–256.

[148] « Eulis! The History of Love », 2ème Edition, Toledo 1874, p. 102, 104. Godwin : « condamne toute contraceptifs artificiels, permettant d'utiliser uniquement des périodes infécondes. p. 150 condamne le coït interrompu et par implication le Karezza également ».

[149] La communauté Oneida a été fondée en 1848 à New York par John Humphrey Noyes. Elle a encouragé les rapports sexuels de ses membres.

[150] Le « The Wonderful Story of Ravalette » (Boston : Randolph Publishing Co., 1871), p. 36, appelle la communauté d'Oneida un « bordel religieux ».

[151] E.C.H. Peithmann prêche le végétarisme, mais cela n'était pas démontré par Krumm–Heller l'homéopathe orienté théosophiquement, ni par la F.R.A. Néanmoins, cette question a été posée à Godwin sur l'hypothèse que le gnosticisme–ascétique de Krumm–Heller également autorise le végétarisme.

[152] Joscelyn Godwin, lettre du 13.10.94.

[153] Original : « Eulis! The History of Love », 2ième Edition, Toledo 1874.

[154] Reuben Swinburne Clymer : « Rosicrucian Fraternities in America », II, Quakertown 1935, 465, 527.

[155] Oscar Schlag écrit dans le manuscrit des commentaires dans le frontispice : « Paul Köthner = Mitatron = Athenor –> Wolfling 7246/7609/6975/7622," Haupt... 31753/28301, vergl. Zeitschrift : Die Nonnen 1912/4 1913/2 = Sir I.M. Nov = Der Brückner = Der Klausner (von mir!), vergl. Lennhoff : und Freimaurerlexikon 374/75 und 866. » Köthner est devenu la source des accusations sans fondement de haute trahison contre le grand maître ancien des franc–maçons allemands en 1925/26, et ainsi a inspiré Erich Ludendorff pour produire des tirades de haine.

[156] Vienne 1992.

[157] Samaël Aun Weor : « Buddha's Necklace », sans place 1966/67/90, 23.

[158] Weor: « Psychologie der Selbstverwirklichung », Varese 1985, 7.

[159] Weor, Buddha's Necklace, 30.

[160] Cependant, Thelema n'apparaît pas du tout dans le système de Weor.

[161] Pjotr Demjanowitsch Uspenski/Ouspensky (1878–1947) et Georges I. Gurdjieff (1866–1949) ont inventé ce hydrogène SI–12.

[162] Weor, Buddha's Necklace : 1, 7, 13, 17, 23, 25, 29, 30, 35, 48, 95. Sur la race humide et la croyance Valentinienne que seuls les hommes peuvent entrer dans le royaume des cieux, voir, entre autres. Kurt Rudolph: « Die Gnosis », 2e édition Leipzig 1980, 292.

[163] Fiche d'introduction « The Human Machine », Londres sans date, 11.

[164] Samaël Aun Weor : « El Cristo Social », 1975.

[165] Cours publics du Mouvement Gnostique au Volkshaus Zürich du 10.10 au 28.11.1986, auxquels ont participé près de 20 participants. Les exercices magiques (y compris le rituel du pentagramme) sont démontrés. Plus tard, un membre se plaint de mon résumé: « Cela donne une vision très déformée de ce qu'est la gnose : il n'y a pas de drogues impliquées dans la plupart des groupes et nulle part dans les livres de Samaël, on ne dit que l'Ego doit être vidé d'énergie par des larves vivantes ... En fait, c'est exactement l'ego, qui est l'accumulation d'un groupe de désirs différents, ou les MOIs qui devraient être éliminés avec l'aide de la magie sexuelle. (Comparé avec Gurdjieff). » N.B., Email du 18.4.2011.

[166] Dans le Lectorium Rosicrucianum la « Pistis Sophia » reçoit également beaucoup d'espace. Le système gnostique du LR est un ascètism extrêmement complexe de Valentinianismus, dans lequel le Christ est un Sauveur faux, les Archontes deviennent dieux de races et même Barbelos devient mâle — le fils de l'égrenage. Membres du LR s'appellent Self–freemasons [auto–francs–maçons] dont les organes internes deviennent des récepteurs sensibles pour des lignes d'énergie électromagnétique gnostique. Dans les années 1960, le groupe publie le magazine « Ekklesia Pistis Sophia » (autre Lit. : J.V. Rijckenborgh: « Die gnostischen Mysterien der Pistis Sophia, » Haarlem, 1992, « Das Evangelium der Pistis Sophia » (2. Edition) Bad Teinach–Zavelstein 1991).

[167] Lectorium Rosicrucianum, lettre de 31.10.94.

[168] Lectorium Rosicrucianum, lettre de 23.11.94.

[169] Ceux–ci peuvent être trouvés dans Carl Schmidt : « Koptisch–Gnostische Schriften » Volume 1, Berlin 1905/1981.

[170] Voir P.R. König : « Der OTOA–Reader », Munich 1994.





Original © 1995/2011, en partie un résumé de « Ein Leben für die Rose » et « Der O.T.O. Phänomen RELOAD ».
Traduit par Fr. A.T.A. 11 et Johannes Maikowski, 2018.

Traduction française : Gnosticisme Correct.
Traduccion castellano : Gnosticismo Correcto.
Traduse romana : Gnosticism corect.
English translation : Correct Gnosticism.

Lire à propos de « Asiatischen Brüder vom Rosenkreutz », l' « Ordre puissant et sage des Chevaliers et des Frères de la Lumière » — la source de « The Brotherhood of Light (Luxor) / La Fraternité de Lumière » de Theodor Reuss qui était en fait « The Brothers of Light / Les Frères de Lumière ».


Secrets des Rosicruciens, Templiers et des Illuminatis

Secrets of the Rosicrucians, Templars and the Illuminati, Peter-Robert Koenig



sitemap avancé
Chercher le site Phénomène-O.T.O.



Phénomène-O.T.O.   page de navigation   |    page d'accueil    |    mail   Peter-R. Koenig    |    Quoi de neuf ?





Traductions françaises

Le Phénomène Ordo Templi Orientis. Exposé en français.



       pre-Ordo Templi Orientis emblem

Concernant les écrits antidémocratique, racistes et misanthropes de Crowley, ses disciples soulignent : « la raison [que quelques] aspects de Thelema sont omis [dans la discussion publique] indique le problème réel avec la présentation de Thelema comme une religion et essayant d'obtenir pour Thelema une sanction du gouvernement ou approuvé par le public : Thelema est finalement en revanche transgressif de la société normative. Thelema rejette la morale et les valeurs de la société normative et agit pour transgresser et violer ces normes. De l'inclusion des substances intoxicantes dans les rituels, à la perception positive de la sexualité, souvent considérée comme favorisant la promiscuité, le pro-autoritaire et l’aspect Nietzschéenne de Thelema, la société normative a beaucoup rejeter en Thelema et inversement, Thelema encourage ses adhérents à rejeter la plupart des aspects de la société normative. » [Journal of Thelemic Studies, 1;2, 2008, page 40, traduit]
Voir aussi « The Templar's Reich ».









Cliquer ici pour retourner à la web-page passée ou usez la barre de navigation Java:

Memphis Misraim Carl Kellner Spermo-Gnostics The Early Years O.T.O. Rituals Ecclesia Gnostica Catholica Fraternitas Rosicruciana Antiqua Fraternitas Saturni Typhonian O.T.O. 'Caliphate' Pictures RealAudio and MP3 David Bowie Self Portrait Books on O.T.O. Deutsche Beiträge Charles Manson Illuminati